Le cdt Bessonneau s'est éteind

Vous souhaitez faire part de la création d'un site militaire, d'une journée porte ouverte dans un régiment ou bataillon, annoncer la création d'une association militaire, ou la parution d'un livre militaire ? C'est ici que cela se passe...

Vous devez être enregistré pour passer une annonce

Modérateur : Rédacteur

Répondre
Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Le cdt Bessonneau s'est éteind

Message par Rédacteur » 19 févr. 2013, 14:11

http://www.veteransjobscenter.com/vjc/l ... eind-.html
18/02/2013 - Peïo pour VJC
Ce lundi apres-midi au pays basque, nous étions tous réunis pour rendre un dernier hommage à une grande figure des parachutistes dans l'église St Léon d'Anglet (64), pour les obsèques du chef de batailon Bessonneau Marcel.

Ce chef dont j'avais eu l'honneur de servir sous ces ordres au 1er RPIMa jusqu'en 1981, était une lègende dans le monde des parachutistes pour le jeune caporal que j'étais à l'époque.Pas moins de 10 generaux , 3 grands officiers et 6 commandeurs de la légion d'honneur dont trois de ces camarades qui avaient combattus dans la cuvette ( Dien Bien Phu ) étaient présents parmi la foule d'amis venus lui rendre hommage.Celui que ses frères d'armes d'Indochine appelaient " trompe la mort "peut se résumer en six mots : Honneur , patrie, valeur, discipline, force et courage, un exemple pour les jeunes générations de paras.Une section du 1er RPIMa et les portes-drapeaux des ordres nationaux et associations d'anciens combattants lui ont rendus l'hommage " au mort " à la sortie de la messe sur l'esplanade devant l'église, avant qu'il ne rejoigne sa dernière demeure auprés de St Michel.

"IN MEMORIAM" du général Ménage :

Madame, chère Christiane,

Avec une foule d'amis, nous voici réunis cet apres-midi dans cette église de St Léon d'Anglet, pour vous accompagner ainsi que votre famille, dans votre chagrin, et pour saluer notre vieux camarade et ami, le Chef de Bataillon Marcel Bessonneau, votre mari.

Je vais évoquer maintenant Marcel, son exceptionnel parcours, son parcours d'un immense soldat.

Tu es né le 14 février 1927 à Paris dans le 11éme arrondissement.Tu t'engages en fin de la seconde guerre mondiale à 17 ans comme volontaire au 21ème RIC en 1944. C'est de là que nait la vocation militaire et tu rejoins alors ce regiment en Allemagne. Un an plus tard, tu pars en Indochine pour ton premier séjour car tu en feras trois dans cette région du monde au service de la France.

dans ce même régiment en 1947 tu es cité deux fois à l'ordre de la division pour ta conduite au feu. Bléssé dans le secteur de Hué par l'explosion d'une mine, tu es rapatrié sanitaire sur la France.

Tu repars alors en 1948 apres être breveté parachutiste à la grande maison des parachutistes coloniaux qui est le demi-brigade coloniale à Vannes-Meucon.

Pour ce deuxième séjour, tu sers au 5éme BCCP, puis en prolongation de séjour, c'est le 7éme BCCP qui t'acceuille.

Pendant trois années, tu va participer aus durs combats de la plaine des joncs, de centre Annam, et tu sauteras en opération pour dégager le poste de Nghia-lo en haute-région, suite à l'offensive vièt sur le delta.De nouveau pour ta bravoure, ton allant au feu, ton exemple, tu es cité à l'ordre de la division en 1949, puis consécration, tu reçois la Médaille Militaire au feu en 1950 comme sergent à 23 ans.

rentré d'Indochine en 1951, tu es affecté à St Brieuc, d'ou tu repars alors en 52 pour ton troisième séjour avec le 6éme BCCP du chef de bataillon Bigeard qui va écrire la grande épopée des parachutistes.Tu participes à tous les combats du bataillon, du saut de Thu-Lé pour récupérer les survivants du poste de Nghia-lo, en passant par le saut sur Langson pour détruire les dépots logistiques vièts, le saut de Ban-son pour soulager la garnison de Na-San.Puis, c'est le saut de l'opération Castor pour occuper Dien bien Phu en 1953.Enfin, en 1954 c'est le deuxième saut sur ce même village pour essayer de sauver la garnison encerclée puis la lutte héroïque pour conserver cette position.

Là aussi, ton ardeur au combat, tes actes de bravoure ne se comptent plus, notamment le jour de l'attaque sur les mitrailleuses anti-aériènne qui empêchaient les posés de dakota pour l'enlèvement des bléssés, ainsi que lors de la reprise du point d'appui Eliane 1 ou tu es de nouveau bléssé.

Avec la chute de Dien Bien Phu, c'est le long calvaire de la marche sur 800 kms de pistes dans des conditions effroyables vers les camps de prisonniers N° 42 ou tu es emprisonné avec les officiers, régime bien plus dur encore en raison de ton attitude de fermeté vis-à-vis des vièts, toujours ce sens de l'honneur, cet immense détermination qui t'habite.

libéré apres les accords d'Evian, à ton retour en France , tu reçois la Légion d'Honneur, tu es adjudant.c'est la guerre d'Algérie et toujours chez les parachutistes au 2éme RPC tu va encore te distinguer sur ce territoire, puis notamment lors de l'intervention française en Egypte par le saut sur Port-Fouad en 1956 pour l'affaire dite du Canal de Suez. Tu y seras cité à l'ordre de la brigade.

Tu continueras à te battre avec le 3éme RPC en 1960 et 1961 en Algérie ou tu recevras 3 citations.

la fin de la guerre est là, Marcel tu continues àbservir la France et tu montres ainsi que tu es toujours un homme remarquable y compris dans le service en temps de paix, de part ta connaissance des hommes et tes facultés d'adaptation.

C'est maintenant le 7éme RPIMa au Sénégal, le 5éme RIAOM à djibouti, le 24éme RIMa à Perpignan et à Fréjus qui utilisent tes connaissances et ton savoir- faire.

enfin, en 1977 c'est à Bayonne au 1er RPIMa que tu es affecté. Tu va être promu Commandeur dans l'ordre de la Légion d'Honneur en 1979. ( cette cérémonie comme le veut le protocole se déroule aux invalides et rémise par le chef de l'état, mais pour le commandant Bessonneau, elle a eu lieu, à sa demande, à l'intérieur de la Citadelle au 1er RPIMa avec ses camarades paras si cher à son coeur. ndlr ).

cette carrière exceptionnelle prend fin en 1981 apres 36 années au service de la France dont 23 chez les parachutistes.

Cher vieux Marcel, mon Ami ( le Général Ménage a été aussi de tous les combats avec le Commandant Bessonneau...Indochine, dien Bien Phu, prisonnier, Algérie et a fini lui aussi sa carrière au 1er RPIMa.ndlr), notre Ami, je voudrais maintenant présenter les condoléances de notre communauté militaire à ton épouse et à toute ta famille et leur dire notre émotion accompagnée de toute notre sympathie.

Mon Commandant, grand officier de la Légion d'Honneur, Médaille Militaire, Croix de guerre des TOE avec 9 citations, croix de la Valeur militaire avec 4 citations sans oublier le Mérite vietnamien et la croix de la vaillance avec palme remise par les autorités du Vietnam, nous sommes fiers et même grandis de t'avoir compté dans nos rangs.

Tu es un vrai, un grand, un trés grand soldat et St Michel, j'en suis sûr, t'a fait une place de choix auprés de lui.

Ta mission, ta vie, ont été magnifiquement remplies et tous réunis nous te disons simplement " AU REVOIR ! "
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités