2017 : RMT

L'actualité des unités TDM jusqu'à aujourd'hui

Vous devez être enregistré pour passer une annonce

Modérateur : Rédacteur

Répondre
Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

2017 : RMT

Message par Rédacteur » 11 août 2017, 15:02

Bientôt un cinquième bataillon à l'Ensoa
La Nouvelle République, 28/01/2017 05:35
http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux ... oa-2982757
Les promotions se succèdent à l'école militaire, le rythme et les effectifs de chacune d'elles se renforcent si bien que la création d'un cinquième bataillon de formation d'élève s'est posée aux autorités militaires. Il devrait se concrétiser d'ici peu de temps, celui des infrastructures pour l'abriter à l'Ensoa. En attendant cette montée en charge de l'activité, la 312e promotion de l'Ecole nationale des sous-officiers d'active, baptisée « sergent Maurice Delestre », s'est vue remettre ses premiers galons de sous-officier, jeudi soir 26 janvier à 18 h à la Maison mère des sous-officiers de l'armée de Terre, le quartier Coiffé. Elle était présidée par le général de corps d'armée Hervé Wattecamps, directeur des ressources humaines de l'armée de Terre, en présence du préfet Jérôme Gutton et de Delphine Batho, députée, également de M. Varnier, cousin du parrain de promotion.

La cérémonie était rehaussée par la présence de deux emblèmes, le drapeau de l'Ensoa et celui du régiment de marche du Tchad. Basé à Meyenheim Haut-Rhin depuis 2010, le régiment est l'héritier du régiment de tirailleurs sénégalais du Tchad. Il a été créé en Afrique du nord 1943, sous l'impulsion du futur maréchal de France Philippe Leclerc de Hautecloque. Cette cérémonie était également honorée par la présence de la musique des troupes de marine, basée à Versailles. La 312e promotion, composée de 291 élèves de recrutement direct, a été incorporée le 6 juin 2016 au sein du 4e bataillon.
A noter que deux élèves féminines se classent parmi les quinze premières places, dont l'une (Amélie) est vice-major de promotion.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

ENSOA: la promotion Sergent Maurice Delestre a reçu ses galons

Message par Rédacteur » 11 août 2017, 15:08

ENSOA: la promotion Sergent Maurice Delestre a reçu ses galons
Ouest-France, Ligne de Défense, 28.01.2017
http://lignesdedefense.blogs.ouest-fran ... 17535.html
La remise de galons aux élèves de la 312e promotion "Sergent Maurice Delestre" de l’ENSOA a eu lieu jeudi soir. Les élèves (de recrutement direct) étaient 291 sur les rangs (photos ENSOA).
Aux côtés du drapeau de l’ENSOA était présent celui du Régiment de Marche du Tchad (au sein duquel a servi le parrain de promotion). Ce régiment, stationné à Meyenheim (68) depuis 2010, est l’héritier du Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad. Le régiment de Marche du Tchad a été créé en Afrique du nord 1943, sous l’impulsion du futur maréchal de France Philippe Leclerc de Hautecloque.
Le parrain. Le sergent Maurice Delestre (1928-152) s'est engagé à l’âge de 17 ans dans l’armée de Terre au titre des Troupes Coloniales. Il a débuté sa carrière comme militaire du rang au 15e régiment de Tirailleurs Sénégalais (15e R.T.S) alors stationné dans le Constantinois, en Algérie. Affecté, le 30 mars 1951, à Nam Dinh (Tonkin), au 1er Bataillon de Marche du 24e Régiment de Tirailleurs Sénégalais (1/24e RTS), il a trouvé la mort le 4 mai 1952, à la tête de ses muongs, en attaquant le village de Pho Tam (Tonkin).
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

De jeunes engagés se forment au régiment de marche du Tchad à Meyenheim

Message par Rédacteur » 12 août 2017, 21:25

De jeunes engagés se forment au régiment de marche du Tchad à Meyenheim
France 3 Alsace Publié le 23/02/2017 à 15:37
http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 02105.html
Comme son nom ne l’indique pas, le régiment de marche du Tchad est un régiment installé en Alsace, sur l’ancienne base aérienne de Meyenheim. Mais comment ces militaires sont-ils formés et quelles sont leurs motivations ?
Ils sont entre 120 et 150 soldats, la plupart Alsaciens. Ces hommes sont très souvent mobilisés pour des opérations extérieures. C’est sur l’ancienne base de Meyenheim qu’ils viennent apprendre le métier de combattant dans l’infanterie de marine.
Il est 6h du matin dans l’ancien hangar à avion, transformé en dortoir. Et le réveil, après un week-end de permission, est plutôt difficile. Les plus jeunes ont 18 ans. Un âge où se réveiller tous les jours aux aurores pour partager deux lavabos avec une quarantaine d’autres garçons ne constitue pas forcément un idéal de vie. C’est pourtant leur choix et ils se sont engagés pour 5 ans.
Une vie de risque et d’aventures, c’est en partie ce qui motive ces jeunes volontaires. Et depuis les attentats de 2015, l’armée en compte de plus en plus, en quête de valeurs et d’engagements.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Régiment de marche du Tchad : 76e anniversaire du serment de Koufra

Message par Rédacteur » 12 août 2017, 21:30

Régiment de marche du Tchad : 76e anniversaire du serment de Koufra
France 3 régions, Par Marie Pouchin Publié le 03/03/2017 à 19:18
http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 07327.html
Hier, le RMT célébrait le 76e anniversaire du serment de Koufra. Le 2 mars 1941, le colonel Leclerc jurait de combattre jusqu’à ce que Paris soit libérée et que le drapeau français flotte à nouveau sur la cathédrale de Strasbourg. Une histoire qui façonne encore les jeunes soldats.
C'etait le 2 mars 1941. Le colonel Leclerc et son régiment de tirailleurs sénégalais du Tchad juraient de libérer la France et de ne s'arrêter qu'à la cathédrale de Strasbourg. 76 ans plus tard, celui qui est devenu le régiment de marche du Tchad, célèbre encore cet acte fondateur.
Le RMT replonge régulièrement dans son histoire, lors des cérémonies, comme celle d’hier, en ressortant du musée les uniformes des tirailleurs sénégalais. Des uniformes, des casques, des fusils qui permettent aussi de mesurer les progrès de l'armée en 70 ans.
Equipements connectés
Depuis 2014, les soldats français sont à la pointe de la technologie embarquée. Le système FELIN a ajouté une multitude d'équipements connectés à leur panoplie.
Des armes dont sont équipés tous les soldats du régiment. Des soldats qui retourneront dans quelques mois dans cette zone du Sahel d'où sont partis leurs anciens. Pour combattre, à leur tour, une autre forme de fanatisme.
76e anniversaire du serment de koufra au RMT
En 1941, , le colonel Leclerc et son régiment de tirailleurs senegalais du Tchad juraient de libérer la France et de ne s'arreter qu'à la cathédrale de Strasbourg. - France 3 Alsace - Un reportage de S.Gaudry et C. Huber. Montage X. Chatel. ITW : Lieutenant Colonel (TA) Emmanuel Antoine, Chef de corps du Régiment de Marche du Tchad et le Sergent Marien, chef de groupe
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Challenge de la 2e brigade blindée : de la sueur et des armes

Message par Rédacteur » 12 août 2017, 21:33

Challenge de la 2e brigade blindée : de la sueur et des armes
France 3 régions, Par Cécile Poure Publié le 26/04/2017 à 17:56
http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 41839.html
C'est un terrain qu'ils affectionnent : celui de l'action. Depuis hier en Moselle, trois régiments d'infanterie s'affrontent. Tous ces soldats ambitionnent d'être les plus performants. Dans la sueur, la douleur et l'effort.
Ce premier challenge de la 2ème brigade blindée oppose trois régiments d'infanterie : le 16ème bataillon de chasseurs de Bitche, le 92ème régiment d'infanterie de Clermont et le régiment de Marche du Tchad de Meyenheim.
Bref, des hommes capables d'intervenir sur tous les théâtres d'opérations de l'armée de terre.
Autant dire que Bitche ne leur fait pas peur.
Développer la force de caractère
Deux jours d'épreuves à Bitche dans des conditions proches de la réalité : véhicules blindés de combat en actions, parcours de tirs, marche commando.
Certains reviennent du Liban d'autres partiront à l'automne en mission au Mali mais tous sont engagés dans l'opération sentinelle alors cette compétition c'est aussi l'occasion de s'entrainer ensemble.
Avec un mot d'ordre : être unis dans l'effort.
La cohésion ? indispensable en terrains hostiles.
La preuve en images
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Le dernier carré des Compagnons de la Libération

Message par Rédacteur » 30 sept. 2017, 18:37

Le dernier carré des Compagnons de la Libération
L'Essor de la Gendarmerie Nationale, Pierre-Marie GIRAUD, 29 septembre 2017
http://lessor.org/dernier-carre-compagn ... iberation/
Depuis le décès le 17 septembre de Fred Moore, 97 ans, dernier chancelier de l’Ordre de la Libération, ils ne sont plus que dix. Dix très vieux messieurs – le plus jeune a 95 ans – à porter le titre prestigieux de Compagnon de la Libération. Trois sont pensionnaires de l’Institution nationale des Invalides à Paris.
Ils sont les dix derniers à pouvoir épingler au revers de leur veste, l’insigne de l’Ordre de la Libération : un glaive surchargé d’une croix de Lorraine accroché à un ruban vert et noir, le vert symbolisant l’espérance et le noir le deuil.
Ils sont les dix derniers représentants d’une geste prestigieuse qui a compté 1.038 hommes et femmes, tués au combat ou fusillés, combattants de l’ombre en France occupée, soldats à Bir Hakeim, aviateurs sur le front russe, artilleurs lors de la libération de Paris, spahis dans les derniers jours de la guerre au nid d’aigle d’Hitler à Berchtesgaden.
Le vendredi 22 septembre, le président de la République Emmanuel Macron a rendu hommage aux Invalides à Fred Moore, dont la « vie militaire s’est confondue avec l’histoire de France, une histoire qui s’écrit toujours à hauteur d’homme ». Comme celle de ces dix derniers Compagnons. Voici un aperçu de ces dix héros.
Focus sur les dix derniers Compagnons

Guy CHARMOT : 103 ans le 9 octobre 2017 ; rallie la France Libre en septembre 1940 au Cameroun ; médecin au bataillon de marche numéro 4 ; Syrie, Ethiopie, Libye, Tunisie, Italie, Provence. Signe particulier : doyen d’âge des Compagnons survivants.

Daniel CORDIER : 97 ans ; rallie la France Libre le 28 juin 1940 à Londres ; service « action » du Bureau central de renseignements et d’action (BCRA, services secrets de la France Libre) ; secrétaire de Jean Moulin du 1er août 1942 au 21 juin 1943. Signe particulier : marchand de tableaux d’art contemporain réputé après la guerre, il a donné 500 œuvres au Musée Georges-Pompidou.

Yves DE DARUVAR : 96 ans ; rejoint la France Libre le 1er juillet 1940 à Londres ; régiment de marche du Tchad ; Fezzan, Tripolitaine, Tunisie, Normandie, libération de Paris. Signe particulier : s’oppose au général de Gaulle en 1963 sur l’avenir des Comores.

Victor DESMET : 97 ans ; rejoint la France Libre en Palestine en juin 1940 ; 13ème demi brigade de la Légion étrangère puis armée belge en 1941; Libye, Erythrée, Syrie. Signe particulier : L’un des tout premiers à avoir reçu la Croix de la Libération des mains du général de Gaulle en Palestine en mai 1941.

Constant ENGELS : 97 ans ; engagé fin juin à Londres dans la France Libre ; 1er régiment d’artillerie coloniale ; Gabon, Erythrée, Syrie, Libye. Signe particulier : blessé à Bir Hakeim le 7 juin 1942.

Hubert GERMAIN : 97 ans ; rallie la France Libre à Londres fin juin 1940 ; 13ème demi brigade de la Légion étrangère ; Syrie ; Libye ; Egypte ; Italie, Provence, Vosges, Alsace. Signe particulier : dernier officier vivant de la Légion étrangère à Bir Hakeim.

Jacques HEBERT : 97 ans ; rallie la France Libre à Londres fin juin 1940 ; 501ème régiment de chars de combat ; Gabon, Syrie, Libye, libération de Paris, Vosges, Alsace, Berchtesgaden. Signe particulier ; maire de Cherbourg de 1959 à 1977.

Claude RAOUL-DUVAL : 97 ans ; rejoint la France Libre à Londres fin juin 1940 ; groupe de chasse Alsace ; abattu le 17 avril au dessus du Havre. Signe particulier : dernier aviateur survivant des Compagnons de la Libération.

Pierre SIMONET : 95 ans ; engagé dans la France Libre le 1er juillet 1940 à Londres; 1er régiment d’artillerie coloniale ; Syrie, Libye, Bir Hakeim ; Tunisie, Italie, Provence, Alsace. Signe particulier : benjamin d’âge des Compagnons survivants.

Edgard TUPET-THOMET : 97 ans ; BCRA, 3ème régiment de chasseurs parachutistes ; résistance intérieure, un des quatre premiers engagés militaires secrets des FFL en France ; Bretagne, Jura, Hollande. Signe particulier : dernier Compagnon vivant des parachutistes de la France libre.

Les 1.038 Compagnons

Parmi ces 1.036 Compagnons, 271 ont été nommés à titre posthume et 65, déjà Compagnons, sont morts au combat ou en service commandé avant la fin de la guerre. Un peu plus de 700 ont survécu à la guerre. Ils étaient encore 70 il y a dix ans.

L’ordre avait été crée en novembre 1940 à Brazzaville par le chef de la France Libre, le général de Gaulle, seul grand maître de l’ordre. Le chef de la France libre avait rouvert l’ordre à deux reprises à titre exceptionnel pour Winston Churchill (1958) et le roi d’Angleterre George V (1960), portant le nombre des Compagnons à 1.038.

Etudiants, militaires, fils de grande famille, ouvriers, ingénieurs, paysans, écrivains, diplomates, prêtres, tirailleurs marocains ou africains : les Compagnons de la Libération représentent l’ensemble de la société civile et militaire de la France Libre et de la Résistance intérieure.

Après son décès, le dernier des Compagnons sera inhumé dans la crypte du Mémorial de la France combattante au Mont-Valérien, dans l’ouest parisien, avec seize hommes et femmes, résistants et Français Libres, morts pendant la Seconde guerre mondiale. Il y rejoindra deux autres Compagnons de la Libération : Berty Albrecht, morte à la prison de Fresnes en mai 1943 et Alfred Touny, «colonel Guérin » dans la Résistance, fusillé à Arras en avril 1944.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités