En mémoire de ceux qui ont sauvé Nouméa

Espace de discussion et d'entraide sur des points d'histoire des unités, des techniques et tactiques militaires.

Vous devez être enregistré pour passer une annonce

Modérateur : Rédacteur

Répondre
Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2696
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

En mémoire de ceux qui ont sauvé Nouméa

Message par Rédacteur » 06 sept. 2017, 12:31

En mémoire de ceux qui ont sauvé Nouméa
actu.nc, 6 septembre 2017
https://www.actu.nc/2017/09/06/en-memoi ... ve-noumea/
Le 15 août 1897, Nouméa a failli disparaître dans un nuage de poussière car un épouvantable accident s’est produit en mer près de la presqu’île de Ducos.
Une embarcation de l’artillerie de marine avec à bord 9 artilleurs, 1 chef artificier et le capitaine Rougier, navigue dans la Baie des Dames pour mener à la réforme des obus chargés à la mélinite. Soudain, un des obus explose, réduisant en miettes 3 des passagers et l’embarcation et précipitant à la mer les autres occupants plus ou moins blessés. Le capitaine à la barre, est projeté à 15 mètres de haut sans être blessé.
Dès le lendemain matin, ayant frisé la catastrophe, la ville prend le deuil de ses infortunés sauveteurs. Partout, dans toutes les rues il n’y a que des drapeaux en berne. Pour accompagner les tristes restes recueillis en mer, les autorités suivies d’une foule considérable se rendent en cortège à l’hôpital militaire, à la cathédrale et au cimetière. Deux prolonges d’artillerie, dont l’une renferme le cercueil, disparaissent sous les fleurs et les couronnes mortuaires.
Suivent, reposant sur des châssis drapés de deuil et portés à bras d’homme, deux magnifiques couronnes offertes par la Ville de Nouméa. Seule la moitié de la foule a pu pénétrer dans la cathédrale où l’Evêque préside la cérémonie.
De la cathédrale, le cortège, toujours aussi nombreux, se rend au cimetière où sont prononcés les discours d’adieux à Girard Charles, artificier, né le 26 juin 1873 à Sauvigny-les-Bois dans la Nièvre ; à Capon Charles Louis Auguste, 1er canonnier servant, né le 22 janvier 1867 aux Attagnes dans le Pas de Calais et à Phalippou Jean, chef artificier, né le 2 septembre 1862 à Labastide dans le Tarn.
Unis pour l’éternité dans les honneurs et dans la mort, les trois hommes sont enterrés dans la même tombe marquée d’un obélisque symbole laïc et républicain dont le projet a été élaboré par l’artillerie sur le terrain concédé à l’autorité militaire par la mairie de Nouméa.
La tombe est entourée de 6 caronades dont la bouche est surmontée d’un boulet enflammé symbole de l’artillerie de marine.
S. Pannoux, association In Memoriam
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Mattle1
Vieux Sage
Messages : 881
Enregistré le : 24 nov. 2008, 11:20
Localisation : Tamatave , Madagascar

Re: En mémoire de ceux qui ont sauvé Nouméa

Message par Mattle1 » 06 sept. 2017, 15:16

Le capitaine à la barre, est projeté à 15 mètres de haut sans être blessé.Premier brevet de parachutiste....Pardon mon Capitaine. :merci:

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités