2018 : Troupes de Marine Monde

L'actualité des unités TDM jusqu'à aujourd'hui

Vous devez être enregistré pour passer une annonce

Modérateur : Rédacteur

Répondre
Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

2018 : Troupes de Marine Monde

Message par Rédacteur » 05 mars 2018, 22:45

Chine : Hégémonie maritime en Asie du sud
France Inter, lundi 15 janvier 2018, par Anthony Bellanger
https://www.franceinter.fr/emissions/l- ... nvier-2018


Le tanker iranien qui brûlait depuis plusieurs jours au large de la Chine a donc fini par sombrer.

Le tanker iranien qui brûlait depuis plusieurs jours au large de la Chine a donc fini par sombrer...

Et avec lui près de 136 000 tonnes d'hydrocarbure et ce, à 300 km au large de Shanghai. Pour vous donner une idée, c'est à peu près le tonnage du Torrey Canyon qui, en mars 1987, avait pollué les côtes bretonnes.

La différence de taille est que le Torrey Canyon transportait du pétrole brut, très épais, visqueux et difficile à traiter alors que dans le cas du pétrolier iranien échoué en mer de Chine, il s'agit d'hydrocarbure légers, plus facilement dispersables.

Il n'empêche, les autorités chinoises ont déjà relevé une nappe de près de 20 km de long. Ce qui fait, qu'en plus des deux victimes humaines de cette catastrophe, la région va devoir gérer la pire marée noire depuis 1991.

Alors que sait-on de ce tanker ? Qu'il est iranien, qu'il se dirigeait vers la Corée du sud et que, pour se faire, il a emprunté un des axes maritimes les plus importants au monde : le fameux détroit de Malacca, par lequel passe un tiers du commerce mondial.

Un détroit stratégique donc surtout pour la Chine

Lorsqu'on parle de commerce mondial, on parle avant tout de commerce maritime. C'est par les mers et les océans que transitent les trois-quart du commerce mondial. Or la Chine est avant tout une nation exportatrice.

Donc, pour elle, le contrôle des voies maritimes depuis l'océan indien jusqu'à la mer de Chine en passant par le fameux détroit indonésien de Malacca, est une affaire centrale qui ressort carrément de son indépendance.

C'est son obsession actuelle : contrôler les routes maritimes par lesquelles passent ses marchandises mais aussi son approvisionnement en pétrole. Voilà pourquoi un tanker iranien croisait dans ces eaux : l'Iran est un des premiers fournisseurs en pétrole de la Chine.

C'est même une des leçons les plus étonnantes de la crise actuelle au Moyen-Orient. Les Etats-Unis font tout depuis 40 ans pour affaiblir l'Iran qui s'est donc massivement tournée vers la Chine. Aujourd'hui la moitié des exportations iraniennes partent en Chine !

Les Etats-Unis ont tout de même beaucoup d'alliés en Asie du sud

Vous avez raison. Jusqu'à présent, ce sont les Etats-Unis qui assuraient la sécurité du transport maritime en Asie du Sud. Ils ont pour cela des alliés anciens, comme les Philippines, l'Indonésie, la Corée du Sud et évidemment le Japon.

Autrement dit, pendant l'essentiel du XXe siècle, ce que la Chine vendait et ce qu'elle achetait passait au large de bases américaines et était escorté par des navires de guerre américains. La Pax Americana en clair, du détroit d'Ormuz à celui de Malacca.

Mais cet ordre mondial est devenu insupportable à la Chine. D'abord pour des raisons historiques. La Chine a toujours contrôlé – de l'antiquité au XIXème siècle – le commerce régional et les routes maritimes.

Elle n'a abandonné ce contrôle qu'à compter du milieu du XIXe siècle aux britanniques d'abord et aux américains ensuite. C'est ce qu'elle appelle « le siècle de l'humiliation ». Elle ne fait donc, en ce début de XXIe siècle que récupérer son bien séculaire.

Et elle s'en donne les moyens

D'abord des moyens militaires : en cinq ans, ses troupes de marine devraient passer de 20 000 à 100 000 hommes. Et je ne parle même pas de sa flotte dont il est prévu qu'en quinze ans, elle dépasse celle des Etats-Unis.

Par ailleurs, Pékin a réactivé toutes ses revendications maritimes, même les plus délirantes. C'est-à-dire qu'elle revendique des îles et îlots qui sont parfois à quelques kilomètres des côtes Philippines, par exemple, et à plusieurs centaines des siennes.

L'idée est toujours la même : imposer un rapport de force, pas forcément pour faire la guerre mais juste pour s'imposer. Et les Etats-Unis n'ont déjà plus les moyens de suivre.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Réductions budgétaires imposées aux Royal Marines

Message par Rédacteur » 05 mars 2018, 23:59

Le ministre britannique de la défense accuse la Russie de vouloir tuer « des milliers, des milliers et des milliers » de Britanniques
Mondialisation.ca, 29 janvier 2018, Par Robert Stevens
https://www.mondialisation.ca/le-minist ... es/5622676
Le ministre de la défense Gavin Williamson a fait monter d’un cran les menaces britanniques contre la Russie.

Dans un entretien avec le Daily Telegraph, publié vendredi en une, Williamson a déclaré que la Russie espionnait les infrastructures les plus sensibles de Grande-Bretagne et a affirmé que : « Le plan des Russes ne sera pas de faire apparaître des péniches de débarquement dans la baie Sud à Scarborough, et au large de la plage de Brighton. »

« Ce qu’ils [la Russie] envisagent de faire, c’est qu’ils vont penser, « Comment pouvons-nous infliger le maximum de souffrance à la Grande-Bretagne ? » Endommager son économie, disloquer ses infrastructures, causer des milliers, des milliers et des milliers de morts, créer un véritable chaos dans le pays. »

Le journal a écrit : « Gavin Williamson a déclaré au Daily Telegraph que Moscou étudiait les infrastructures les plus sensibles du Royaume-Uni et comment ces dernières se connectaient aux réseaux d’énergie continentaux en vue de créer la “panique” et le “chaos”. »

Williamson a ajouté que la Russie était prête à prendre des mesures « que toute autre nation verrait comme complètement inacceptable ».

Sans citer aucun élément de preuve, il a posé la question suivante : « Pourquoi passeraient-ils leur temps à photographier et à surveiller les centrales électriques, pourquoi examinent-ils les réseaux qui apportent tant d’électricité et d’énergie dans notre pays ? »

Le journal a noté qu’il s’agissait d’une référence aux « réseaux d’énergie qui relient le Royaume-Uni aux approvisionnements continentaux et permettent à la Grande-Bretagne de commercer et de partager l’électricité et le gaz avec ses voisins. »

Le Royaume-Uni, a-t-il dit, « a quatre réseaux de transit sous-marins pour l’électricité et trois pour le gaz, qui fournissent de l’énergie à trois millions de foyers, chiffre qui passera à huit millions lorsque d’autres connexions seront construites. »

Les commentaires de Williamson surviennent quelques jours après que le général Sir Nick Carter, le chef de l’état-major général des forces armées, a déclaré que la Grande-Bretagne devait se préparer [article en anglais] à la guerre avec la Russie et d’autres rivaux géopolitiques.

L’entretien avec Williamson a été diffusée le lendemain de la rencontre entre le Premier ministre britannique Theresa May et le président américain Donald Trump au sommet de Davos, après quoi ils ont tenu une conférence de presse conjointe. Après avoir déclaré que les médias diffusaient de « fausses rumeurs » sur leur relation, Trump a déclaré que lui et May « s’apprécient beaucoup ».

