2017 : 9e RIMa

L'actualité des unités TDM jusqu'à aujourd'hui

Vous devez être enregistré pour passer une annonce

Modérateur : Rédacteur

Répondre
Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

2017 : 9e RIMa

Message par Rédacteur » 22 nov. 2017, 14:46

Guyane : deux personnes tuées lors d'une opération de lutte contre l'activité aurifère illégale
La1ere.fr avec AFP, Publié le 21/11/2017 à 09:23
https://la1ere.francetvinfo.fr/guyane-d ... 34301.html
Deux personnes impliquées, selon les autorités, dans l'activité aurifère illicite sont mortes dimanche après-midi en Guyane touchées par des tirs par arme à feu des forces de l'ordre. C'est un communiqué du préfet et du procureur qui l'annonce.
Les faits se sont produits dimanche 19 novembre après-midi dans le cadre d'une opération de "contrôle" sur le Grand Inini, un cours d'eau du territoire de la commune de Maripasoula (sud-ouest guyanais) qui constitue un "axe de passage en pirogue des flux logistiques de l'activité aurifère illicite", a précisé à l'AFP une source au sein des Forces armées de Guyane (FAG).

Tirs d'armes automatiques
"Entre 15h30 et 16 heures (dimanche), une patrouille composée de deux gendarmes et 7 militaires du 9e Rima en mission de lutte contre l'orpaillage clandestin, se trouvant sur le Grand Inini, essuyait des tirs d'armes automatiques provenant de garimpeiros (ouvriers de l'or, ndlr). Un gradé de gendarmerie et des militaires des Forces armées en Guyane (Fag) ripostaient", a indiqué le communiqué préfet/procureur.

"Les circonstances des faits ne sont pas encore clairement établies. Les militaires et gendarmes étaient sur la rive et ils se seraient fait tirer dessus par des gens sur l'eau à bord d'une pirogue. Nous comptons sur l'interpellation d'une personne mise en garde à vue hier soir (dimanche) pour en savoir plus", a indiqué lundi après-midi Eric Vaillant, procureur de la République, contacté par l'AFP.

Le GIGN en renfort
Selon une source au sein des forces armées de Guyane, "les deux personnes touchées par les tirs du gendarme et des militaires se sont effondrées dans la pirogue, les autres ont sauté à l'eau et rejoint la berge avant de prendre la fuite". "L'hélicoptère de la gendarmerie déposait quatre gendarmes du GIGN en renfort et embarquait les corps des deux garimpeiros décédés (pour les amener à Cayenne) ainsi qu'un troisième garimpeiro qui s'était constitué prisonnier entre temps. À son arrivée à Cayenne, il a été placé en garde à vue par les gendarmes de la section de recherches auxquels le procureur de la République a confié l'enquête", précise encore le communiqué.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Guyane: un militaire français est mort en opération contre l'orpaillage

Message par Rédacteur » 23 déc. 2017, 20:22

Guyane: un militaire français est mort en opération contre l'orpaillage
franceinfo avec AFP, publié le 21/12/2017 22:21
https://www.francetvinfo.fr/france/guya ... 26531.html
Le sergent Alexandre Chan Ashing, originaire de La Réunion et membre de la 1ère compagnie du 9ème régiment d'infanterie de marine,
Un soldat français a été tué en Guyane, jeudi 21 décembre, ont annoncé les Forces armées dans un communiqué. Le sergent Alexandre Chan Ashing, originaire de La Réunion et membre de la 1ère compagnie du 9ème régiment d'infanterie de marine, descendait le Maroni en pirogue avec sa patrouille, pour retourner sur sa base de Saint-Jean-du-Maroni, après une opération de lutte contre l'orpaillage illégal. Il a été mortellement blessé par un tir accidentel.
Une enquête en cours
Les conditions de l'accident n'ont pas été évoquées et "une enquête est en cours pour déterminer les circonstances" du tir accidentel. Le sergent était âgé de 30 ans, pacsé et père de deux fillettes âgées de 4 ans et 1 an. La mission au cours de laquelle le sergent a été tué s'inscrivait dans le cadre de l'opération Harpie de lutte contre l'orpaillage.
"Depuis le début de cette opération 8000 militaires ont servi en Guyane. Chaque jour 300 militaires et gendarmes sont engagés dans la lutte contre l'orpaillage illégal", indiquent encore les Forces armées en Guyane.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Un militaire réunionnais accidentellement tué par son arme en Guyane

Message par Rédacteur » 23 déc. 2017, 20:31

Un militaire réunionnais accidentellement tué par son arme en Guyane
Zinfos974, Vendredi 22 Décembre 2017 - 09:53
Un militaire Réunionnais a perdu la vie ce jeudi en Guyane. Le sergent Alexandre Chan Hasing, qui appartenait à la 1ère compagnie du 9ème Régiment d'Infanterie de Marine, revenait en pirogue d’une patrouille conduite dans le cadre de l’opération Harpie de lutte contre l’orpaillage lorsqu'il a été accidentellement touché par sa propre arme. Il allait avoir 30 ans et était père de deux petites filles de 4 et 1 an.

Une enquête a été ouverte pour éclaircir les circonstances du drame. Le sergent réunionnais allait avoir 30 ans.

"Depuis le début de cette opération 8000 militaires ont servi en Guyane. Chaque jour 300 militaires et gendarmes sont engagés dans la lutte contre l'orpaillage illégal", indiquent les Forces armées en Guyane dans un communiqué.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Un sergent réunionnais tué par un tir accidentel en Guyane

Message par Rédacteur » 05 mars 2018, 21:19

Un sergent réunionnais tué par un tir accidentel en Guyane
https://www.clicanoo.re/Faits-Divers/Ar ... ane_507306
Clicanoo, 23 décembre 2017
CAYENNE. Il allait avoir 30 ans le 30 décembre. Il est mort sur le terrain, dans l’exercice de ses fonctions, laissant derrière lui une veuve et deux petites filles, à la veille de Noël. Le sergent Alexandre Chan Ashing, originaire de Saint-Pierre, est décédé jeudi en Guyane où il était en mission.

Selon le court communiqué des FAG (forces armées en Guyane), le drame est survenu aux alentours du 10h du matin: « Lors du retour d’une patrouille conduite dans le cadre de l’opération Harpie de lutte contre l’orpaillage, un sergent de la 1re Compagnie du 9e RIMa (régiment d'infanterie de marine) a été mortellement blessé par un tir accidentel alors qu’il rejoignait la base de Saint-Jean-du-Maroni en pirogue».

Si le texte officiel n’en dit pas davantage sur les circonstances exactes de l’accident, selon nos informations, le militaire aurait fait feu par erreur avec sa propre arme, un calibre 12 utilisé dans ce type d’opération.

«Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances» de l’accident, poursuit le communiqué. Alexandre Chan Ashing avait rallié le 2e RIMa, au Mans, en 2008, après un an au RSMA (Régiment du service militaire adapté) à la Réunion.

On ignore depuis combien de temps il se trouvait en Guyane, mais selon ses amis d’enfance réunionnais, le jeune homme décrit comme courageux et passionné n’en était pas à sa première mission en terrain hostile. «Il avait fait le tour du monde! Il m’a parlé de l’Afghanistan, de la Syrie...», raconte Larissa Techer, son amoureuse du collège Marcel Goulette de Piton Saint-Leu.

«Il est né à Saint-Pierre, mais il a passé sa jeunesse dans le quartier de la cheminée, à Foirail. Moi je n’habitais pas très loin de chez lui. C’était mon meilleur ami, et puis en 4e ou en 3e, on a même eu une petite histoire d’amour», raconte la jeune femme de 29 ans. Son meilleur souvenir avec lui : «Toute une nuit passée ensemble à regarder les étoiles pour mes 15 ans, à la pointe au Sel».

Une cagnotte Leetchi, pour leur venir en aide

«C’était quelqu’un de bien, toujours à l’écoute des autres. Il ne haussait jamais le ton, il était toujours joyeux... Et puis il avait le sens des responsabilités, en tant qu’aîné d’une grande famille, d’autant qu’il a perdu son père quand il était très jeune, alors il était un peu l’homme de la maison», poursuit Larissa.

Après le collège, Alexandre et Larissa ont pris des chemins différents. «Il est parti dans un autre lycée, je crois qu’il a fait un bac pro de commerce au lycée Vue Belle, à la Saline-les-hauts... Et puis il est rentré dans l’armée et on s’est perdus de vue, mais on avait repris contact, ces dernières années, grâce à Facebook».

Alexandre laisse derrière lui sa compagne Amandine, qu’il avait rencontré en métropole et avec qui il était pacsé, et les deux petites filles qu’ils ont eues ensemble: l’une qui a soufflé sa première bougie hier et l’autre âgée d’à peine 4 ans. Pour leur venir en aide, une cagnotte Leetchi a été créée sur Internet dès vendredi matin.

«Si tout l’or de la Guyane ne vaut pas la vie d’un homme, un peu d'argent aidera à ce que ces petites filles et leur maman aient bientôt d’autres JOYEUX Noëls», dit le petit texte qui accompagne la collecte de fonds. Si le montant total récolté n’était pas affiché, la cagotte comptait déjà plus de 20 participants hier soir.

Une lettre d'hommage, rédigée par sa soeur Hellorane et son amie Marine, au nom de toute la famille.

A la Réunion, Alexandre laisse aussi une maman effondrée de chagrin, trois frères, une soeur, des neveux et nièces et de très nombreux cousins. Jointe hier, sa cousine Maëva Payet était encore sous le choc. «C’était mon grand cousin! On a tellement joué ensemble quand on était petits», répétait la jeune femme de 22 ans.

Cécile de Comarmond avec Jérôme Leglaye

«Harpie», pour lutter contre les chercheurs d’or clandestins

Le dispositif «Harpie», mis en place en 2008, fait suite à l'opération Anaconda. Il a pour mission d'éradiquer l'orpaillage clandestin et associe le parquet, la gendarmerie, l'armée, la police aux frontières, la douane et l'Office national des forêts. «Depuis le début de cette opération 8000 militaires ont servi en Guyane. Chaque jour 300 militaires et gendarmes sont engagés dans la lutte contre l’orpaillage illégal», indiquent encore les Forces armées en Guyane. Deux militaires du 9e RIMA, un caporal chef et un adjudant, ont déjà été tués en 2012 lors d’une fusillade, dans le cadre de cette opération.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités