Changements climatiques et catastrophes

Le babillard, c'est à dire ce groupe de discussion est mis à votre disposition pour :
  • - Discuter des sujets militaires qui vous interessent
    - Echanger des idées ou des suggestions
    - Apporter un témoignage sur votre expérience, vos campagnes etc ...
    - Faire part de vos reflexions sur des sujets militaires, ou plus généralement sur les sujets traités sur ce site
Ce groupe de discussion est ouvert à tous, sans distinction d'Arme, d'origine ou de niveau hiérarchique ou social.

MAIS, il n'a pas à être pollué par des jugements stupides et stériles qui sont insultants pour ceux qui sont visés, et témoignent de la part de ceux qui s'y adonnent d'une absence totale de l'une des qualités majeures du marsouin, à savoir le respect de l'autre.
Ce groupe de discussion a été le premier du genre et il convient qu'il continue a montrer aux nombreux visiteurs qui s'y rendent, la bonne tenue des Forces Armées Françaises.

Pour passer des annonces allez sur le panneau d'affichage
Vous devez être enregistré pour intervenir et poster un message

Modérateur : Rédacteur

Répondre
Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Changements climatiques et catastrophes

Message par Rédacteur » 05 mars 2012, 14:03

http://lignesdedefense.blogs.ouest-fran ... defen.html
Changements climatiques et catastrophes: un défi qui concerne même la Défense
Deux députés (l'UMP André Schneider et le PS Philippe Tourtelier, membres de la commission des Affaires européennes) viennent de rendre un rapport parlementaire sur "l'impact du changement climatique en matière de sécurité et de défense" (cliquer ici pour accéder au rapport d'information). Ce rapport, très préliminaire à mon avis, a toutefois le mérite de soulever une question cruciale et il mérite d'être prolongé par des études thématiques (par exemple sur l'adaptation de certains matériels militaires à un environnement dégradé et sur leur nombre alors que les missions de service public seront en hausse).

Ce phénomène de la dégradation climatique et des stress hydriques, nourriciers, énergétiques induits, concerne les forces armées à plusieurs titres. Or, affirment les deux députés, les milieux de la défense sont "très peu sensibilisés à cette question" (voir la partie II: "un enjeu sous-estimé", p. 43 et les pages 70-76). Si un rapport de 2009 sur le développement durable au sein du MinDef consacrait un encadré aux "conséquences géostratégiques du changement climatique" (avec les notions de gouvernance de la rareté et gouvernance de la solidarité), le rapport de 2010 n'accorde aucune attention à cette thématique).

Les risques de catastrophes naturelles liés à la dégradation climatique vont obliger les armées à s'adapter puisque, exemple que citent les auteurs, la montée des eaux océaniques va aussi affecter les ports militaires; des déplacements forcés de population risquent d'engendrer des troubles, débouchant sur une mobilisation de moyens militaires (hommes et matériels) pour des missions de maintien de l'ordre; ces mêmes moyens seront aussi mobilisés en cas d'inondations (évacuation, accueil d'urgence, transmissions) ou de sécheresse (transport de paille pour le bétail comme l'armée de terre l'a fait en 2011).

Le rapport appelle donc à une adaptation des grandes fonctions des armées.
1) la fonction préventive (p. 49). Pour éviter l'aggravation des menaces, il serait nécessaire de renforcer les collaborations européennes en mutualisant les capacités d'analyse stratégique et de contribuer à la réduction des émissions de gaz à effets de serre.
2) la fonction protection (p; 52). Pour assurer la protection des citoyens et du territoire, il faudrait, entre autres, renforcer les capacités d'intervention (transmissions, transport héliporté par exemple) et associer les moyens des acteurs privés.
3) la fonction intervention (p. 54). Cette fonction se décline en "opérations spéciales", "opérations moyennes autonomes" et "opérations significatives" (maintien et imposition de la paix) qui vont exiger, selon les auteurs, une attention et un effort sur les zones littorales.
4) la fonction dissuasion (p. 58). Il s'agit de repenser le cadre d'action des forces en prenant en compte le changement climatique, le stress pétrolier et l'adaptation des équipements à un environnement dégradé.

Externalisation US. Les deux députés se félicitent de la "volonté d'adaptation des forces américaines aux défis de l'environnement international" (p. 67) et de la prise de conscience du Pentagone que le changement climatique "jouera un rôle majeur dans l'avenir de l'environnement sécuritaire".
La vision des rapporteurs est à cet égard un peu angélique. Certes les Américains considèrent que le climat est un enjeu stratégique majeur et ils commencent à s'intéresser aux capacités dont ils auront besoin à l'avenir en cas de catastrophes naturelles par exemple. Cependant, l'exemple haïtien a montré qu'ils ont déjà recours à des structures privées qui se chargent, au détriment des ONG spécialisées, de l'intervention d'urgence humanitaire. La FEMA et l'USAID font déjà appel à des firmes comme DynCorp et ses filiales pour manager l'aide humanitaire, nouvelle niche à laquelle des SMP (entreprises à but lucratif) s'intéressent. Or, j'estime que l'Etat (qui peut associer le privé et ses moyens techniques aux interventions) ne peut dissocier la gouvernance de la solidarité (population) de la gouvernance de la rareté (ressources); c'est pourtant un dérapage à anticiper et à éviter, le privé risquant de s'arroger le monopole de la gouvernance de la rareté.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 13 invités