Trump a souligné avant tout que les États-Unis et la Grande-Bretagne étaient au même diapason pour les questions militaires : « Nous travaillons sur des transactions en termes de développement économique, commercial et peut-être le plus important, l’armée. Nous sommes inséparables quand il s’agit de l’armée. Nous avons les mêmes idées, les mêmes idéaux. »

En fixant du regard May, il a poursuivi : « Nous nous battrons toujours à vos côtés, quoi qu’il vous arrive. Vous le savez. »

May, qui signalait son accord général avec le point de vue de Trump, ressemblait à un jouet de chien hochant la tête lorsque que Trump parlait en faveur de l’alliance militaire entre les États-Unis et le Royaume-Uni. Elle a répondu : « Nous continuons d’avoir cette relation vraiment spéciale entre le Royaume-Uni et les États-Unis. Nous sommes côte à côte parce que nous faisons face aux mêmes défis dans le monde entier. Et comme vous le dites, nous travaillons ensemble pour vaincre ces défis. »

Mardi, le général Carter a déclaré que pratiquement toute activité menée par un autre État pour défendre ses intérêts politiques, économiques et militaires pouvait maintenant être considérée comme un acte de guerre.

Il n’y avait plus « deux états clairs et distincts de “paix” et de “guerre” », a déclaré Carter. « Tous ces États sont passés maîtres dans l’exploitation des zones d’ombre entre la paix et la guerre ».

« Ce qui constitue une arme dans cette zone d’ombre ne fait pas nécessairement “boum”. L’énergie, l’argent sous forme de pots-de-vin, les pratiques commerciales malhonnêtes, les cyberattaques, les assassinats, les fausses nouvelles, la propagande et même l’intimidation militaire sont autant d’exemples d’armes utilisées pour tirer profit de cette ère de « concurrence constante ». »

L’entretien de Williamson accordé au Telegraph intervient après que son lobbying ait obtenu, cette semaine, un retard dans les réductions des dépenses de défense qui devaient être discutées au sein du Cabinet dans le cadre de la Revue de la Capacité de la Sécurité nationale. Au lieu de cela, une étude de cinq mois des dépenses militaires a été annoncée par le gouvernement, qui sera dirigée par le ministère de la défense lui-même.

La pression de Williamson pour une augmentation des dépenses militaires a été soutenue par des généraux de haut rang, dont Carter et le chef d’état-major général, Sir Stuart Peach – qui est le conseiller militaire principal du gouvernement. En novembre, Peach a affirmé, sans citer aucune preuve, que les forces navales russes développaient une capacité de couper les câbles sous-marins à fibre optique [article en anglais].

Williamson a également été soutenu par son prédécesseur au poste de ministre de la défense, Sir Michael Fallon. Dans une intervention majeure, Fallon a utilisé son premier discours public depuis sa démission il y a deux mois, sur fond d’allégations d’inconduite sexuelle, pour exiger une augmentation substantielle des dépenses militaires. Parlant lundi au groupe de réflexion du « Forum défense et sécurité », Fallon a exigé que le budget de la défense se voit alloué immédiatement 1 milliard de livres supplémentaires et a proposé que le Royaume-Uni passe à 2,5 pourcent de son PIB sur la défense contre 2 pourcents actuellement – le minimum recommandé par l’OTAN.

Ne pas le faire signifierait un « retrait de notre vision d’une Grande-Bretagne mondiale confiante et tournée vers l’extérieur, défendant nos peuples, nos valeurs, nos alliés, on se retrouvera marginalisé sur l’échiquier mondial, un champion de second ordre de la démocratie et de la liberté ».

Cela « signifierait s’éloigner de nos obligations internationales, laisser tomber nos alliés et, à la fin, nous rendre plus vulnérable ».

Fallon a fait monter les enchères dans une chronique du Daily Telegraph jeudi, la veille de l’entretien de Williamson accordé au même journal. Il a écrit qu’il avait prévenu la Première ministre May, il y a un an, que « la dépréciation de la livre sterling et l’augmentation des coûts dans le nucléaire mettaient une forte pression sur les budgets pour 2017-18 et 2018-19. Si nous voulions jouer un rôle de premier plan dans l’OTAN, avec nos troupes et nos Typhoon [[avions de chasse] défendant son flanc oriental ; contrer la menace des sous-marins russes contre notre dissuasion et nos câbles dans l’Atlantique Nord ; continuer à assurer la deuxième plus grande charge de frappes aériennes et de formation de l’armée en Irak […] alors nous devions mettre le budget de la défense sur une base plus durable. »

Il a ajouté :

« La nouvelle étude doit reconnaître que les menaces sur notre pays ont considérablement augmenté. Avant l’invasion de la Crimée, la Russie semblait anodine. Nous voyons maintenant sa menace pour les démocraties occidentales. Et la Russie ne dépense pas 2 pourcents mais 5 pourcents du PIB pour moderniser ses forces conventionnelles et nucléaires, sur la guerre hybride et électronique. »

Le parti travailliste joue un rôle crucial dans l’escalade des tensions contre la Russie. En réponse aux commentaires de Williamson, Lord West, un ancien chef de l’état-major de la marine et ministre de la sécurité du gouvernement travailliste, a déclaré qu’il était « absolument certain que la Russie cherchait à pénétrer nos infrastructures nationales les plus sensibles ».

Le 11 janvier, le Parlement a débattu d’une motion présentée par le député travailliste Vernon Coaker, exigeant que la taille, l’équipement et l’entraînement des forces armées britanniques soient maintenus au moins au niveau actuel et qu’aucune réduction supplémentaire des dépenses et des capacités de défense ne soit imposée.

Dans un autre débat, quatre jours plus tard, en réponse à Julian Lewis, président conservateur du Comité parlementaire de la défense qui soulevait des soucis quant aux réductions possibles dans le cadre de l’évaluation de la capacité de sécurité nationale en cours, le travailliste Nia Griffith, ministre fantôme de la défense, a insisté sur l’augmentation des dépenses de défense.

Le député travailliste Luke Pollard a rappelé à tous d’où venait la principale menace pour le Royaume-Uni : « Avec la montée en puissance de la Russie, nos alliés menacés et notre flanc Nord vulnérable à la puissance navale russe, la menace du grand ours russe est claire. Est-ce que le ministre de la défense comprend qu’il n’y a de soutien de la part d’aucun député dans ce parlement pour de nouvelles réductions budgétaires imposées à notre Royal Navy et de nos Royal Marines [infanterie de marine] ou pour des fusions qui réduisent les capacités de nos forces armées ? »
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Les JO de Pyeongchang masquent la montée de tensions sans précédent autour de la Chine

Message par Rédacteur » 06 mars 2018, 19:26

Les JO de Pyeongchang masquent la montée de tensions sans précédent autour de la Chine
Europe 1, 08h05, le 16 février 2018

Chaque jour, Vincent Hervouet traite d’un sujet international.

Les Chinois fêtent le nouvel an lunaire. Et toute l’Asie avec eux. L’année du chien commence ce matin.

Comme tous les ans, une immense transhumance a saisi les Chinois, ils sont des centaines de millions à retourner dans leurs familles pour rendre un culte aux anciens. On fête le printemps, partout où il y a des communautés chinoises. Toute l’Asie est au diapason et s’aligne sur le calendrier traditionnel de Pekin même si on parle de Nouvel an japonais, de la fête du Tet au Vietnam, de Seollal en Corée.

Autant de pays qui résistent à l’influence de la Chine, le grand voisin qui leur marche sur les pieds, qui leur dispute les eaux territoriales, le tracé de la frontière ou qui leur impose les nouvelles routes de la soie.

Ils résistent, en vain.

Le président Xi Jin ping a promis le retour de la Chine sur la scène internationale et on observe dans tous les domaines l’affirmation de cette puissance. Comme c’est l’année du chien, la question est de savoir qui il va mordre.

Vous croyez aux devins qui prédisent que l’année du chien va être une année de tensions et de conflits?

Les avis des maitres Feng Shui sont affichés dans les salles de marchés et personne là-bas ne prend de décision grave sans les avoir consultés. Les stratèges qui prophétisent impressionnent davantage nos esprits cartésiens.

Le chef des forces américaines dans la zone du Pacifique, l’amiral Harry Harris était auditionné avant hier au Congrès. Il a expliqué que l’expansion de l’armée populaire de libération était de plus en plus rapide et qu’elle rivaliserait plus vite que prévu avec l’armée américaine dans tous les domaines. Selon sa liste, elle a considérablement progressé dans le déploiement de batteries de missiles, dans le développement d’une cinquième génération d’avions de combat, dans l’accroissement en taille et en capacité de sa marine de guerre, avec ses portes avions et ses nouvelles bases à l’étranger. Un seul exemple, l’an dernier, l’infanterie de marine est passée de 20 mille à 100 000 hommes. Or, à quoi cela sert, un Marsouin ? A être projeté sur des théâtres au loin. C’est à dire que la Chine conçoit désormais la défense de ses intérêts bien au-delà de ses frontières.

C’est un effort du même ordre qui est mobilisé pour les capacités satellite ou la cyber-défense.

L’amiral prêche pour sa paroisse.

Les amiraux aiment les armadas, c’est vrai. Celui-là vient d’être désigné comme ambassadeur en Australie, son raisonnement est politique. L’Asie orientale est bien le pré-carré où les deux premières puissances mondiales rivalisent.

Donald Trump qui est né en 1946, année du chien de feu, a réitéré cette semaine ses menaces commerciales contre la Chine et la Corée. Cette semaine, Pékin a pris des mesures anti dumping contre un produit chimique américain, le styrène.

Les militaires montrent leurs muscles. Les juristes aiguisent leur arsenal. C’est l’année du chien. Pour l’instant, il aboie.
Vincent HERVOUET
Par Vincent HERVOUET
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

La Chine entame un exercice d’envergure de ses fusiliers marins

Message par Rédacteur » 16 mars 2018, 10:38

La Chine entame un exercice d’envergure de ses fusiliers marins
https://fr.sputniknews.com/internationa ... rs-marins/
SputnikNews, 07:13 16.03.2018
L’infanterie de marine de l’armée chinoise a entamé d’importants exercices transrégionaux impliquant plus de 10.000 militaires, selon Global Times.
«Dans le cadre des plus importants exercices du genre, plus de 10.000 militaires ont parcouru 2.000 km pour se rendre sur deux bases d'entraînement dans la province du Yunnan (sud-ouest) et dans la province de Shandong (est)», annonce le quotidien chinois Global Times.
Durant leur déplacement, les unités ont combiné divers modes de transport, notamment par les airs, les eaux et les voies ferrées. Conformément au plan des exercices, les fusiliers marins devront accomplir plus de 30 missions différentes dans les zones subtropicales de la jungle montagneuse.

La durée des exercices n'est pas précisée.

En mars dernier, South China Morning Post avait annoncé que la Chine se proposait de porter les effectifs de son corps d'infanterie de marine de 20.000 à 100.000 hommes pour défendre ses communications maritimes d'importance vitale et ses intérêts croissants à l'étranger. Selon la même information, un contingent serait déployé sur une base navale chinoise à Djibouti, sur la Corne de l'Afrique, et un autre dans le port de Gwadar, dans le sud-ouest du Pakistan.

Pour mémoire
https://fr.sputniknews.com/presse/20160 ... -djibouti/
L'armée chinoise prend position sur la côte africaine
SputnikNews, 21:07 05.04.2016
Djibouti sera le premier point d'appui de la marine chinoise à l'étranger, d'où elle pourra viser le détroit de Bab-el-Mandeb.
Pékin justifie cette décision par la nécessité de "renforcer les opérations antipirates et le maintien de la paix" — même si des unités américaines, françaises, japonaises et italiennes sont déjà déployées dans ce petit pays. Washington pense qu'en réalité, Pékin veut s'appuyer sur sa force militaire pour pénétrer en Afrique. D'après les experts, le bras de fer entre la Chine et les USA pour le contrôle des voies commerciales en mer Rouge et dans l'océan Indien va encore se durcir.
Djibouti, ancienne colonie française, n'est peuplée que de 800 000 habitants. Elle accueille pourtant plusieurs bases militaires des plus grandes puissances mondiales.
Car "celui qui s'installera dans le port de Djibouti pourra protéger l'entrée de la mer Rouge et le canal de Suez, où passe l'un des itinéraires commerciaux les plus fréquentés", a déclaré à l'AFP le général Philippe Montocchio, commandant des forces françaises stationnées à Djibouti.
L'accord conclu avec la Chine implique la construction d'une base logistique navale d'ici fin 2017, où pourront être stationnés jusqu'à 10 000 soldats. Il s'agira du premier avant-poste chinois hors du territoire du pays, où des militaires seront présents à titre permanent.
Le Financial Times affirme que cet accord illustre un "profond changement dans la politique chinoise, jusqu'ici tournée vers l'intérieur du pays et n'impliquant pas d'intervention sur le front extérieur". Pékin veut désormais affirmer son rôle en tant que puissance militaire mondiale. La Chine avait déjà promis de faire quadrupler sa contribution aux opérations de maintien de la paix de l'Onu et d'augmenter son contingent jusqu'à 8 000 hommes, rappelle le journal britannique.
Pékin n'est pour autant pas disert sur ses plans stratégiques en Afrique et parle seulement "d'installations logistiques", qui lui permettront "d'approvisionner ses navires participant à la lutte contre la piraterie".
La Chine a d'importants intérêts économiques dans cette région. Par exemple, elle finance la construction de voies de transport menant en Éthiopie, qui n'a pas de débouché vers la mer.
D'après le Financial Times, les pays occidentaux sont préoccupés par l'arrivée prochaine de militaires chinois dans la région. Ils craignent que la Chine prenne peu à peu le contrôle des itinéraires maritimes à destination du Moyen-Orient — car après Djibouti, la Chine pourrait créer un réseau de postes d'appui.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

La Marine chinoise va procéder à des exercices en mer de Chine méridionale

Message par Rédacteur » 24 mars 2018, 23:49

La Marine chinoise va procéder à des exercices en mer de Chine méridionale
http://french.china.org.cn/china/txt/20 ... 744446.htm
French.china.org.cn, 24. 03. 2018
Les forces navales de l'Armée populaire de libération (APL) vont effectuer des exercices de combat en mer de Chine méridionale dans les prochains jours, a annoncé la Marine vendredi.

Selon le département du personnel de la Marine, ces exercices font partie du plan d'entraînement annuel de la Marine et ont pour but de renforcer l'entraînement des troupes et d'améliorer leurs capacités de combat. Ils ne visent aucun pays ni aucune cible spécifique, a déclaré le département dans un communiqué, sans en dire davantage.

L'annonce est intervenue deux jours après que les autorités de la défense de Taïwan aient rapporté que le porte-avions Liaoning et le navire de ravitaillement Lac Hulun de la Marine de de l'APL ont traversé le détroit de Taïwan plus tôt cette semaine, ce qui n'a pas encore été confirmé par la Marine chinoise.

Un chercheur proche de la Marine de l'APL, qui a demandé rester anonyme, a dit au China Daily qu'il est possible que le groupement de combat du Liaoning participe aux prochains exercices en mer de Chine méridionale pour vérifier ses capacités opérationnelles après un entraînement récent.

Selon les informations disponibles, les exercices à venir seront les premières opérations de ce type menées par la Marine en mer de Chine méridionale en 2018.

En février, une flottille composée de trois navires dirigée par le destroyer lance-missiles guidés Changsha a procédé à des exercices de combat dans les océans Indien et Pacifique occidental.

Plus tôt ce mois-ci, deux unités du Corps des troupes de marine de l'APL, totalisant plus de 10 000 hommes, ont parcouru environ 2 000 kilomètres dans le cadre d'un exercice de mobilité, qui a été qualifié par les observateurs militaires de manœuvre la plus importante de ce Corps.

L'armée chinoise accorde une grande attention aux exercices de combat et aux opérations conjointes depuis que le président Xi Jinping, qui est également président de la Commission militaire centrale, a pris ses fonctions.

En conséquence, selon la Marine, tous les navires de combat des forces navales de lAPL passent maintenant environ huit mois par an en mer, effectuant des patrouilles, des exercices et des entraînements, beaucoup plus longtemps qu'auparavant.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité