Guyane : 2 militaires du 9e RIMA tués lors d’une opération

Le babillard, c'est à dire ce groupe de discussion est mis à votre disposition pour :
  • - Discuter des sujets militaires qui vous interessent
    - Echanger des idées ou des suggestions
    - Apporter un témoignage sur votre expérience, vos campagnes etc ...
    - Faire part de vos reflexions sur des sujets militaires, ou plus généralement sur les sujets traités sur ce site
Ce groupe de discussion est ouvert à tous, sans distinction d'Arme, d'origine ou de niveau hiérarchique ou social.

MAIS, il n'a pas à être pollué par des jugements stupides et stériles qui sont insultants pour ceux qui sont visés, et témoignent de la part de ceux qui s'y adonnent d'une absence totale de l'une des qualités majeures du marsouin, à savoir le respect de l'autre.
Ce groupe de discussion a été le premier du genre et il convient qu'il continue a montrer aux nombreux visiteurs qui s'y rendent, la bonne tenue des Forces Armées Françaises.

Pour passer des annonces allez sur le panneau d'affichage
Vous devez être enregistré pour intervenir et poster un message

Modérateur : Rédacteur

Répondre
Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Guyane : 2 militaires du 9e RIMA tués lors d’une opération

Message par Rédacteur » 30 juin 2012, 23:18

http://www.defense.gouv.fr/terre/actu-t ... -operation
28/06/2012 14:40
Le 27 juin 2012, vers 15h00 une trentaine de soldats et gendarmes français engagés dans une opération de lutte contre l’orpaillage illégal, en Guyane, ont été pris pour cible par des orpailleurs clandestins.

En début d’après-midi, les militaires avaient été mis en place par hélicoptères dans le secteur de Dorlin, au sud-ouest du département. Lorsque le groupe s’est déployé, les militaires ont été pris à parti par des tireurs embusqués.
Au cours de cet échange de tirs, un soldat a été mortellement touché et un autre est décédé des suites de ses blessures après son évacuation. Deux gendarmes ont également été gravement blessés.
Afin de sécuriser la zone et prendre en charge les blessés, un dispositif de réaction rapide et des hélicoptères ont été immédiatement envoyés sur les lieux de l’opération. Les blessés ont été évacués vers Maripasoula avant de rejoindre Cayenne dans la soirée.
Par ailleurs, dans la matinée, un hélicoptère de la gendarmerie avait essuyé des tirs et un gendarme avait été très légèrement blessé.
Les deux militaires tués (un caporal-chef et un adjudant) servaient au 9e régiment d’infanterie de marine de Cayenne.

L'opération Harpie

Harpie est une opération de grande envergure, menée conjointement par les forces de gendarmerie et les forces armées en Guyane (FAG). Près d’un millier de militaires des FAG participent à cette mission. 350 militaires de FAG sont déployés en permanence sur les réseaux fluviaux pour neutraliser les flux logistiques des orpailleurs et en forêt pour démanteler les sites d’exploitation d’or illégaux.
Lancée par le président de la République en 2008, Harpie est une opération de grande envergure, menée par les forces de gendarmerie et les forces armées en Guyane (FAG).
Sous l'autorité du préfet et du procureur de la République pour la partie judiciaire, elle vise à asphyxier les zones d'orpaillage clandestin et à déstabiliser durablement l'économie souterraine.
Environ 1 000 militaires des FAG participent à cette mission. 350 d’entre eux sont déployés en permanence sur les réseaux fluviaux pour neutraliser les flux logistiques des orpailleurs et en forêt pour démanteler les sites d’exploitation d’or illégaux.
Des postes de contrôles fluviaux sont construits par les sapeurs des FAG et armés par des détachements mixtes de gendarmerie et de l’armée de Terre. Des barrages dissuasifs sur les fleuves Maroni et Opayok permettent de limiter la circulation et visent à empêcher tout franchissement illégal.
Ce dispositif fixe est complété par des patrouilles mobiles et des opérations dans la profondeur, notamment sur les sites d’exploitation. Un avion à hélices permet le déploiement des détachements sur des terrains difficiles d’accès, même pendant la saison des pluies.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Guyane : décès de 2 militaires français

Message par Rédacteur » 30 juin 2012, 23:19

http://www.defense.gouv.fr/terre/a-la-u ... s-francais
28/06/2012 19:56
L’adjudant Stéphane Moralia et le caporal-chef Sébastien Pissot ont été tués en Guyane le 27 juin 2012 au cours d’une opération de lutte contre l’orpaillage illégal en Guyane.
Agé de 28 ans, l’adjudant Stéphane MORALIA s’est engagé à l’Ecole nationale des sous-officiers de Saint-Maixent le 1er mars 2002. Nommé sergent le 1er septembre suivant et il rejoint le Régiment de marche du Tchad (RMT) alors à Noyon le 4 novembre.
Chef de groupe infanterie AMX 10P puis chef de groupe anti-char courte portée, il est promu sergent-chef le 1er octobre 2006 puis adjudant le 1er octobre 2011.
Le remarquable parcours professionnel de ce jeune sous-officier est jalonné de nombreuses opérations extérieures. En 2003, il fait partie de l’opération LICORNE en République de Côte d’Ivoire. En 2005, 2007 et 2008 il part respectivement pour l’Afghanistan, le Kosovo et le Liban.
En 2009, il est pour la première fois sur le continent sud- américain, en Guyane, dans le cadre de la mission HARPIE.
Homme de terrain au charisme hors du commun, il brille par son exemplarité et par ses compétences techniques. Doué de remarquables qualités de chef, volontaire et motivé, il fait preuve d’un professionnalisme sans faille dans l’exercice de ses fonctions.

Le 1er août 2011, il est affecté en Guyane, au 9e Régiment d’infanterie de marine 9e RIMa – Cayenne), comme sous-officier adjoint au sein des Commandos de recherche et d’actions en jungle (CRAJ) et il est engagé plus particulièrement dans le cadre de l’opération de lutte contre l’orpaillage illégal HARPIE.

Le 27 juin 212, engagé dans le cadre de la mission Harpie de lutte contre l’orpaillage clandestin, dans le secteur de Dorlin, dans le Sud-ouest de la Guyane, l’adjudant MORALIA, chef d’élément commando de recherche et d’action en jungle, est grièvement blessé au cours d’un accrochage avec des tireurs embusqués.
Il est évacué par hélicoptère vers Maripasoula sur une structure médicale. L'adjudant MORALIA meurt des suites de ses blessures.

L’adjudant MORALIA est détenteur d’une citation du niveau régiment avec attribution de la croix de la valeur militaire, de la médaille d’outre-mer et de la médaille d’or de la Défense nationale avec citation à l’ordre du régiment.

Célibataire et sans enfant, l’adjudant Stéphane MORALIA a été tué dans l’accomplissement de sa mission au service de la France. Il aura servi la France pendant plus de neuf ans.

Agé de 33 ans, le caporal-chef Sébastien Pissot, s’engage au 1er Régiment d’infanterie de marine (1er RIMa – Angoulême) le 1er décembre 1998. En juillet 2004, il rejoint le 6e Bataillon d’infanterie de marine (6e BIMa) au Gabon, en tant que tireur sur véhicule blindé ERC 90.
En 2006, il rejoint à nouveau le 1er RIMa et devient adjoint chef de patrouille sur véhicule blindé léger en 2008, puis chef de patrouille en 2010.
Le remarquable parcours professionnel de ce militaire du rang est jalonné de nombreuses opérations et missions extérieures. En 1999, il est en Côte d’Ivoire dans le cadre de l’opération LICORNE. En 2000, il est envoyé en mission à Djibouti. En 2001, il intervient au profit de la SFOR ONU en Ex-Yougoslavie. En 2002, 2004 et 2008, il part respectivement pour Mayotte, puis en Afghanistan puis pour Djibouti en 2008. En 2009, il participe à l’opération EPERVIER au Tchad.

Affecté depuis le 1er août 2011, à la compagnie de commandement et de logistique du 9e de Marine, le caporal-chef de 1ère classe Sébastien PISSOT est employé en qualité de chef d’équipe débarquée et d’auxiliaire sanitaire à la section de Commandos de recherche et d’actions en jungle (CRAJ). Particulièrement compétent et volontaire, il sert avec abnégation et montre une réelle maitrise des savoir-faire techniques et tactiques. Engagé régulièrement dans le cadre de l'opération HARPIE de lutte contre l’orpaillage illégal, il remplit toujours avec succès l’ensemble des missions en jungle qui lui sont confiées. Animé des plus belles qualités, il est apprécié de ses cadres et de tous ses camarades.

Le 27 juin 2012, engagé dans le cadre de la mission Harpie de lutte contre l’orpaillage clandestin, dans le secteur de Dorlin, dans le Sud-ouest de la Guyane, le caporal-chef de 1ère classe Sébastien PISSOT a été mortellement touché au cours d’un accrochage avec des tireurs embusqués, alors qu’il portait secours à un militaire blessé.

Il est titulaire de la médaille d’outre-mer et de la médaille d’or de la Défense nationale. Pacsé avec un enfant à charge, le caporal-chef de 1ère classe Sébastien PISSOT a été tué dans l’accomplissement de sa mission au service de la France. Il aura servi la France durant plus de treize ans.

Le 9e RIMa et l’ensemble de l’armée de Terre sont unis dans le deuil. Que leurs familles, leurs proches et les camarades de ces deux soldats soient assurés du soutien indéfectible de toute la communauté militaire. Nos pensées accompagnent également dans leur chemin vers la guérison les deux gendarmes blessés à leurs côtés.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Re: Guyane : 2 militaires du 9e RIMA tués lors d’une opérati

Message par Rédacteur » 30 juin 2012, 23:37

http://www.marianne2.fr/blogsecretdefen ... _a668.html
Jeudi 28 Juin 2012 - Jean-Dominique Merchet
Deux militaires français du 9ème RIMa ont été tués mercredi au cours d'une opération contre les orpailleurs clandestins. Deux gendarmes ont également été blessés, de manière sérieuse, mais leur pronostic vital n'est pas engagé. Les deux morts sont l'adjudant Stéphane Moralia, 29 ans, et le caporal-chef Sébastien Pissot, 34 ans (cliquez ci-dessous pour acceder à la suite). Ils appartenaient tous les deux au CRAJ, le commando de reconnaissance et d'action de la jungle du régiment. (ci-contre, l'insigne du Craj)

Les faits se sont produits hier vers 14 heures (locales) dans le secteur de Dorlin, à environ 150 km au sud-ouest de Cayenne et à l'est de Maripasoula. Des orpailleurs illégaux y exploitent des mines d'or, avec des galeries. Une opération héliportée contre eux était organisé,a vec deux Puma et un Fennec de la gendarmerie. L'hélicoptère leger s'est fait tirer dessus et un gendarme à bord a été blessé à la cuisse. Les deux Puma ont débarqués une trentaine d'homme (20 militaires et 10 gendarmes) à environ deux kilomètres et la colonne a progressé en direction du site, dans la forêt équatoriale. Selon l'état-major des armées, ils ont été pris à partie par des tireurs embusqués - à une distance très courte (20 ou 30 m). Qautre hommes ont été touchés, et l'un d'entre eux est mort immédiatement. Le CCH Pissot a été tué alors qu'il portait secours aux premiers blessés. "La priorité a été l'évacuation des blessés et le désengament des personnels" explique l'état-major. En clair, les orpailleurs ont pu se replier après le succès de leur embuscade.

Pour comprendre cette situation, il faut se rappeller que cette opération se déroule sur le territoire français : c'est une opération de police, sur réquisition du juge d'instruction et les militaires, qui sont là en appui des gendarmes, ne peuvent utiliser leurs armes qu'en cas de légitime défense. Ce n'est donc pas la guerre : impossible d'aller frapper les orpailleurs après le premier engagement. Seule leur arrestation est alors légale.

L'opération Harpie, qui a débuté en 2008, mobilise un millier d'hommes sur les 2200 des forces armées en Guyane (FAG). Un tiers d'entre eux sont en permanence sur le terrain. Depuis le début de l'année, 1200 patrouilles - dont 20% avec la gendarmerie - ont été réalisées. 15 opérations majeures ont eu liue et 55 chantiers illégaux détruits. 2,3 kg d'or ont été récupérés et plus de 80 armes, sans compter le matériel (pirogues, moteurs, etc...) Des militaires sont déployés en permanence sur plusieurs sites : Saint-laurent du Maroni; Maripasoua, Saul, Saint-Georges, Camopi...

Le ministre des outre-mers, Victorien Lurel, a réagi en déclarant qu'il allait "réévaluer le dispositif" après cette "opération de reconquête du terrain".

L'adjudant Stéphane Moralia. Engagé en 2002 à l’Ecole nationale des sous-officiers de Saint-Maixent, il rejoint d'abord le Régiment de marche du Tchad et participe à de nombreuses opérations (Cote d'Ivoire, Afghanistan, Kosovo, Liban, Tchad, Guyane). En 2011, il est affecté en Guyane, au 9e Régiment d’infanterie de marine (Cayenne), comme sous-officier adjoint au sein des Commandos de recherche et d’actions en jungle (CRAJ). Il est engagé plus particulièrement dans le cadre de l’opération de lutte contre l’orpaillage illégal HARPIE. Célibataire et sans enfant, l’adjudant Stéphane MORALIA a été tué dans l’accomplissement de sa mission au service de la France.

Le caporal-chef Sébastien Pissot. Il s'était engagé au 1er Régiment d’infanterie de marine (Angoulême) en 1998. En 2004, il rejoint le 6e Bataillon d’infanterie de marine au Gabon, en tant
que tireur sur ERC 90, puis revient au 1er RIMa en 2006, comme chef de patrouille sur VBL et auxiliaire sanitaire. Il participe à de nombreuses missions en Cote d'Ivoire, Djibouti, Bosnie, Mayotte, Afghanistan et Tchad.
Affecté depuis 2011, à la compagnie de commandement et de logistique du 9e de Marine, il est employé en qualité de chef d’équipe débarquée et d’auxiliaire sanitaire à la section de Commandos de recherche et d’actions en jungle (CRAJ). Pacsé avec un enfant à charge, il a été tué dans l’accomplissement de sa mission au service de la France.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Re: Guyane : 2 militaires du 9e RIMA tués lors d’une opérati

Message par Rédacteur » 30 juin 2012, 23:51

http://lemamouth.blogspot.fr/2012/06/ha ... -tues.html
jeudi 28 juin 2012
Harpie : deux soldats du 9e RIMa tués
Deux soldats du 9e RIMa de Cayenne ont été tués hier en Guyane, à Dorlin, dans le sud-ouest du département, lors d'une opération de lutte contre l'orpaillage clandestin. Il s'agit d'un caporal-chef de 32 ans, père d'un enfant, et d'un adjudant de 29 ans. Tous les deux étaient des affectés et particulièrement sélectionnés et aguerris, puisqu'ils appartenaient au CRAJ (commando de recherche et d'action en jungle). Cette petite unité est le fer de lance d'Harpie, dont ils constituent une capacité d'intervention et de renseignement particulièrement utile (1).
Selon les premiers éléments, le caporal-chef a été touché alors qu'il cherchait à récupérer un blessé. Le deuxième militaire est mort à Maripasoula, une base logistique sur le Maroni situé à proximité.
En outre, deux gendarmes ont été grièvement blessés, tandis qu'un autre, opérant depuis un hélicoptère était aussi touché, un peu plus tôt, dans la même zone. Le groupe qui a reçu les tirs venaient précisément reconnaître la zone de tirs.
Le 9e RIMa est traditionnellement en charge de l'ouest de la Guyane pour Harpie. La zone de Maripasoula est particulièrement luxuriante, ce qui complique les détections visuelles et rend difficile toute forme de foudroyance, si ce n'est pas air. Les garimpeiros, autant brésiliens que surinamiens sont réputés pour y être particulièrement résolus.
Ce n'est pas la première fois que les militaires français -gendarmes et terriens- essuient des tirs d'armes à feu. Un soldat du 1er RI, le caporal Julien Giffard, y avait perdu la vie le 8 juillet 2010, lorsque sa pirogue avait été abordée par celle de garimpeiros, sur un checkpoint fluvial à Cayodé.
Harpie mobilise quotidiennement un effectif de 300 à 350 militaires, pour un effectif affecté de 1.000 militaires.

(1) la gendarmerie en possède un pendant avec le PGIOM -peloton de gendarmerie d'intervention outremer-, formé au GIGN.

http://lemamouth.blogspot.fr/2012/06/un ... uyane.html
jeudi 28 juin 2012
Une équipe GIGN/IRCGN part en Guyane
Des spécialistes du GIGN et de l'IRCGN (institut de recherches criminelles de la gendarmerie nationale) partent pour la Guyane. Ce n'est qu'une équipe légère, d'une dizaine de personnes, mais elle donne le niveau d'intérêt accordé par le gouvernement aux tirs à répétition subis hier en forêt vierge par les forces de l'ordre en Guyane, qui ont débouché sur la mort de deux CRAJ du 9e RIMa, et des blessures sur trois gendarmes.
La tâche ne sera évidemment pas facile pour les experts de l'IRCGN, qui devront retrouver dans la forêt vierge les éléments de compréhension de l'attaque d'hier. Et ce, dans un environnement doublement hostile. A charge, pour leurs collègues du GIGN, sans doute renforcés par des éléments locaux, de leur établir une bulle étanche et sécurisée.
A noter que le GIGN connaît bien cette région : en 2007-2008, aux débuts de l'opération Harpie, il avait contribué avec une équipe à la lutte contre les garimpeiros les plus résolus.

http://lemamouth.blogspot.fr/2012/06/le ... arpie.html
jeudi 28 juin 2012
Les règles de feu de Harpie
Les sections opérant en forêt vierge disposent de leur armement de dotation (Famas, PA, calibre 12) avec leurs chargeurs, mais comme c'est le cas en opération intérieure (OPINT), ne peuvent l'utiliser que dans le cadre de la légitime défense et sur un adversaire identifié (1). La règle est exactement la même que pour Vigipirate.
Trois stades bien distincts dans la gestion de l'arme : arme non approvisionnée, arme approvisionnée sans cartouche dans la chambre, et arme chargée, prête à tirer (il ne suffit plus que d'appuyer sur la queue de détente, le coup part).
Selon l'action menée par le soldat, l'environnement dans lequel il évolue, le chef d'équipe fait passer d'un stade à l'autre.
Sans préjuger du stade auquel était hier les membres du groupe -CRAJ et gendarmes- au moment de l'attaque, on peut par contre affirmer que les forces de l'ordre se sont servies de leur arme. Pour un bilan encore inconnu.
A noter que les gendarmes disposent pour leur part de lanceurs de 40 mm.
(1) une notion difficile à appliquer en forêt vierge, où on voit rarement au-delà de 10 mètres.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Une cérémonie aux Invalides, mardi

Message par Rédacteur » 30 juin 2012, 23:52

http://lemamouth.blogspot.fr/2012/06/un ... mardi.html
samedi 30 juin 2012
Une cérémonie aux Invalides, mardi
Une cérémonie officielle se tiendra aux Invalides, mardi, en fin d'après-midi, pour honorer la mémoire des deux soldats du 9e RIMa tués en forêt vierge mercredi.
Cet évènement ne figure pas à l'agenda du ministre de la défense diffusé hier, néanmoins, Jean-Yves Le Drian devrait participer à cette cérémonie (1).
(1) le n°2 du RAID, qui quittait hier ses fonctions, a rendu hommage à ces deux militaire, aux gendarmes blessés, et aux personnels engagés dans l'opération Harpie.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Hommage aux deux sous-officiers du 9e RIMa

Message par Rédacteur » 02 juil. 2012, 19:20

Le général d’armée Bruno DARY, gouverneur militaire de Paris vous informe des cérémonies d’hommage national qui se dérouleront demain mardi 3 juillet 2012 à Paris.

Deux militaires appartenant au 9e Régiment d’infanterie de marine de Cayenne ont été tués en Guyane le 27 juin 2012 au cours d’une opération de lutte contre l’orpaillage illégal. Il s’agit de :
- l’adjudant-chef Stéphane Moralia, célibataire ; il avait 28 ans ;
- le sergent Sébastien Pissot avait un enfant ; il avait 33 ans.

Chacun aura à cœur de manifester sa solidarité par une démarche personnelle lors des différentes manifestations qui marqueront l’hommage que la nation rendra le mardi 03 juillet 2012 à ces soldats, morts pour la France au cours d’une mission opérationnelle :
- entre 12h00 et 12h15 : rassemblement sur le pont Alexandre III, au passage du convoi funéraire ;
- à 16 h00 : office religieux dans la Cathédrale des Soldats aux Invalides (ouvert à tous) ;
- à 17h00 : Honneurs militaires, présidés par le ministre de la Défense dans la Cour d’Honneur (ouvert à tous).
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Dernier hommage au 9e Rima

Message par Rédacteur » 04 juil. 2012, 13:30

http://www.franceguyane.fr/actualite/fa ... 131075.php
D.S-J franceguyane.fr 03.07.2012
Les forces armées de Guyane ont rendu un dernier hommage hier aux trois militaires du 9e Rima qui ont trouvé la mort le 27 juin, dont deux lors d'une opération Harpie à Dorlin.
Le drapeau tricolore est en berne au quartier du 9e Rima à la Madeleine, à Cayenne. Les forces armées de Guyane, le 9e Rima et son renfort des chasseurs alpins, le RSMA et la Légion ont pris place autour de la place d'armes avec les gendarmes, les élus, l'évêque et les corps constitués - soit environ 400 personnes - pour rendre hommage aux trois militaires du 9e Rima tués dans l'exercice de leur mission le 27 juin dernier : Stéphane Moralia et Sébastien Pissot lors d'une opération contre l'orpaillage illégal menée sur le site de Dorlin Dorlin et Christophe Legeron dans un accident de la route à Cayenne.

Les trois cercueils ont rejoint le centre de la place d'armes portés chacun par six soldats pour un hommage solennel empreint d'émotion pour ces membres « du régiment du fleuve et de la forêt » .

« Je crois que tous les Guyanais ont ressenti la mort des deux militaires, tués en mission par une arme de guerre, comme une marche franchie » , souligne le préfet Denis Labbé, qui rappelle que c'est la première fois que des militaires tombent sous les balles de garimpeiros. « On ne va pas en rester là. »

L'opération s'est déroulée non loin du Maroni et de la frontière avec le Suriname. Aussi, comme l'indiquent le préfet et le général Bernard Metz, la réaction surinamaise « a été immédiate » avec la mise en place d'un dispositif « dans la logique des actions de coopération entamées » . Par contre, aucune réaction n'a été reçue du Brésil.

Le général Bernard Metz a assuré que les compagnons d'armes des trois victimes « accusent et se relèvent » pour poursuivre leur mission, « habitués aux situations difficiles » . Il dément aussi certaines affirmations : « Nos militaires qui interviennent avec les gendarmes ont tous l'armement nécessaire. Il leur suffit d'armer pour faire feu, cela ne leur demande que quelques secondes. » D'ailleurs, des tirs de riposte ont atteint leurs cibles lors de l'embuscade mais l'enquête devra le confirmer.

À l'issue de la cérémonie, les trois corps ont rejoint l'aéroport Félix-Éboué. Un hommage au caporal-chef Sébastien Pissot et à l'adjudant Stéphane Moralia sera rendu lors d'une cérémonie présidée par Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, aujourd'hui à 17 heures (heure de Paris) dans la cour des Invalides à Paris.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Aux morts

Message par Rédacteur » 04 juil. 2012, 13:49

http://lemamouth.blogspot.fr/2012/07/aux-morts.html
mercredi 4 juillet 2012
L'armée de terre a honoré hier après-midi ses deux morts, tués en Guyane. Le drapeau du 9e RIMa a traversé l'Atlantique pour accompagner les deux commandos du CRAJ, qui ont été élevés au grade supérieur. Ils ont aussi été faits chevaliers de la légion d'honneur à titre posthume. Dans l'assistance, des gendarmes du GPIOM qui ont aussi traversé l'Atlantique pour être présents cet après-midi, et soutenir leurs deux blessés, hospitalisés à Percy (1). Trois des présents ont participé à la mission. Après avoir brièvement rencontré leur directeur général et le patron de la gendarmerie d'outremer, les membres du PGIOM sont allés retrouver leur blessés. Avant de reprendre l'avion, et les missions en forêt vierge.

(1) avec le sous-officier blessé à bord d'un hélicoptère le matin-même, et un autre gendarme touché le lendemain, sur un barrage fluvial.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Jeanlouis
Tribun Sénior
Messages : 99
Enregistré le : 05 oct. 2009, 01:36
Localisation : Grasse - 06

Re: Guyane : 2 militaires du 9e RIMA tués lors d’une opérati

Message par Jeanlouis » 04 juil. 2012, 19:42

Il aura fallu ces circonstances dramatique pour que, si je ne me trompe pas, le Drapeau du Régiment des trois A foule le sol de France depuis sa création. :-|
Respects aux familles des hommes du 9ème de l'Arme qui sont tombés en Guyane ainsi qu'au blessé qui j'espère ce rétabliront rapidement

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 8 invités