hommage belge

Le babillard, c'est à dire ce groupe de discussion est mis à votre disposition pour :
  • - Discuter des sujets militaires qui vous interessent
    - Echanger des idées ou des suggestions
    - Apporter un témoignage sur votre expérience, vos campagnes etc ...
    - Faire part de vos reflexions sur des sujets militaires, ou plus généralement sur les sujets traités sur ce site
Ce groupe de discussion est ouvert à tous, sans distinction d'Arme, d'origine ou de niveau hiérarchique ou social.

MAIS, il n'a pas à être pollué par des jugements stupides et stériles qui sont insultants pour ceux qui sont visés, et témoignent de la part de ceux qui s'y adonnent d'une absence totale de l'une des qualités majeures du marsouin, à savoir le respect de l'autre.
Ce groupe de discussion a été le premier du genre et il convient qu'il continue a montrer aux nombreux visiteurs qui s'y rendent, la bonne tenue des Forces Armées Françaises.

Pour passer des annonces allez sur le panneau d'affichage
Vous devez être enregistré pour intervenir et poster un message

Modérateur : Rédacteur

Répondre
Avatar du membre
de Meeûs Alain
Toubib poète
Messages : 1647
Enregistré le : 29 mars 2004, 15:29
Localisation : Bruxelles

hommage belge

Message par de Meeûs Alain » 29 oct. 2014, 18:12

A l'occasion du 1 novembre et de ses commémorations de la Guerre 14-18, je vous offre ce poème pour rappeler que la Belgique "neutre" s'est immédiatement mobilisée et a combattu à mort pour défendre le passage des Allemands qui pensaient détruire la France en traversant ce pays pacifique. Notre lutte a permis à la France de se ressaisir et ensemble de les contraindre avec d'immenses pertes civiles et militaires.

A la Belgique


Hélas, depuis les jours des suprêmes combats,
Tes compagnes sont la frayeur et l’infortune ;
Tu n’as plus pour pays que des lambeaux de dunes
Et des plaines en feu sur l’horizon, là-bas.
Anvers et Gand et Liége et Bruxelles et Bruges
Te furent arrachés et gémissent au loin
Sans que tes yeux encor vaillants soient leurs témoins
Ni que tes bras armés encor soient leur refuge.
Tu es celle en grand deuil qui vis avec la mer
Pour en apprendre à résister sous les tempêtes
Et tu songes et tu pleures, mais tu t’entêtes
Dans la terreur et dans l’orgueil de tes revers.
Tu te sens grande immensément, quoique vaincue,
Tu fus loyale et claire et ferme, comme au temps
Où l’honneur sous les cieux s’affirmait éclatant
Où la gloire valait vraiment d’être vécue.
Ton pauvre coin de sol où demeure debout,
Face à l’orage, un roi avec sa foi armée,
Tu le peuples encor de canons et d’armées,
Pour le tenir tragiquement jusques au bout.
Tu te hausses si haut que tu es solitaire
Dans la gloire, dans la beauté, dans la douleur
Et que chacun t’exalte et t’admire en son coeur,
Comme un peuple jamais ne le fut sur la terre.
Qu’importe à cet amour l’angoisse de ton sort
Et qu’Ypres soit désert, et Dixmude, ruine,
Et qu’aussi vide et creux qu’une sombre poitrine,
S’élève au fond du soir l’immense beffroi mort.
A l’heure où cette cendre est encor la Patrie
Nous l’aimons à genoux avec un tel élan
Que de chacun des murs saccagés et branlants,
Nous baiserions la pierre éclatée et meurtrie.
Et si demain l’homme allemand sournois et fou
Achevait de te mordre en son étreinte blême,
Douce Belgique aimée, espère et crois quand même :
Ton pays mis à mort est immortel, en nous.


Emile Verhaeren, Les ailes rouges de la guerre (un tout grand poète)
" Qu'on cesse de voir l'avenir en noir, il est superbe." Yves Coppens, Professeur à l'Institut de France. (...???)

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 9 invités