Le dernier voyage du Jacques-Cartier

Vous pouvez poster ici les reportages photographiques ou vos récits d'opérations militaires.

Vous devez être enregistré pour poster sur ce forum

Modérateur : Rédacteur

Répondre
Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Le dernier voyage du Jacques-Cartier

Message par Rédacteur » 16 avr. 2013, 13:04

http://www.lnc.nc/article/pays/le-derni ... es-cartier
lundi 15 avril 2013 à 03H00
Après trente ans de service en Nouvelle-Calédonie et dans le Pacifique, le Jacques-Cartier va larguer ses amarres pour de bon le vendredi 19 avril. Ce départ est définitif et signe la fin de la carrière militaire de ce bateau connu de toutes les îles. Il rejoindra Brest, en France, pour y être désarmé.

Départ le 19 avril. Après deux mois et demi de mer, le Jacques-Cartier est attendu en rade de Brest pour être retiré du service actif, selon l’expression consacrée, et être ensuite désarmé.

Plus qu’un bateau militaire qui s’en va, le départ du Jacques-Cartier tourne une véritable page de l’histoire du Caillou et de ses voisins. Depuis 1984, ce batral (bâtiment de transport léger) a été l’outil indispensable de nombre d’opérations militaires, humanitaires ou de sauvetage. Mi-mars, le bateau était encore au Vanuatu, sur la petite île de Tongoa, pour l’opération Castor. Des militaires du Rimap ont passé un mois sur place à remettre à neuf le dispensaire. Pour la dixième fois, le Jacques-Cartier y a assuré le transport des hommes et du matériel, aller-retour directement sur place, grâce à sa capacité de « plageage », autrement dit sa capacité à accoster à même la plage. C’est la marque de fabrique des batrals.


Désarmement. Cinq de ces bateaux militaires ont été construits dans les années soixante-dix et quatre-vingt. Après le désarmement du Jacques-Cartier, seuls deux seront encore en service, l’un à La Réunion, l’autre aux Antilles.

« Les opérations Castor sont vraiment des missions exceptionnelles pour nous, car elles correspondent exactement au métier de ce bateau et elles sont remarquables par l’accueil formidable qui nous est réservé. Ça, ça frappe particulièrement quand on arrive de Métropole », commente le capitaine de corvette Amaury Moreau de Bellaing, dernier commandant du Jacques-Cartier. A ses côtés, Jérôme Leclerc, enseigne de vaisseau 1re classe et officier en 6e du bateau, conforte : « Le Jacques-Cartier est connu dans tout le Pacifique. » Et pour cause, il a sillonné l’océan pendant trente ans entre le Caillou, Wallis-et-Futuna, le Vanuatu, Tonga, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, etc.

Volontaires. A bord, pas de marins au long cours sur ces trente dernières années, l’équipage militaire étant régulièrement renouvelé. Mais nombre de Calédoniens ont arpenté le Jacques-Cartier, en service actif ou en tant que volontaires.

Seize volontaires font aujourd’hui partie de l’équipage. Ils sont engagés dans la marine sous contrat d’un an. Ces seize-là vont assurer le dernier voyage du batral de Nouméa à Brest.

Une vraie aventure pour nombre d’entre eux. Et le commandant sait déjà l’excitation de ces matelots à partir deux mois et demi en mer avec la découverte de nouveaux pays, en escales. D’ici-là, l’équipage prépare la vieille coque au voyage et se prépare lui-même sachant que la traversée comprend quelques zones de piraterie.

Pour le dernier salut au Jacques-Cartier, rendez-vous vendredi matin.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités