09.12.2013 : Deux Marsouins sont tombés à Bangui

Le babillard, c'est à dire ce groupe de discussion est mis à votre disposition pour :
  • - Discuter des sujets militaires qui vous interessent
    - Echanger des idées ou des suggestions
    - Apporter un témoignage sur votre expérience, vos campagnes etc ...
    - Faire part de vos reflexions sur des sujets militaires, ou plus généralement sur les sujets traités sur ce site
Ce groupe de discussion est ouvert à tous, sans distinction d'Arme, d'origine ou de niveau hiérarchique ou social.

MAIS, il n'a pas à être pollué par des jugements stupides et stériles qui sont insultants pour ceux qui sont visés, et témoignent de la part de ceux qui s'y adonnent d'une absence totale de l'une des qualités majeures du marsouin, à savoir le respect de l'autre.
Ce groupe de discussion a été le premier du genre et il convient qu'il continue a montrer aux nombreux visiteurs qui s'y rendent, la bonne tenue des Forces Armées Françaises.

Pour passer des annonces allez sur le panneau d'affichage
Vous devez être enregistré pour intervenir et poster un message

Modérateur : Rédacteur

Répondre
Bleusaille
Ténor du Forum
Messages : 226
Enregistré le : 21 nov. 2005, 11:18

09.12.2013 : Deux Marsouins sont tombés à Bangui

Message par Bleusaille » 10 déc. 2013, 10:26

Deux Soldats français sont tombés le 9 décembre 2013 à Bangui alors qu'ils participaient aux opérations de désarmement des milices qui terrorrisent la ville.

Tournons nos pensées vers leurs familles, leurs proches et leurs camarades...

Silence et Recueillement...

AUX MORTS !

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Deux soldats du 8eme RPIMA de Castres tués en Centrafrique

Message par Rédacteur » 10 déc. 2013, 14:12

Deux soldats du 8eme RPIMA de Castres t ... ntrafrique
10/12/2013 - 09:18
Deux militaires du 8eme RPIMA de Castres ont été tués lors d'un accrochage en Centrafrique. 1600 soldats Français sont présents dans ce pays pour y rétablir la sécurité dont des soldats de Castres, Pamiers et Tarbes. Il s'agit des deux premières pertes française depuis le début de l'intervention.

Deux soldats du 8eme RPIMA de Castres, âgés de 22 et 23 ans, ont été tués lors d'un accrochage à Bangui, la capitale de la république centrafricaine, dans la nuit de lundi à mardi, en marge de l'opération française "Sangaris" pour rétablir la sécurité dans le pays. Une information confirmée par un communiqué de l'Elysée qui parle de soldats qui "ont perdu la vie pour en sauver beaucoup d'autres". Le président Hollande doit se rendre sur place dans la soirée, en rentrant des cérémonies d'hommage à Nelson Mandela. Il s'agit des deux premières pertes de l'armée française depuis le début de l'intervention en Centrafrique .

Selon Philippe Folliot, député du Tarn et secrétaire de la commission défense nationale de l'Assemblée nationale, les soldats sont tombés dans une embuscade entre la ville de Bangui et l'aéroport. Il s'agirait de deux soldats première classe. Le 8eme RPIMA de Castres a 450 hommes présents en Centrafrique.

Castres et le 8ème RPIMA en deuil
A Castres, les drapeaux de la ville sont en berne, et un registre de condoléances est à la disposition des habitants à la mairie. Les deux parachutistes appartenaient à la première compagnie du "8" qui "était arrivée en Centrafrique jeudi en provenance du Gabon".

Implanté à Castres depuis 1963, le 8e RPIMa a été engagé ces dernières années au Tchad, au Rwanda, au Zaïre, en Irak, au Koweït, au Cambodge, en Bosnie-Herzégovine et en Afghanistan. Il participe régulièrement à des missions de présence au Gabon, en Nouvelle-Calédonie et en Côte d'Ivoire. Le régiment a payé un lourd tribut à son engagement en Afghanistan, notamment lors d'une attaque de Talibans en août 2008 dans la vallée d'Uzbin. La majorité des dix soldats français tués étaient des bérets rouges du "8".

Le ministre de la défense leur rend hommage
Le ministre de la Défense a rendu hommage aux deux militaires castrais dans un communiqué publié ce mercredi :

"Le ministre de la Défense s’associe aux compagnons d’armes de nos deux soldats et à l’ensemble de la communauté militaire pour adresser ses plus sincères condoléances à leur famille et à leurs proches. Un hommage national sera prochainement rendu à nos deux militaires, morts pour la France.

Le 1re classe Antoine Le Quinio, âgé de vingt-deux ans et militaire depuis novembre 2011, avait déjà participé à trois engagements extérieurs en Centrafrique et au Gabon.

Son camarade le 1re classe Nicolas Vokaer, vingt-trois ans, avait participé aux mêmes opérations extérieures. Tous deux, jeunes soldats aguerris et titulaires de récompenses militaires, ont toujours fait preuve de professionnalisme et de sang froid dans la réalisation de leurs missions."

Réactions à Paris
Claude Bartolone, président PS de l'Assemblée Nationale à l'issue d'une réunion d'information à Matignon sur la Centrafrique

Ils étaient en intervention cette nuit et ils ont été accrochés pas loin de l'aéroport

Selon lui, "il y avait une patrouille cette nuit et ils ont été accrochés au cours de cette patrouille". "Ils ont été blessés, ils ont été transportés très rapidement vers l'antenne chirurgicale mais malheureusement, ils n'ont pas pu être sauvés".

Jean-Marc Ayrault, le premier ministre a "rendu hommage aux deux militaires français du 8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine de Castres tués cette nuit en opération à Bangui", saluant "le courage et l'engagement des soldats" engagés dans cette opération.

François Hollande à Bangui ce mardi soir
"Le président de la République a appris avec une profonde tristesse la mort au combat" de ces deux militaires, a déclaré l'Elysée, précisant qu'il adressait "avec émotion ses sincères condoléances à leur famille et à leurs proches et les assure de la solidarité de la Nation dans ces douloureuses circonstances".

"Le chef de l'Etat exprime son profond respect pour le sacrifice de ces deux soldats et il renouvelle sa pleine confiance aux forces françaises engagées, aux côtés des forces africaines, pour rétablir la sécurité en République centrafricaine, protéger les populations et garantir l'accès de l'aide humanitaire", a encore ajouté l'Elysée.

Le chef de l'Etat se rendra en Centrafrique en rentrant des cérémonie d'hommages à Nelson Mandela en Afrique du Sud

L'opération Sangaris en Centrafrique
Quelque 1.600 soldats français sont déployés en Centrafrique pour tenter d'y rétablir l'ordre aux côtés de 2.500 soldats de la force africaine. Les soldats français ont entamé lundi dans Bangui traumatisée par de récents massacres le désarmement des milices et groupes armés promis par Paris pour rétablir la sécurité en Centrafrique.

Un bref échange de tirs avait déjà éclaté en fin de matinée lundi près de l'aéroport M'Poko, selon des photographes de l'AFP.

Dimanche, le ministère de la Défense avait fait état d'une "tension" palpable entre soldats français et certains groupes armés dans les rues de la capitale centrafricaine.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Les deux soldats tués en Centrafrique avaient 22 et 23 ans

Message par Rédacteur » 10 déc. 2013, 14:14

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/j ... 182_53.php
10/12/2013 à 11:44 - Jean Guisnel
Conformément aux règles établies depuis 2007, c'est l'Élysée qui a annoncé, peu après 9 heures mardi matin, la mort de deux parachutistes français dans la nuit de lundi à mardi à Bangui. Ce sont les premiers morts français de l'opération Sangaris, officiellement déclenchée deux jours plus tôt. Ces deux soldats appartenaient au 8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (8e RPIMa) de Castres et "ont perdu la vie pour en sauver beaucoup d'autres", a fait savoir l'Élysée dans son communiqué.

Les conditions dans lesquelles s'est produit l'accrochage n'avaient pas été rendues publiques en milieu de matinée et le point de situation du ministère de la Défense qui suit traditionnellement la diffusion du communiqué de la présidence de la République n'avait pas été publié à 10 h 45. Un délai qui s'explique par le fait que les familles des soldats n'avaient pas été prévenu. On sait désormais que les hommes qui sont tombés étaient des parachutistes de 1ère classe, âgés de 22 et 23 ans.

L'Élysée a précisé dans son communiqué : "Le président de la République a appris avec une profonde tristesse la mort au combat. (...) Le chef de l'État exprime son profond respect pour le sacrifice de ces deux soldats et il renouvelle sa pleine confiance aux forces françaises engagées, aux côtés des forces africaines, pour rétablir la sécurité en République centrafricaine, protéger les populations et garantir l'accès de l'aide humanitaire. Le chef d'état-major des armées, l'amiral Édouard Guillaud, a annulé in extremis pour "raisons opérationnelles" une rencontre prévue à 9 heures avec l'Association des journalistes de défense.
"Accrochés pas loin de l'aéroport" (Bartolone)

Mardi matin, les seules précisions disponibles sur cet engagement meurtrier demeuraient celles que le président PS de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, avait données à la sortie d'une réunion d'information à Matignon sur la Centrafrique, à laquelle participait le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian : "Ils étaient en intervention cette nuit et ils ont été accrochés pas loin de l'aéroport", a précisé Claude Bartolone à l'issue d'une rencontre sur la Centrafrique avec le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Le président de l'Assemblée nationale a ajouté : "Ils ont été blessés, ils ont été transportés très rapidement vers l'antenne chirurgicale, mais malheureusement, ils n'ont pas pu être sauvés."

Selon nos informations, l'état-major des armées ne communiquera pas avant que le cabinet du ministre de la Défense ait diffusé un communiqué. Avant l'annonce des deux décès l'Élysée avait fait savoir que le président de la République se rendrait en Centrafrique en fin de journée. Toujours selon nos informations, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian pourrait y aller également, en fin de semaine. L'entourage du ministre dément, et précise qu'il s'y rendra quand la situation "sera opportune militairement et politiquement".
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Morts de deux soldats français

Message par Rédacteur » 10 déc. 2013, 14:19

http://www.defense.gouv.fr/terre/a-la-u ... s-francais
10/12/2013 13:09

Le lundi 9 décembre 2013, peu avant minuit, une section de la force SANGARIS est prise à partie à très courte distance, au cours d’une patrouille dans Bangui. Durant l’échange de tirs, les parachutistes LE QUINIO et VOKAER ont été grièvement blessés.

Ils ont été immédiatement pris en charge par leurs camarades, avant d’être évacués vers l’antenne chirurgicale avancée sur l’aéroport de M’Poko, où ils sont décédés des suites de leurs blessures.

Le soldat de 1re classe Antoine LE QUINIO et son camarade le soldat de 1re classe Nicolas VOKAER sont les deux premiers militaires français à mourir au combat depuis le lancement de l’opération SANGARIS en République Centrafricaine. Ils sont morts pour la France. Le soldat de 1re classe Antoine LE QUINIO était titulaire de la médaille outre-mer avec agrafe RCA. Le marsouin parachutiste de 1re classe Antoine LE QUINIO était célibataire, sans enfant.

Le soldat de 1re classe Nicolas VOKAER était titulaire de la médaille outre-mer agrafe Centrafrique et de la médaille de bronze de la défense nationale. Le marsouin parachutiste de 1re classe Nicolas VOKAER était célibataire, sans enfant.

L’armée de Terre s’associe à la douleur de leurs familles et de leurs frères d’armes.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Jeanlouis
Tribun Sénior
Messages : 99
Enregistré le : 05 oct. 2009, 01:36
Localisation : Grasse - 06

Re: 09.12.2013 : Deux Marsouins sont tombés à Bangui

Message par Jeanlouis » 10 déc. 2013, 19:39

Hommage et Respect à ces deux "jeunes" Paras Colo du 8.
Une pensée douloureuse pour leurs familles

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 7 invités