BOALI 31

Vous pouvez poster ici les reportages photographiques ou vos récits d'opérations militaires.

Vous devez être enregistré pour poster sur ce forum

Modérateur : Rédacteur

Répondre
Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2745
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

BOALI 31

Message par Rédacteur » 02 janv. 2013, 14:54

http://www.ladepeche.fr/article/2013/01 ... rique.html
02/01/2013 - SB
Castres. Des gâteaux pour la 1re compagnie en Centrafrique
180 paras du «8» se trouvent actuellement en Centrafrique. Le climat politique s'y est brusquement détérioré. Les militaires castrais ont vécu un réveillon particulier.

Le 7 novembre dernier, le 8e RPIMa a déployé pour une durée de 4 mois, le 31e mandat de l'opération Boali 31 en République Centrafricaine. Durant les premières semaines, les paras ont vaqué aux occupations traditionnelles de ce genre de mission (lire ci-dessous). Mais des incidents majeurs sont venus troubler les plannings (lire en particulier nos éditions du 31 décembre et du 1er janvier). Et notamment les activités programmées pour célébrer le changement d'année. Ainsi que nous l'a confirmé hier le lieutenant-colonel Benoît Fine, chef en second du «8», qui commande le détachement Boali : «La soirée fut extrêmement simple et prudente du fait de la situation locale».
Le capitaine Ageron sur l'aéroport

Et de décrire en effet la soirée du nouvel particulière qu'ont vécu les para castrais : «La première compagnie du 8e RPIMa, commandé par le capitaine Ageron, est présente sur l'aéroport de M'Poko. Deux de ses sections sont chargées d'assurer la protection des points de regroupements. Soit, l'ambassade de France et le quartier dit «17 villas». Lundi soir, les expatriés ont offert un verre à nos parachutistes ainsi que des gâteaux préparés par les épouses !»
Sur le camp de M'Poko

Le lieutenant-colonel complète : «Le restant du personnel du 8e RPIMa, soit l'état-major, dont moi-même, et le Détachement d'instruction opérationnel permanent, Diop, est sur le camp de M'Poko qui jouxte l'aéroport. Un repas pris tous en commun était prévu ; mais il devait reste sobre… Pour être prêts, au cas où.» Et le colonel de conclure : «L'ambiance du détachement est très bonne. Le personnel est très réactif et vigilant. La situation à Bangui est relativement calme.» Voilà qui devrait en tout cas rassurer toutes les familles concernées par cette Opération extérieure menée par les hommes de la première compagnie du «8». Sans compter bien sûr les nombreux amis et relations de ces paras et de leur régiment.

Le chiffre : 180

paras > castrais. Sur 250 militaires qui constituent l'effectif du détachement aux ordres du lieutenant-colonel Benoît Fine. Leurs actions sont coordonnées par l'État-major tactique commandé par le chef de bataillon Nicolet.
Avant le 25 : les actions débutaient

Avant le début des «événements» centafricains la 1re avait pu mener des tournées de présence et des actions de formation opérationnelles d'unités des Forces armées centrafricaines (Faca). Du 26 novembre au 7 décembre, le Détachement d'instruction opérationnelle permanent commandé par le capitaine Gueguen a formé 2 sections de 30 combattants. Les tournées, elles, ont permis aux parachutistes d'être au contact de la population, de mener des actions civilo-militaires au profit des villageois (réfection d'école, aide médicale)… et de découvrir le pays. Ainsi, la section du lieutenant Mazin avait pu quitter Bangui pour un petit village fluvial au sud de la capitale, Zimba. Ils y ont notamment repeint l'école et jouer un match amical de foot. Résultat : 2/2, mais les locaux étaient pieds nus !).
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2745
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Les paras castrais à Bangui

Message par Rédacteur » 02 janv. 2013, 14:59

http://www.ladepeche.fr/article/2012/12 ... angui.html
31/12/2012 - PC
La France refuse de s'ingérer dans l'actuelle crise centrafricaine, mais elle n'en a pas moins montré ses muscles, hier, à Bangui. 180 militaires français sont ainsi venus renforcer tôt, ce 30 décembre, le dispositif mis en place les jours précédents, dispositif armé notamment par 130 parachutistes du 8e RPIMa de Castres, présents en Centrafrique depuis début novembre.
Légion en renfort

Depuis le 26 décembre, ce sont en effet les militaires de l'opération Boali, commandés par le lieutenant-colonel Benoît Fine, commandant en second du «8», qui veillent à la sécurité des ressortissants et des emprises françaises de la capitale. Une mission qui est donc assurée par la première compagnie du régiment castrais, stationnée à l'aéroport de Bangui, laquelle a été renforcée dans la nuit du 27 au 28 décembre par une compagnie de légionnaires du 2e Régiment étranger de parachutistes, puis, hier, par une autre compagnie motorisée du 2e Régiment étranger d'infanterie. Deux hélicoptères Puma sont également arrivés à Bangui depuis le Tchad pour évacuer si nécessaire les Français sur place ou produire de l'appui-feu.

C'est également un ancien du 8e RPIMa, le colonel Bruno Paravisini, qui prendrait maintenant en mains les opérations dans un climat qui semblait cependant aller vers la négociation entre présidence et rebelles, ce dimanche.

Le président centrafricain François Bozizé a en effet promis hier au président de l'Union africaine Thomas Boni Yayi un gouvernement d'union nationale et assuré qu'il ne se représenterait pas, acculé par les rebelles qui ont menacé pour la première fois d'entrer dans Bangui. Le porte-parole du Séléka Éric Massi a déclaré «prendre acte» de ces promesses, ajoutant «si le président Bozizé applique concrètement les engagements, il n'y a pas de raison que la tension ne retombe pas et que nous ne trouvions pas une solution pacifique».
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2745
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Re: BOALI 31

Message par Rédacteur » 03 janv. 2013, 14:47

http://www.ladepeche.fr/article/2013/01 ... -paix.html
02/01/2013 - SB
Castres. Des missions au profit du retour de la paix
L'action du détachement Boali 31 s'inscrit dans le cadre de la Mission de consolidation de la paix (Micopax). «Il s'agit de de contribuer à la paix et à la stabilité en Centrafrique par la création des conditions préalables au développement durable dans le pays : protéger la population, sécuriser le territoire, contribuer au processus de réconciliation nationale, faciliter le dialogue politique.»

La 1re compagnie, commandée par le capitaine Ageron, le Détachement d'instruction opérationnel permanent (Diop)) du capitaine Gueguen, le groupe de commando parachutistes du lieutenant Pasquier mettent tout en œuvre pour accomplir leurs missions, et continueront à mettre tout en œuvre pour satisfaire aux évolutions des missions.»

Deux missions

Le second du 8e Rpima précise: «Le détachement que je commande avait jusqu'ici pour missions : de soutenir les militaires armant la Force multinationale de l'Afrique centrale, Fomac, bras armé de la Micopax, de participer à la formation des unités de cette Fomac déployées en brousse ainsi que des unités des Forces armées centrafricaines , Faca, et enfin d'être en mesure de remplir les missions confiées aux unités pré positionnées en Afrique. Le détachement est placé sous les ordres du général commandant les Forces Françaises au Gabon.»
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2745
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Les paras du "8" reviennent à Castres

Message par Rédacteur » 01 mars 2013, 16:15

http://www.journaldebangui.com/article.php?aid=4164
Les paras du "8" reviennent à Castres
Dans le même temps 180 parachutistes du Huit rentrent de Centrafrique après un séjour qui fut riche en évènement puisque le pays a connu de fortes tensions. Après quatre mois de mission dans la capitale centrafricaine Bangui, les éléments du 8e RPIMa aux ordres du lieutenant-colonel Benoît Fine, commandant en second du régiment, vont retrouver Castres. Le détachement avait pris pour nom «Boali 31». Son action s'inscrivait dans le cadre de la Mission de consolidation de la paix (Micopax).

Le mandat des Castrais aura été riche en évènement. Le 26 décembre 2012, l'ambassade France avait été l'objet de caillassage et d'agression nécessitant le déploiement des éléments de la 1re compagnie du capitaine Ageron sur l'emprise française ainsi que sur de regroupement «17villa». «L'arrivée de renfort à compter du 27 décembre entraînait une multiplication par 2,5 des effectifs du détachement, rappelle le colonel Fine. Il importait d'être prêts à défendre les intérêts français et, surtout, à pouvoir évacuer les ressortissants si nécessaire.» Il précise: «Depuis la situation s'est améliorée et a permis aux sections de la compagnie de reprendre leurs tournées de présence en province.» À la veille du retour «au pays» et plus particulièrement au sein des foyers castrais, le colonel Benoît souligne: «Le personnel du 8e RPIMa aura le sentiment du devoir accompli mais aussi d'avoir vécu un moment fort de l'histoire de la République Centrafricaine. Il y aura un avant et un après «décembre 2012». Chacun repart avec en mémoires des images fortes et variées, violentes et amicales, avec l'espoir que ce pays attachant sorte d'une crise profonde.»

Missions: sécurisation et formation
Dans un contexte qui allait s'avérer difficile pour le détachement Boali 31 du 8e Rpima, la mission dévolue au dispositif Micopax est de contribuer à la paix et à la stabilité en Centre Afrique : protéger la population, sécuriser le territoire, contribuer au processus de réconciliation nationale, faciliter le dialogue politique. Par ailleurs, le détachement d'instruction opérationnel du capitaine Gueguen a quant à lui parfait la formation des unités camerounaises, gabonaises, congolaise et tchadiennes avant leur déploiement dans le pays pour ramener définitivement le calme et la sécurité.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2745
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Fin de mandat pour les « volontaires » du 8e RPIMa

Message par Rédacteur » 05 mars 2013, 13:40

http://www.defense.gouv.fr/operations/a ... u-8e-rpima
05/03/2013 08:53
Le 3 mars 2013, les militaires français du 8e RPIMa déployés dans le cadre du mandat 31 de l’opération Boali ont achevé leur mission. Le mandat 32 est désormais armé par le 1er régiment d’Infanterie (1er RI).
Lors de la cérémonie qui c’est déroulé dans le camp M’Poko, le lieutenant-colonel Benoît Fine, commandant en second du 8e RPIMa de Castres, a transmis le commandement du détachement au lieutenant colonel Jean Marc Demay, commandant en second du 1er RI de Sarrebourg.
Les marsouins parachutistes du mandat 31 ont quitté Bangui, capitale de la république de Centrafrique, au terme d’une mission de quatre mois de mission au profit de la Mission de Consolidation de la Paix (MICOPAX) en Centrafrique. Le mandat 31 a été particulièrement marqué par les événements de fin décembre 2012. Entre le 25 et le 31 décembre, en raison d'une période d'instabilité en Centrafrique et à Bangui en particulier, près de 450 militaires français des FFG et deux hélicoptères Puma des EFT en provenance du Tchad ont été mis en place en renforcement du dispositif Boali. Ils avaient pour mission de consolider le dispositif de protection des ressortissants français et d’appuyer leur évacuation si nécessaire. Ce renfort temporaire avait été désengagé fin janvier.
A partir du 28 janvier, soit 4 jours après le retrait des l’ensemble des forces arrivées en renfort, une tournée de présence a été réalisé dans la région de Loko au sud de Bangui, puis trois autres chaque semaine dans les régions de Zimba, Zinga et Bobaya.
Entre le 15 janvier et le 25 février, le détachement d’instruction opérationnel (DIOP), composé de 7 militaires instructeurs, a mené 8 formations au profit de plus de 500 stagiaires issus d’unités camerounaise, gabonaise, congolaise et tchadienne avant leurs déploiements en République Centrafricaine pour ramener le calme et la sécurité. Auparavant, le DIOP avait mené 4 stages au profit de près de 270 stagiaires appartenant à des bataillons d’intervention territoriaux des forces armées centrafricaines (FACA) et de l’école d’officiers de Kassai.
La France est présente en RCA dans le cadre de l’opération BOALI depuis 2002. Cette opération vise à apporter un soutien à la force multinationale africaine déployée en Centrafrique sur les plans logistique, administratif, technique et si besoin, opérationnel à la Force de stabilisation africaine en RCA. Les militaires français de BOALI assurent par ailleurs des missions de formation des FACA dans le cadre des accords de coopération bilatérales et peuvent en permanence, si nécessaire, appuyer une opération d’évacuation de ressortissants (RESEVAC).
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2745
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Des éléments des FFG déployés en renfort à Bangui

Message par Rédacteur » 25 mars 2013, 23:07

http://www.defense.gouv.fr/operations/a ... t-a-bangui
24/03/2013 19:42
Dans la nuit du 22 au 23 mars 2013 et dans la journée du 24 mars, environ 300 militaires français en provenance des Forces Françaises au Gabon (FFG) ont été déployés en République Centrafricaine (RCA) à Bangui, en mesure d’assurer si nécessaire la sécurité des ressortissants et des emprises diplomatiques françaises.

Depuis le 22 mars, ce sont les militaires français de l’opération Boali, dont une compagnie du 1er régiment d’infanterie (1er RI) stationnée sur l’aéroport de Bangui, qui sont en mesure d’assurer la sécurité des ressortissants et des emprises françaises de la capitale. Cette compagnie a été renforcée le 22 mars par un état-major tactique du 6e bataillon d’infanterie de Marine (6e BIMa) et une compagnie de marsouins du 8e régiment de parachutistes d’infanterie de Marine (8e RPIMa) en mission de courte durée au Gabon (FFG). Ils ont été mis en place depuis Libreville par C160 Transall et par C130. Ce dispositif a de nouveau été renforcé dans la journée du 24 mars par une compagnie du 3e RIMa également en mission de courte durée au Gabon.

La France est présente dans le cadre de l’opération Boali en RCA depuis 2002. Cette opération vise à apporter un soutien logistique, administratif, technique et si besoin opérationnel à la MICOPAX (Mission de consolidation de la paix en République Centrafricaine). Les militaires français assurent par ailleurs des missions de formation des forces armées centrafricaines (FACA) tout en restant en mesure d’assurer la sécurité des ressortissants français si la situation l’exige.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2745
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Des militaires du 3ème RIMA de Vannes sont partis en RCA

Message par Rédacteur » 25 mars 2013, 23:28

http://bretagne.france3.fr/2013/03/25/d ... 22507.html
25/03/2013 | 12:03
Des militaires du 3ème RIMA de Vannes sont partis en Centrafrique
150 Marsouins du 3e Rima de Vannes ont rejoint Bangui ce week-end. Cette compagnie d'éclairage et d'appui étaient prépositionnés à Libreville au Gabon depuis février.
Les 150 Marsouins du 3è Rima sont partis en Centrafrique pour assurer la protection des ressortissants français et étrangers sur place. Le président centrafricain François Bozizé était toujours introuvable dimanche soir, après la prise de Bangui par les rebelles de la coalition Séléka dans la matinée, au terme d'une offensive éclair, lancée pour renverser le chef de l'Etat au pouvoir depuis dix ans.
Aujourd'hui,les pillages se multiplient dans la capitale centrafricaine, après la prise de la ville par les rebelles de la Séléka et la fuite du chef de l’État François Bozizé. Cette compagnie de Vannes d’éclairage et d’appui dispose de tireurs d’élite dans ses rangs.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2745
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Le «8» à nouveau en Centrafrique et bientôt au Tchad

Message par Rédacteur » 28 mars 2013, 15:18

http://www.ladepeche.fr/article/2013/03 ... tchad.html
26/03/2013 à 03:49
En raison de nouvelles tensions en Centrafrique, des troupes françaises basées au sein du 6e Bataillon d'infanterie de marine à Libreville au Gabon (6e BIMa commandé par le Castrais, le colonel Bruno Paravisini) ont été transférées sur Bangui dont les hommes du mouvement Séléka («Union» en langue sangho) ont pris le contrôle dimanche après que le président du pays, François Bozizé, eût déserté la ville…. Pour rejoindre Libreville. L'essentiel des quelque 180 militaires dépêchés en urgence à Bangui est issu de la 4e compagnie du 8e RPIMa, arrivée au Gabon le 20 février dernier. Environ 300 soldats supplémentaires ont été hier envoyés en renfort par Paris . Les militaires français sécurisent notamment l'aéroport de Bangui. Rappelons que lors des précédentes tensions fin 2012, 180 paras du Huit, placés sous le commandement du second du régiment castrais, le lieutenant-colonel Benoît Fine, et issus de la 1re compagnie, avaient séjourné en Centrafrique de novembre à début mars. Une nouvelle mission délicate donc pour le Huit… Prochainement, en juillet, ce dernier se rendra également au Tchad. Cette mission, dévolue cette fois à la 2e compagnie et à l'État-major du «8» (dont le chef de corps), n'était pas au programme de 2013 ; elle vient en conséquence des événements au Mali.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2745
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

République Centrafricaine : opération de sécurisation

Message par Rédacteur » 07 avr. 2013, 12:46

http://www.defense.gouv.fr/operations/a ... curisation
06/04/2013 14:58
Depuis le 22mars 2013, le détachement Boali a été renforcé à Bangui et se tient prêt à assurer, si besoin, la sécurité des ressortissants français et étrangers présents sur le territoire centrafricain.
Au total, ce sont un peu plus de 300 militaires français en mission de courte durée au sein des forces françaises au Gabon(FFG) qui ont été projeté depuis Libreville, à l’aide de plusieurs rotations deC160 Transall, C130 Hercules et Casa 235. Avec les 250 militaires français stationnés à Bangui dans le cadre de l’opération Boali, ce sont plus de 550militaires français qui sont présents dans la capitale Centrafricaine.
Les soldats français déployés dans la capitale centrafricaine assurent la sécurité des accès de l’aéroport international de M’Poko ainsi que la liberté des mouvements sur l’aéroport et la poursuite des vols commerciaux. Des patrouilles de sécurité, en étroite coordination avec la force multinationale d’Afrique Centrale (FOMAC) sont menées dans les quartiers résidentiels de la ville, auprès des sites importants pour la sécurité des ressortissants. Des militaires français sont également présents dans une cimenterie pour assurer la sécurité d’une centaine de travailleurs indiens.
Le 31 mars 2013,afin de renforcer les forces françaises au Gabon (FFG) dont deux compagnies sont présentes en RCA, une compagnie PROTERRE du 501e régiment de chars de combat (501e RCC) de Mourmelon a été projetée depuis la France.
La France est présente dans le cadre de l’opération Boali en RCA depuis 2002. Cette opération vise à apporter un soutien logistique, administratif, technique et si besoin opérationnel à la MICOPAX (Mission de consolidation de la paix en République Centrafricaine).
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités