2017 : 22e RIMa - 22e RIC

L'actualité des unités TDM jusqu'à aujourd'hui

Vous devez être enregistré pour passer une annonce

Modérateur : Rédacteur

Répondre
Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2745
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

2017 : 22e RIMa - 22e RIC

Message par Rédacteur » 07 nov. 2017, 00:55

Armandie et la Vierge aux abeilles
La Dépêche du Midi, Publié le 06/11/2017 à 08:06
http://www.ladepeche.fr/article/2017/11 ... illes.html
Les fronts de Champagne et d'Argonne se retrouvent là, à Massiges, sur «La Main», cette hauteur naturelle stratégique. Une vierge blanche édifiée, dit-on, pour avoir protégé les habitants de la région lors d'une épidémie de choléra veille sur le site. À partir de 1914, des milliers de soldats vont, discrètement ou pas, s'en remettre à sa protection. Déplacée dans le cimetière militaire improvisé lors des combats, elle reçoit une balle sous le sein gauche. La «blessure» devient la porte d'entrée d'un abri providentiel choisi par un essaim… La Vierge aux abeilles est née. Armandie (Armandi en fait, mais un «e» est venu s'ajouter à son patronyme) est tombé là le 25 septembre 1915 comme tant de ses camarades du 22e Régiment d'Infanterie Coloniale, sur cette position restée intacte offrant une vue imprenable sur la Meuse et les Ardennes.
Dentiste à Agen où il est né, Alfred Eugène Armandie, est un des pères de l'arrivée du rugby en Lot-et-Garonne. Avec un de ses confrères et la complicité d'un lecteur d'anglais du lycée, il avait fait venir les règles du football rugby naissant, délaissant alors ses activités préférées, l'aviron, la boxe pour inviter les jeunes de la ville à s'initier à ce que qui allait devenir le XV. Leur antre ne porte pas encore le nom de ce sportif passionné, mais celui du «Cirque», au coteau de l'Ermitage.
Aimé Giral le Petit Prince sacrifié
Leur club de «la Barette» devient Sporting Union Agenais en 1906 après fusion avec une mêlée concurrente, celle de l'Union Sportive Agenaise. Le bleu et blanc d'aujourd'hui est alors adopté, non sans mal… À Perpignan comme à Agen, le stade (celui du SUA a été inauguré le 9 octobre 1921) porte toujours le nom d'un martyr de la Grande Guerre, Aimé Giral. Chouchou des Catalans depuis sa transformation en bord de touche aux Ponts Jumeaux contre Tarbes (elle ne valait rien moins qu'un titre de champion de France) ce fils de boulanger au physique de Petit Prince est fauché à l'entrée de sa tranchée, à Somme-Suippe le 22 juillet 1915, à dix-sept jours de son 20e anniversaire… Lida, Couffé, Lacarra, Nauté, Schuller et Fournier ses équipiers du premier Brennus finiront eux aussi leur courte existence au front. L'azur du maillot perpignanais rend encore hommage à l'uniforme des poilus.
Image
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité