RCA Bangui

Vous pouvez poster ici les reportages photographiques ou vos récits d'opérations militaires.

Vous devez être enregistré pour poster sur ce forum

Modérateur : Rédacteur

Répondre
Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2849
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

RCA Bangui

Message par Rédacteur » 02 janv. 2013, 15:17

http://lemamouth.blogspot.fr/2012/12/ba ... es-et.html
26/12/2012
Bangui : pas de craintes directes et immédiates
Malgré les violences dans la capitale de RCA aujourd'hui, et une intrusion repoussée dans l'ambassade de France à Bangui, la situation semble stabilisée. Et en tout cas moins désespérée que ne semble l'évoquer la littérature arrivant de RCA.
La France maintient sur place un élément para, dans le cadre de l'opération Boali (1), lancée en 2002. Cet élément est actuellement fourni par le 8e RPIMa, pour environ 250 personnels, ainsi que des éléments de soutien. Boali oeuvre principalement au profit de la MICOPAX (2). C'est tout l'avantage de bénéficier d'éléments prépositionnés, la capacité de réaction est évidemment bien plus rapide.
Au Tchad voisin, la France dispose aussi de 1000 militaires, avec un spectre de moyens aériens assez complets, comme c'est aussi le cas, à l'est, pour les FFDJ.
Traditionnellement, les armées françaises effectuent une RESEVAC tous les ans en moyenne, même si certaines années ont été plus riches que d'autres. Dans des contextes très différents, les dernières sont intervenues au... Tchad (2008), au Japon, en Libye et en Côte d'Ivoire (2011).
De fait, 26 RESEVAC ont été menées ces 20 dernières années.

(1) l'armée française est intervenue à Bangui en 1997 -c'était le 2e REP du colonel Puga, actuel CEMP- qui était mobilisé-, mais également entre 2006 et 2007. A l'époque, les Mirage F1 du 2/30 Normandie Niémen et les forces spéciales avaient contribué à sécuriser la région, parcourue, déjà, par une rebellion. Des chuteurs du 3e RPIMa, puis du COS, avaient notamment desserré l'étreinte sur le poste de Birao, assiégé.

(2) la MICOPAX assure le renforcement de la sécurité, au titre de la CEEAC. Actuellement, la MICOPAX compte 400 militaires venus de RDC, du Tchad, du Gabon, du Cameroun et du Congo./
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2849
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Nouveaux renforts français en RCA

Message par Rédacteur » 02 janv. 2013, 15:19

http://lemamouth.blogspot.fr/2012/12/no ... n-rca.html
30/12/2012
L'EMA envoie de nouveaux renforts en RCA. La compagnie motorisée armée par le 2e REI est arrivée du Gabon tôt ce matin, par Transall, avec un état-major tactique fourni par le 6e BIMa. De fait, c'est donc le chef de corps du 6e BIMa, le colonel Bruno Paravisini, qui prend en mains les opérations, tenues jusqu'à maintenant par le C2 du 8e RPIMa, qui commandait la compagnie de ce même régiment postée au titre de Boali à Bangui.
Le Gabon est donc vidé de ses moyens de combat, même s'il y reste les hélicoptères.En outre, deux Puma (soit 50% du potentiel sur place) sont venus directement du Tchad ce matin. Ces Puma peuvent permettre, le cas échéant, de produire de l'appui-feu, et d'extraire des ressortissants isolés. En 1997, en 2004, en 2011, de tels Puma ont eu un effet immédiat dans un contexte à peine différent, en Afrique.
C'est au Tchad que résident désormais les renforts les plus proches, autant en avions de transport (Transall, Hercules) qu'en moyens terrestres, et à Djibouti (5e RIAOM). Ensuite, si les choses s'aggravant, il faudra recourir au Guépard 12 heures.... armé par deux compagnies du 2e REP.
On peut imaginer que par delà ces moyens terrestres, des moyens aériens ont également été placés en alerte, pour extraire les ressortissants français et étrangers. Une RESEVAC peut consommer une dizaine d'avions tactiques. Le besoin en avions stratégiques est moins flagrant, du fait de la proximité du Tchad.
En tout état de cause, les renforcements de la semaine démontrent que malgré les entailles successives, l'outil militaire français n'est pas rouillé. Pour opérer en RCA, en tout cas.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2849
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Centrafrique: Le «boss» est un Castrais

Message par Rédacteur » 08 janv. 2013, 14:51

http://www.ladepeche.fr/article/2013/01 ... -boss.html
05/01/2013 - SB
Pour rappel : la 1re compagnie et une partie de l'État-major du 8e RPIMa sont stationnées en Centrafrique depuis le 7 novembre. Les 180 Castrais constituent l'essentiel d'un détachement de 240 hommes, placés sous le commandement du lieutenant-colonel Benoît Fine, actuel second du Huit. En cas de crise, l'envoi d'un renfort est automatiquement programmé. Ce qui est le cas depuis le 25 décembre. Ce renfort est assuré par le 6e Bataillon d'infanterie de marine (BIMa) basé à Libreville au Gabon. Ce Bataillon est actuellement commandé par… un Castrais, le colonel Bruno Paravisini ! Cet ancien second du quartier Fayolle et sa famille résident en effet dans le quartier du Travet. Le détachement français de Centrafrique, et en particulier son état-major, s'est donc intégré à celui du colonel Paravisini. Benoît Fine devenant ainsi son adjoint le commandant Nicolet l'adjoint du chef opérations de l'état-major du 6e BIMa, qui, outre une partie de son état-major, est arrivé avec deux compagnies (l'une issue du 2e REI de Nîmes et l'autre du 2e REP de Calvi).
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités