1er Régiment d'Infanterie de Marine
DeviseNouvelle Devise :"PATRIAM SERVANDO VICTORIAM TUL IT"
Ancienne Devise :"Ils ne savent où le destin les mène, seule la mort les arrête"
Date de création1822 et 1945 TypeBlindés légers
RecrutementEngagés GarnisonQuartier FAYOLLE
Angoulême cedex
16017
Téléphone :
05.45.22.42.99
Cellule Recrutement
Tel : 05.17.17.92.12
Drapeau du 1er RIMa
Son drapeau porte les quinze inscriptions suivantes qui rappellent les campagnes glorieuses dans lesquelles il a été engagé, dont Bazeilles 1870 :

BOMARSUND1854 CHAMPAGNE1915
FORTS DU PEI-HO1860 DOBROPOLJE1918
KI-HOA1861 TOBROUK1941
PUEBLA1863 BIR-HAKEIM1942
BAZEILLES1870 GARIGLIANO1944
SONTAY1883 BELFORT1944
LA MARNE1914 AUTHION1945
AFN1952-1962

Il est décoré de la légion d'honneur,de la croix de guerre 14-18 avec 2 palmes, de la croix de guerre 39-45 avec 1 palme et de la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 14-18. Héritier des traditions de la 1ere Division de la France Libre et du bataillon du pacifique qui se couvrit de gloire à Tobrouk et à Bir Hakeim.

Composition Organique
Novembre 2002
Composé de près de 1.000 personnels
54 Officiers
228 Sous-Officiers
603 Marsouins (dont 359 EVAT)
41 civils
Il comprend 8 unités élémentaires dont 4 escadrons de combat,
  1. 1 escadron de commandement et de logistique
  2. 4 escadrons de blindés AMX 10 RC
  3. 1 escadron d'éclairage et d'investigation
  4. 1 Escadron de service et d'instruction (6e escadron)
  5. 1 unité de réserve de régiment professionnel (5e escadron)
équipés des matériels suivants :
    71 VBL dont 6 VBL "Milan"
ainsi que de missiles antichars milan

L'Escadron d'éclairage et d'investigation de la 9eme BLBMa, créé le 6 juin 1998 et doté de VBL renseignement avec mitrailleuse légère de 7,62 mm, de VBL MILAN, de VBL avec Mitrailleuse lourde de 12,7 mm et de radars RASIT, lui a été organiquement rattaché.
Ce régiment est complètement professionnalisé depuis 2002.
Missions Le 1er RIMa participe aux différentes actions extérieures où est engagée la France. Son expertise le rend apte à remplir toute la panoplie des missions de projection. Le 1er RIMa bénéficie d'une véritable culture opérationnelle : combat blindé de haute et moyenne intensité, opérations de rétablissement ou de maintien de la paix, intervention à caractère humanitaire, évacuation de ressortissants, opérations amphibies…
Ayant vocation à être engagé outre-mer, il participe à toutes les actions en cours sans oublier les missions de sécurité intérieure sur le territoire national.
Fort de ses traditions et de son passé prestigieux, il est aujourd'hui résolument tourné vers l'action extérieure et participe activement à la défense des intérêts de la France sur de nombreux théâtres. Equipé de matériels puissants et modernes, il maintient au plus haut niveau sa capacité de projection et d'intervention grâce à un rythme d'activités et un entraînement soutenu.
Le 1er RIMa est spécialement fier de sa riche expérience accumulée depuis deux siècles sur tous les continents. Il constitue un outil de combat apte à l'acquisition du renseignement et au combat blindé.
Son organisation s'articule autour de quatre escadrons blindés, d'un escadron de commandement et de logistique, d'un escadron d'instruction et des services et d'une unité d'intervention de réserve. Il intègre aussi l'escadron d'éclairage et d'investigation (EEI) de la 9ème BLBMa.

Transcendant la notion de maîtrise des techniques militaires, les Troupes de marine se fédèrent autour d'un symbole unique, l'ancre d'or, marque d'un style propre dont les traits essentiels sont :
une fraternité d'arme, état d'esprit entretenu par des rapports humains simples et chaleureux entre compagnons d'armes;
une faculté d'adaptation aux situations les plus insolites, véritable style de vie, produit de l'histoire et d'expériences opérationnelles réitérées;
un "humanisme militaire", culture de l'autre perpétuant notamment cette aptitude à nouer des contacts avec les populations les plus diverses et à gagner leur confiance.
Constituées à l'origine pour servir Outre-Mer, les Troupes de marine y ont acquis une culture d'ouverture au monde. Ces valeurs identitaires fortes donnent son sens à l'engagement des marsouins, et fondent toujours la vocation naturelle des Troupes de marine au service Outre-Mer et à l'étranger.
Missions Principales :
reconnaissance offensive, contrôle du terrain, combat blindé sur de vastes espaces.
Aptitudes particulières :
projection extérieure, opérations amphibie
Derniers théatres d'opérations :
Liban
Tchad
République Centrafricaine
Ex-yougoslavie
Côte d'Ivoire
Mayotte
Côte d'Ivoire
Recrutement
Instruction :
6 mois au sein de l'escadron d'instruction, au cours des quels chaque engagé reçoit une instruction toutes armes et technique avant d'être affecté en escadron de combat ou à l'ECL.

Formation complémentaire
Spécialisation dans l'un des 30 emplois existants au régiment, dont les plus courants sont :

    tireur ou pilote AMX 10 RC,
    Pilote VAB ou VBL,
    Tireur missile antichar
    Plongeur de combat
    Tireur
    Radiographiste
    Secrétaire
    Conducteur (véhicule léger, poids lourd, super poids lourd, transport en commun)
    Mécanicien auto ou armement
    Mécanicien tourelliste
    Cuisinier
    Brancardier secouriste
    Infirmier
    Informaticien
    Métiers du batiment etc..
Régime de vie
Alimentation : en restaurant self-service
Logement : les EVAT et VDAT sont logés par chambre de 4. Les caporaux-chefs par chambre de 2
L'infrastructure est actuellement en évolution, un bâtiment complet sera dédié au logement d'ici quelques temps. Foyer : Ouvert 7jours sur 7, il comprend :
    un salon de coiffure
    un bar
    une galerie superette
    un cyber café (à partir de Janvier 2003)
    un point de restauration rapide
    une salle de télévision
Assistance Juridique : la cellule d'information juridique administrative et sociale gère et résout les problèmes juridiques qui se posent dans la vie courante aux personnels engagés et à leur famille.

Reconversion
Après 4 ans de service, les EVAT peuvent bénéficier des possibilités de reconversion suivantes :
    * Admission au Centre Militaire de Formation Professionnelle (CMFP) de Fontenay le Comte, en vendée, pour y suivre une formation complèmentaire (maçonnerie, menuisierie, peinture, réparation auto, ocmptabilité, frigoriste, etc..)
    * Admission au Centre de Formation des conducteurs routiers de Montlhéry ou de Chateauroux, Toul...
    * Admission en stage de formation professionnelle pour adulte (FPA)
    * Formation de maître-chien au 132eme Groupement cynophile de l'Armée de Terre
    * Inscription à des cours par correspondance
    * Inscription au Bureau d'aide à la reconversion de circonscription pour organiser la recherche d'un emploi dans le secteur civil
    * Stages agréés, accompagnement vers l'entreprise, période d'adaptation en entreprise, création d'entreprise, formation gratuite en entreprise etc...

Ressources
Internet
Deux sites qui se sont ouvert depuis le ébut du mois d'octobre 1998 :
2eme Escadron du 1er RIMa.
4eme escadron du 1er RIMa
La Coloniale s'affiche sur Internet !!!!!
Insigne
des Escadrons
Ancien Insigne régimentaire 1er Escadron 2eme Escadron
3eme Escadron 4eme Escadron Escadron de Commandement et de Logistique
Escadron d'Eclairage 6eme Escadron
Historique Créés en 1622 par le Cardinal de RICHELIEU, les Compagnies franches de Marine, autrement appelées "Compagnies Ordinaires de la mer" étaient destinées à la défense des ports et du littoral
En 1626, regroupées par ordre du Roi en un Régiment de la Marine, elles recevaient la mission d'assurer le service des armes à bord des bâtiments. Jusqu'en 1831, le service des Troupes De Marine, chargées de tenir garnison à bord des navires de l'Etat, fut nettement distinct de celui des Troupes Des Colonies chargées de l'occupation de nos possessions Outre-mer et fournies par le Ministère de la Guerre.
Le 7 août 1822, une ordonnance royale créait deux régiments d'Infanterie De Marine qui furent licenciés en 1827. Recrés sous la dénomination du 1er et 2eme Régiments de la Marine en 1831, ils recoivent mission de pourvoir au service ordianire des garnisons des colonies Françaises. Portés à trois en 1838 et dénommés Régiments d'Infanterie de Marine, ils se voient confier le service de garnison des ports militaires du royaume et celui des colonies.
En 1854, un décret impérial réorganise le corps d'Infanterie de Marine et créé un 4eme Régiment. La réorganisation s'effectue par changement d'appellation : le 1er Régiment prend le n° 2 à Brest et le 1er Régiment est créé à Cherbourg, anciennement portion secondaire du 1er.
C'est à partir de cette date que commence l'historique du 1er Régiment d'Infanterie de Marine, conformément à la décision prise par la commission centrale des Historiques de Paris. De 1854 à 1870, le 1er Régiment prend part à une série de campagnes outre-mer :
Campagne de la Baltique1854
Campagne de Grèce1854-1856
Campagne de Chine1859
Campagne du Mexique1861-1863
Campagne de Cochinchine1856-1870
Campagne du Sénégal1869-1870

En 1854, 12 compagnies de ce régiment participent à la campagne de la Baltique, durant la guerre de CRIMEE, contre les Russes. Du 8 au 16 août 1854, ont lieu les combats de l'île de BOMARSUND que commémore la première inscription du drapeau.

Durant la campagne de CHINE, après plusieurs tentatives infructueuses, le 21 août 1860, l'infanterie de marine, dont 4 compagnies sont issues du 1er RIMa, s'illustre à l'attaque du fort avancé de TAN - KOU et à la prise des autres forts du PEI - HO.

Le 1er RIMa est également représenté pendant la campagne de COCHINCHINE, notamment lors de la victorieuse attaque des lignes de KI - HOA, le 25 février 1861.

7 compagnies du 1er (3 de CHERBOURG et 4 de la MARTINIQUE) sont envoyées au Mexique où elles concourent, le 17 mai 1863, à la prise de PUEBLA de LOS ANGELES, après un siège meurtrier

En 1870-1871, avec les 2eme, 3eme et 4eme régiments, le 1er Régiment forme la fameuse "Division Bleue" du Général de VASSOIGNE qui s'illustra les 31 août et 1er septembre à Bazeilles. le "1er de Marine" à lui seul perdit 32 officiers et 730 hommes. Reformé aussitôt le 1er combat jusqu'à la fin de la guerre dans les rangs de l'armée de la Loire et participe au siège de Paris. Au lendemain de la défaite, le 1er prendra une part très active aux campagnes coloniales de la IIIe République:
Campagne du Sénégal1871-1890
Campagne d'Indochine (Tonkin et Annam)1883 à 1890

Présent au SENEGAL, il l'est aussi au TONKIN où, sous les ordres de l'Amiral COURBET, sont défaits le 17 décembre 1883 les défenseurs de SON - TAY.

En 1890, le 1er est dédoublé et donne naissance au 5eme Régiment d'Infanterie de Marine. De 1890 à 1900, le 1er Régiment d'Infanterie de Marine n'apparait plus Outre-mer.

La transformation des Troupes De Marine en Troupes Coloniales en 1901, fait que le 1er RIMa devient le 1er RIC; sa garnison demeure Cherbourg jusqu'en 1914. De 1900 à 1911, il participe aux campagnes de Chine et du Maroc.

Le 14 juillet 1910, le drapeau du 1er RIC reçoit des mains du Président FALLIERES, la Croix de la Légion d'Honneur.

Puis, c'est la Guerre de 1914-1918; le Régiment est engagé dès le 22 août dans la bataille de ROSSIGNOL où il subit de lourdes pertes. Il se signale à la bataille de CHAMPAGNE en septembre 1915 où sa brillante conduite lui vaut d'être cité à l'ordre de l'Armée. En 1916, il est affecté à l'armée d'Orient (17eme DIC). En 1918, sa belle attitude à la prise de KRAVITZA lui vaut une nouvelle citation à l'ordre de l'Armée.

Le 1er RIC n'en continue pas moins à retarder l'avance de l'ennemi vers Paris et participe à la contre-attaque sur LA MARNE de THIEBLEMONT à VILLE-SUR-TOURBE et BERZIEUX.

En 1915, en CHAMPAGNE, sa brillante conduite lui vaut d'être cité à l'ordre de l'Armée. En 1916, il est affecté à l'Armée d'Orient.

Au début de 1916, le 1er RIC prépare son départ pour l'Armée d'Orient, où il restera jusqu'en septembre 1919. Il tient les positions contre l'Armée bulgare au Petit et au Grand Couronné, enlève la "Tortue " et le " Piton brûlé " puis fait mouvement sur BERNICK en 1917.

En 1918, à la Grande Offensive dans la région de KRAVITZA, le 1er RIC obtient sa deuxième citation à l'ordre de l'Armée à la bataille de DOBROPOLJE (15-18 septembre), ce qui lui donne droit au port de la fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre 1914-1918.

Après la guerre le 1er rejoint Cherbourg en octobre 1919.
De 1921 à 1923, il devient Régiment Mixte Malgache avant d'être dissous le 5 mai 1929.

Recréé en 1936, il s'installe à Paris et à Dreux.

En 1939, dans le cadre de la 3eme DIC, il reprend le chemin des frontières. En 1940 il et face à la tête de pont de MONTMEDY. En juillet 1940, le Régiment pratiquement détruit est dissous.

En 1939, il rejoint la région de BITCHE puis concourt à l'organisation de la tête de pont de MONTMEDY.

En 1940, le 1er RIC prend part aux combats de CHIERS, début juin, et se bat sur la SEMOIS. On le retrouve dans la région de JUVIGNY-SUR-LOISON ; la retraite commence. Le 20 juin, il se trouve dans la région de CHARMES ; le 21, les restes du régiment sont encerclés à CREPEY en juillet 1940 (le Régiment pratiquement détruit est dissous).

Recréé le 1er avril 1945 par changement d'appellation de la 4eme Brigade de la 1ere DFL, il hérite des traditions et des gloires des unités de cette brigade :
  • 1er BIM créé à ISMAILIA le 22 juillet 1940 et qui participa à la bataille de TOBROUK
    Livre sur le Chef de Corps du 1er BIM, mort au combat
  • Bataillon du PACIFIQUE n°1 créé en avril-mai 1941 à TAHITI et en Nouvelle Calédonie.
Après BIR HAKEIM ces deux unités fusionnées donneront le Bataillon d'Infanterie de Marine et du Pacifique : compagnon de la Libération 3 fois cité.
  • BM 21, BM 24 entièrement anéanti en ALSACE en janvier 1945 et remplacé par le BM 11. Ces trois bataillons également cités à l'ordre de l'Armée.
Parmi les noms de bataille les plus célèbres, on peut citer :
TOBROUK, BIR HAKEIM, LE GARIGLIANO, TOULON, COLMAR, BELFORT, L'AUTHION.
1er BIM (dessin) 1er BIM (photo) BM 11
BM21 BM 24 CILDFL

Le 1er RIC tient garnison à Paris. Le 11 Janvier 1947, des éléments du 1er RIC entrent dans la composition d'un Bataillon de Marche destiné à l'Indochine qui prend la dénomination de Bataillon de Marche du 1er RIC.

Il s'illustre à PHU TOMG HOA, où le poste, partiellement enlevé à la suite de furieux assauts ennemis, est repris à partir du réduit par les survivants chantant l'hymne de l'Infanterie de Marine (Vive la Coloniale ! Note de l'Administrateur du site, ancien du 1er RIMa !!).

Dissous en tant que Régiment le 31 mars 1947 (le 1er BIC subsiste), ce dernier est reformé le 16 janvier 1948 à partir de ce bataillon, puis réorganisé le 1er janvier 1948 à SATORY et à DREUX.
En 1955, il fournit des renforts pour l'Algérie, puis participe aux opérations de maintien de l'ordre sous la dénomination du 1er RIMa (1958) Secteur de PALESTRO.

Implanté à GRANVILLE et DINAN de 1963 à 1978, puis à GRANVILLE et SAINT-LO, il fait partie de la 9ème Brigade puis 9ème DIMa et participe à :

  • La FMSB (LIBAN) 1983
  • La FINUL (LIBAN) 1984

Plaque apposée sur le mur d'enceinte de la Caserne du Roc à Granville (50-Manche)

En 1984, le 1er RIMa est transféré à ANGOULEME où la restructuration entreprise dans l’Armée de Terre verra sa transformation en régiment de cavalerie légère blindée. Il appartient désormais, avec quatre autres régiments des Troupes de Marine, à la 9ème Brigade Légère Blindée de Marine (BLBMa) dont le poste de commandement est implanté à NANTES.

Le Drapeau du 1er RIMa est brûlé après la capitulation de SEDAN en 1870 en présence de son Colonel, BRIERE DE L'ISLE; l'aigle et la hampe brisés furent enterrés et la cravate conservée par son chef qui la rendra à son ancien Régiment en 1891.
Le drapeau du 1er RIC se trouve à ROSSIGNOL le 22 août 1914. Le sergent THIRY, seul survivant de sa garde en est porteur. Après avoir remis au Commandant REY et au Capitaine PARIS de BOLLARDIERE la croix de la Légion d'Honneur et la cravate, le dapeau est enterré et la hampe brisée.
En 1919, un drapeau neuf est confectionné à VINCENNES avec, comme anciens éléments, le fer de lance trouvé et caché pendant la guerre par un Belge, la cravate et la Légion d'Honneur sauvés en août 1914. Le même drapeau sera brûlé le 21 juin 1940 à CREPEY. Le fer de lance, la fourragère et la croix de la Légion d'Honneur seront gardés pendant la guerre par des patriotes.
A sa création le 1er avril 1945, le 1er RIC reçoit la garde de l'emblème du 7eme RIC (qui appartint en 1914, comme le 1er RIC à la 3eme DIC).
Un nouveau drapeau fut confectionné et remis au corps le 30 Novembre 1945, seule la Légion d'Honneur d'origine fut utilisée, les autres reliques étant déposéees au Musée de l'Armée. En 1949, le fer de lance est réparé et remis sur cet emblème.
Le drapeau sera confié au CI/1er RIMa qui deviendra CI/22eme RIMa le 1er octobre 1962.
Un nouveau drapeau portant l'insciption "1er RIMa" est remis au corps le 7 mai 1963, alors que l'ancien drapeau du 1er RIC - détenu par le 22e RIMa - est remis au Service Historique de l'Armée le 27 septembre 1963.

PRESENTATION DE LA 15ème INSCRIPTION AU DRAPEAU
" AFN 1952-1962 "
Commémoration de Bazeilles du 22 septembre 2005

Une 15ème inscription figure à présent dans les plis de notre drapeau : " AFN 1952-1962 ". Elle marque la participation de notre régiment à la guerre d'Algérie ou pour d'autres aux combats en Afrique du Nord notamment en Tunisie et au Maroc entre 1952 et 1962.

L'insurrection sanglante de novembre 1954 et les attentats perpétrés par le FLN durant l'année 1955 marquent le début de la guerre d'Algérie. Très vite, notre régiment est sollicité pour renforcer la présence militaire.

Le 6 août 1955, le 1er bataillon débarque à Oran et s'installe dans les Aurès, région aride et montagneuse au climat hostile de l'est Algérien. Il est chargé de poursuivre et détruire les bandes rebelles du FLN. Le 3ème bataillon est envoyé au Maroc mais passera au 23ème RIC. En 1956, le 2ème Bataillon et l'état-major viennent renforcer le dispositif sur le terrain. Seul demeure, en métropole, un centre d'instruction chargé de former les contingents appelés.

Début 1957, pour mettre hors de combat les poseurs de bombe du FLN qui font régner la terreur, " la bataille d'Alger " est lancée. Nos deux bataillons changent de secteur et s'installent dans la banlieue sud-est d'Alger, plus particulièrement dans le secteur de Palestro qu'ils sont chargés de pacifier. Palestro est un secteur sensible où le FLN avait massacré 20 soldats français en mai 1956. Le 1er bataillon et ses deux commandos de chasse, devenu EMT n°1, tient le quartier de Laperrine, en zone sud et l'EMT n°2 (ex-2ème bataillon) et son commando de chasse, a la responsabilité du quartier de Guerrouma.

Dans sa zone d'action, le régiment assure une mission de quadrillage par une présence continue sur le terrain. Patrouilles et embuscades de jour et de nuit ponctuent la vie des marsouins. Ils participent également aux grandes opérations contre les katibas rebelles où nos trois commandos de chasse se montrent particulièrement redoutables .

Les accords d'Evian consacrent l'indépendance de l'Algérie en mars 1962. Les bataillons du 1er RIMa sont rapatriés en métropole un an plus tard, assurant, entre temps, le maintien de l'ordre dans un contexte très éprouvant.

De 1954 à 1963, le 1er RIMa aura passé plus de 9 ans en Algérie. Au prix de 82 marsouins morts au combat, il aura permis la capture de plus de 2000 rebelles dont 350 pris les armes à la main. Officiers, sous-officiers, caporaux-chefs, caporaux et marsouins du 1er RIMa, vous pouvez éprouver une fierté légitime au moment où les plis de notre drapeau s'ornent d'une quinzième inscription, cinquante ans après le début de la guerre d'Algérie. C'est la reconnaissance de la nation pour nos soldats qui se sont battus avec courage et conviction pour un conflit qui reste aujourd'hui encore, pour beaucoup de nos compatriotes, controversé et douloureux.

Ressources
Graphiques Historiques
"La main de la Fathma etait un vrai gri-gri, un signe de bonne chance. Je suppose que c'etait pour donner la baraka au regiment! Je ne me souviens pas de la raison exacte pour la quelle nous avions cet insigne. Grigris du colonel Lebos ou du Lt Colonel Severin? Je crois que le Colonel Fonde nous interdit de le porter quand il fut nomme a la tete du regiment." Insigne de Télégraphiste "L'insigne de TSF signifait que j'avais recu le certificat 251 de radio-telegraphie. J'avais recu mon entrainement au centre de Tizou-Ouzou de la 77eme Compagnie de Transmission. Nous etions sur un terrain d'aviation de l'Armee de l'Air qui etait connu a l'epoque sous le nom de Tizi-Orly."
Insigne de la 1ere DFL dont le 1er RIMa est l'héritier des Traditions Epaulette de Sous-Officier. Jusque dans les années 80, il était admis que l'engagé volontaire porte sur son épaulette gauche, l'insigne du régiment au titre duquel il avait souscrit son 1er engagement.
Insigne de manche, porté par le 1er RIMa en Algérie
L'ensemble de ces ressources ont été envoyées au site par le Marsouin Jean RECHE ancien du 1er RIMa 1958 -Dreux- et ancien du 9eme RIMa au PC de Borj-Menaiel- 1959-1960
Cadeau...

Le site Internet des Troupes de Marine, en partenariat avec Monsieur Daniel DAMAGNEZ qui les a conçu et réalisé, est heureux et fier de pouvoir mettre à disposition des Internautes ces fabuleux économiseurs d'écran sur les unités des Troupes de Marine.

Voici celui du 1er RIMa que vous pouvez télécharger La taille du fichier de cet économiseur d'écran est de 589 KB

Pour les utiliser :

  1. Cliquez sur le lien de l'écran que vous voulez télécharger, avec le bouton droit de votre souris
  2. Utilisez la commande qui apparait alors 'enregistrer la cible sous..'
  3. Positionnez vous dans votre répertoire Windows
  4. Quand vous avez enregistré le fichier de votre choix dans le répertoire 'windows' ouvrez alors dans le menu 'Paramètres' puis 'Panneau de configuration' l'item 'Affichage'.
  5. Dans celui ci vous trouverez un ongler 'Ecran de veille'
  6. Choisissez alors l'écran de votre choix, soit 1RIMa pour l'écran du 1er RIMa
Vous pouvez trouver d'autres écrans de veille relatifs à d'autres unités ou aux unités d'infanterie de marine dans notre rubrique 'Multimédia' de notre partie 'Outils et Ressources' N'hésitez pas à féliciter son auteur : Daniel DAMAGNEZ