Nous allons tester vos connaissances

Espace de discussion et d'entraide sur des points d'histoire des unités, des techniques et tactiques militaires.

Vous devez être enregistré pour passer une annonce

Modérateur : Rédacteur

Avatar du membre
Mattle1
Vieux Sage
Messages : 917
Enregistré le : 24 nov. 2008, 11:20
Localisation : Tamatave , Madagascar

Nous allons tester vos connaissances

Message par Mattle1 » 05 août 2010, 18:44

Chef de corps en 1989 qui est-il ?

Image

Avatar du membre
gilbert
Doyen du forum
Messages : 1134
Enregistré le : 20 janv. 2006, 16:46
Localisation : sud ouest

Message par gilbert » 06 août 2010, 17:44

bon, je ne réponds pas, trop facile...

Avatar du membre
gege de la colo
Vieux Sage
Messages : 917
Enregistré le : 17 sept. 2004, 14:36
Localisation : Lille
Contact :

Message par gege de la colo » 06 août 2010, 18:10

son nom commence par un t et actuellement en retraite
«La vie ne vaut pas cher, mourir n'est pas grave. Le tout, c'est de vivre conformément à l'honneur et à l'idéal qu'on se fait»

Berty Albrecht (1893-1943)
gege de la colo

Avatar du membre
Mattle1
Vieux Sage
Messages : 917
Enregistré le : 24 nov. 2008, 11:20
Localisation : Tamatave , Madagascar

Message par Mattle1 » 06 août 2010, 21:53

Que dire si ce n'est bravo!

LT Colonel Jean Claude THOMANN
Jean-Claude Thomann est né le 20 mai 1947. Saint-cyrien de la promotion « Maréchal Juin» (1966-1968 une première fois au « 8 » en tant que chef de section (1969-1971) avant de partir au Tchad où il commande le 4e commando de la CPIMa. En 1976, il est affecté au 3e RPIMa où il commande la 2e compagnie puis sert à L'EAI Affecté une deuxième fois au régiment (1983-1985), il occupe les fonctions de chef du bureau emploi-instruction avant de partir en séjour à Dakar. Après une affectation à l'EMAT, il commande le 8 e RPIMa (1989-1991) avant de rejoindre l'état-major de la Force d'action rapide à Maisons- Laffitte. Après avoir été chef d'état-major du général adjoint au commandant de l'IFOR, il occupe en 1993 les fonctions d'adjoint au général commandant le 3e Corps d'armée à Lille. Le 15 juillet 1998, il prend le commandement de la 9eDIMa et, en 1999, celui de l'état- major de forces numéro 2 à Nantes. Il sert notamment au Kosovo comme adjoint au général Jackson, commandant la KFOR. En 2001 il est Adjoint au commandant les forces d'Actions Terrestre (CFAT) en 2003 il est nommé commandant la Force d'action Terrestre. Le général de corps d'armée J Claude THOMANN et Grand officier de la légion d'honneur de 2005, commandeur de l'ordre du Mérite de 1999.Croix de guerre des TOE, et de 5 citations.Il est retiré à LILLE

Avatar du membre
Mattle1
Vieux Sage
Messages : 917
Enregistré le : 24 nov. 2008, 11:20
Localisation : Tamatave , Madagascar

Message par Mattle1 » 06 août 2010, 21:59

Chef de Corps en 1985

Image

Avatar du membre
gege de la colo
Vieux Sage
Messages : 917
Enregistré le : 17 sept. 2004, 14:36
Localisation : Lille
Contact :

Message par gege de la colo » 08 août 2010, 10:44

1985-1987 Lieutenant-colonel THEODOLY-LANNES
«La vie ne vaut pas cher, mourir n'est pas grave. Le tout, c'est de vivre conformément à l'honneur et à l'idéal qu'on se fait»

Berty Albrecht (1893-1943)
gege de la colo

Avatar du membre
Mattle1
Vieux Sage
Messages : 917
Enregistré le : 24 nov. 2008, 11:20
Localisation : Tamatave , Madagascar

Message par Mattle1 » 09 août 2010, 14:24

Gege-Trouve tout, l'encyclopédie militaire....

Colonel Michel THEODOLY-LANNES
Né en 1939 à Bayonne, Michel Théodoly-Lannes est admis à Saint-Cyr en 1958. Il choisit l'infanterie de marine en 1960. Chef de section de commando de chasse en Algérie, puis au 7e RPIMa au Sénégal, il est ensuite instructeur parachutiste à l'ETAP puis au Laos. Capitaine en 1967, il commande deux escadrons au 13e RDP. Chef du bureau opérations-instruction du 2e RPIMa à la Réunion, puis officier adjoint au 23e RIMa, il est stagiaire à l'École de guerre de 1979 à 1981. Affecté au 3e bureau du groupement aéroporté, il participe aux interventions en République centrafricaine et au Liban. Promu colonel en 1984, il commande le 8e RPIMa de 1985 à 1987, dont six mois en Nouvelle-Calédonie. Chef
d'état-major des FAZSOL à la Réunion, il devient chef du bureau renseignement de la 1er Armée et effectue un séjour en ex-Yougoslavie à la tête des observateurs de l'OSCE. Nommé général en 1993, il commande la Brigade de renseignement et de guerre électronique à Metz, puis est désigné comme adjoint opérations du général commandant la RMD/CMD de Bordeaux.

Titulaire de trois citations, le général de division Théodoly-Lannes est commandeur de la Légion d'honneur (1996) et officier de l'ordre national du Mérite (1987). De 1999 a 2005 il préside l'Union nationale des parachutistes.Le Général de division THEODOLY- LANNES Il est retiré a St Jean de Luz

Avatar du membre
Mattle1
Vieux Sage
Messages : 917
Enregistré le : 24 nov. 2008, 11:20
Localisation : Tamatave , Madagascar

Message par Mattle1 » 09 août 2010, 14:31

Tous ces officiers ont des points communs
Chef de corps en 1983


Image

Avatar du membre
gege de la colo
Vieux Sage
Messages : 917
Enregistré le : 17 sept. 2004, 14:36
Localisation : Lille
Contact :

Message par gege de la colo » 09 août 2010, 20:46

ils ont tous commandés le 8 rpima de castres

1983-1985 Lieutenant-colonel LEPAGE
«La vie ne vaut pas cher, mourir n'est pas grave. Le tout, c'est de vivre conformément à l'honneur et à l'idéal qu'on se fait»

Berty Albrecht (1893-1943)
gege de la colo

Avatar du membre
Mattle1
Vieux Sage
Messages : 917
Enregistré le : 24 nov. 2008, 11:20
Localisation : Tamatave , Madagascar

Message par Mattle1 » 10 août 2010, 14:54

Gégé, tu as gagné le premier prix.A savoir un mat de 6m,un drapeau
Français brodé main et un clairon.Charge à toi de sonner le réveil à 5H30
chaque matin.

Avatar du membre
Mattle1
Vieux Sage
Messages : 917
Enregistré le : 24 nov. 2008, 11:20
Localisation : Tamatave , Madagascar

Message par Mattle1 » 10 août 2010, 15:12

Chef de corps 1983

Le lieutenant-colonel Maurice le Page
Né à Mont-de-Marsan en 1939, Maurice Le Page es Saint-cyrien de la promotion « Vercors » (1960-1962] Lieutenant au 6e RPIMa, au RIMa Tahiti et au 3eRIMa il est capitaine commandant de compagnie au 3'eRPIMa (1970-1972) avant de servir à Dakar au 1e RIAOM Commandant en second du 3' RPIMa (1980-1983),il chef d'état-major et chef de corps des forces françaises RCA et il intervient à Beyrouth (opération Diodon 1, en 1982). Nommé chef de corps du 8e RPIMa (1983 1985), il est engagé à deux reprises au Tchad à la tête de son régiment pour les opérations « Manta » 1983) «Silure» (1984). Auditeur au CHEM - IHEDN (1987) il devient l'adjoint au général chef du cabinet militaire du Premier ministre (1988-1989). Le 30 juin 1989, il commande le GAP à Albi puis, de juin 1990 à novembre 1991, il occupe le poste d'adjoint opérationnel au général commandant la 11DP. Durant cette période, il commande l'opération « Libage » en Turquie et au Kurdistan dans le cadre de l'aide aux réfugier kurdes. Le 1er décembre 1991, il est nommé chargé de mission auprès de l'amiral chef d'état-major des armées, puis le1er août 1992, commandant des opérations spéciales. Il prend le commandement de la Région militaire de défense Atlantique et circonscription militaire de Bordeaux à compter du 8 juillet 1996.du 8 juillet 1996. Il quitte le service actif le 1er août 1998.Deux fois cité,commandeur de la légion d'honneur(1997) et officier national du Mérite (1988),le général de corps d'armée LE PAGE est retiré au Craud-d'Agde (Hérault)

Avatar du membre
Mattle1
Vieux Sage
Messages : 917
Enregistré le : 24 nov. 2008, 11:20
Localisation : Tamatave , Madagascar

Message par Mattle1 » 10 août 2010, 15:19

Image
Chefs de corps 1981

Le lieutenant-colonel Michel Zeisser.

Né le 7 juillet 1936, Michel Zeisser est Saint-cyrien de la promotion «Franchet d'Esperey» (1955-1957). Il est chef de section à la CP du « 8 » en Algérie (1958-1960). Puis il sert successivement au Niger, au 3eRPIMa comme commandant de compagnie (1965-1967), à Montpellier (72e'Division militaire), au Laos (1971-1973), au Tchad en 1978 et au Liban (commandant du 420e DSL en 1980). Chef de corps du 8e RPIMa (juillet 1981-mars 1983) il est engagé au Sud-Liban et à Beyrouth (1982). Il repart une troisième fois au Liban en 1986 comme commandant en chef adjoint de la FINUL. Il commande la 15 DI/43e DMT à Limoges (1990-1992) puis devient chef d'état-major de la 1er Armée à Metz (1992-1993) avant de prendre le commandement de la Région militaire de Bordeaux (1993-1996).

Six fois cité, le général de corps d'armée Michel Zeisser est commandeur de la Légion d'honneur de 1993 et grand officier de l'ordre national du Mérite de 1996. Il est retiré à Biarritz dans les Pyrénées-Atlantiques.

Image

chef de corps 1979

Le lieutenant-colonel Vidal.

Né dans le Rhône en 1936, Jacques Vidal est Saint-cyrien de la promotion « Terre d'Afrique » (1957-1959). Il est lieutenant en Algérie au 3 e RPIMa et à Dakar au 7e RPIMa. De 1969 à 1971, il commande à Madagascar une promotion d'élèves-officiers.

Il sert au « 8 » de 1977 à 1981, d'abord comme commandant en second (1977-1979), puis comme chef de corps. Il intervient à la tête du régiment aux Nouvelles-Hébrides.

Chef d'état-major du commandant supérieur à la Réunion (1981-1983), il sert à l'état-major des armées (1983-1986) avant d'être nommé général adjoint à la 1 e r Division parachutiste. En 1988, il est commandant supérieur en Nouvelle-Calédonie. Il monte et réussit l'opération de libération des otages de la grotte d'Ouvéa. En 1989, il devient l'adjoint du général commandant la Force d'action rapide.

Après avoir dirigé le cours des ORSEM (1991-1992), puis la section technique de l'armée de terre (1992-1994), il prend le rr juillet 1994 le commandement de la Circonscription militaire de défense de Rennes (1994-1996).
Quatre fois cité, dont deux fois à l'ordre de l'armée, le généralde corps d'armée Jacques Vidal est commandeur de la Légion d'honneur (1994) et de l'ordre national du Mérite (1990). Il est
retiré à Saint-Germain-en-Laye (1978

Image

chef de corps 1977

Le lieutenant-colonel François Cann.

Breton d'origine, né le 13 juin 1932, François Cann est Saint-cyrien de la promotion Union Française (1952-1954). En Algérie, il est au 3' RPC comme chef de section (1956-1957) puis comme commandant de la 2' compagnie (1961 ­1963), après un passage à la CPIMa de Brazzaville (1958-1960). Il sert deux fois au 8' RPIMa (chef BEI 1973-1975) et chef de corps 1977-1979) à Castres et au Liban (FI NUL 1978-1979).

Chef d'état-major de la 11' Division parachutiste ­44' DMT (1979-1981), auditeur au CHEM IHEDN (1981-1982), il commande le GAP à Albi à la tête duquel il est engagé à Beyrouth (FMSB 1983-1984). Adjoint à la FAR (1985 ­1987) puis chef du gouvernement militaire français de Berlin (1987-1990), il termine sa carrière en 1992 à l'OTAN, comme chef de la mission de liaison.

Une fois blessé, six fois cité, médaillé de l'aéro­nautique, le général de corps d'armée François Cann est grand officier de la Légion d'honneur et membre du conseil de la Légion d'honneur depuis 1991.

Retiré près de Castres, il est président de l'Amicale des Anciens du « 8 » depuis juillet 1993.

Image

chef de corps 1975

Colonel Maurice SCHMITT
Maurice Schmitt entre à Saint-Cyr à l'âge de dix-huit ans avec la promotion général Frère (1948-1950). Artilleur colonial au début de sa carrière, il sert dans cette arme au Tonkin dans les rangs du 3/4' RAC Il se porte volontaire pour sauter le 30 avril 1954 sur le camp retranché de Diên Biên Phu où il effectue son premier saut. Fait prisonnier, il est libéré en septembre. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur à vingt-cinq ans. En Algérie il est chez Bigeard, au 3e RPC, adjoint puis commandant la CA. Il est officier de la Légion d'honneur à 29 ans. De retour en France, il est instructeur combat à l'ETAP, puis rejoint le BOl du 3' RPIMa à Carcassonne. Il est chef d'état ­major du général COMSUP des Antilles avant de commander le 8' RPIMa (1975-1977). Auditeur au CHEM-IHEDN (1977-1978), il est chef d'état-major de la 1er armée à Strasbourg (1978-1981) avant de commander la 11 DP-44' DMT à Toulouse (1981-1983).

Nommé major général de l'armée de terre (1983) puis chef d'état-major de l'armée de terre (1985), il est appelé aux plus hautes fonctions, celles de chef d'état-major des armées (1988), fonction qu'il assume au-delà de la limite d'âge pour conduire de bout en bout et avec succès les opérations de la guerre du Golfe (1991). Le général d'armée Maurice Schmitt est élevé à la dignité de grand croix de la Légion d'honneur en 1990 et devient gouverneur des Invalides (1991-1996). Il est retiré à Marseille.

Image

chef de corps 1973

Né à Rennes le 29 juin 1929, Jean Dominique s'engage en 1948 et entre à Saint-Cyr. Issu de la promotion «Extrême-Orie. (1950-1952), il choisit l'infanterie coloniale puis la spécialité parachutiste. De 1954 à 1957, il sert successivement en Extrême-Orien 1er BCCP, en Algérie au 2e RPC, puis à Bayonne à la 1 re Demi-brigade de commandos coloniaux parachutistes.

En 1957, il prend, en Algérie, le commandement du fameux commando Guillaume dont les deux premiers chefs ont étés tués moins d'un an et le troisième blessé. Il se révèle être un grand chef de guerre. Ses brillants succès au combat sont récompensés par cinq ci tions, la croix de chevalier de la Légion d'honneur et sa nomination au grade de capitaine, à titre exceptionnel, le 1er janvier 1959. De retou Bayonne à la fin de l'année 1959, it prend la direction des pelotons d'élèves gradés jusqu'à son départ au Tchad en 1962. Très vite remarqué par le général commandant la zone outre-mer n° 2 (ancien AEF)qui cherche un capitaine d'élite, il est envoyé à Brazzaville et prend commandement de la prestigieuse CPIMa. En février 1964, la situation explose au Gabon. Le capitaine Dominique part avec son unité et, en 48 heures, en coopération avec la compagnie Hubert du 7' RPIMa venue de Dakar, contraint les mutins à la reddition, rétablit l'ordre délivre le président Léon M'ba, qu'il réinstalle au pouvoir légal. De retour en France en 1965, promu commandant, il passe trois années comme instructeur à Saint-Cyr avant de rejoindre le 8e RPIMa où il commande le groupement d'instruction. En 1969, le chef de bataillon Dominique part au Tchad où il devient le chef de l'état-major opérationnel franco-tchadien du général Cortadelas. Très opérationnel, il commande lui-même sur le terrain chaque fois qu'il le peut. Sa science du combat et de la contre-guérilla lui vaut des résultats remarquables. Nommé lieutenant-colonel, il rentre en France en 1971 et prend les fonctions de chef d'éta t­major de la 16eBrigade blindée où le passage de ce guerrier parachutiste est vécu comme un ouragan.
En 1973, il prend le commandement du 8e RPIMa qui vient d'être professionnalisé. En 1975, nommé colonel, il devient chef d'état-major du COMSUP de Nouvelle-Calédonie, comme il sera plus tard chef d'état-major de la 3' RM de Rennes de 1979 à 1981. Stagiaire au CHEM de 1977 à 1979, il est promis aux étoiles et nommé général en 1981.

Son premier commandement le comble, il est affecté à l'ETAP, maison mère des parachutistes. En 19S3, il quitte défi­nitivement les parachutistes pour devenir successivement général adjoint au commandant de la 4' RM à Bordeaux puis commandant de la 62' DMT en Alsace. Il est promu général de division en 1987 et prend le commandement supérieur des FAZSOI à la Réunion où il termine sa brillante carrière en 1989 après quarante années de service.

Titulaire de huit citations, dont six à l'ordre de l'armée, le général Dominique était commandeur de la Légion d'honneur. Il est décédé le 22 novembre 1998 à Landeda, Nord-Finistère.
Il était commandeur de l'ordre national du Mérite de 1974 et de la Légion d'honneur de 1980.

Avatar du membre
Mattle1
Vieux Sage
Messages : 917
Enregistré le : 24 nov. 2008, 11:20
Localisation : Tamatave , Madagascar

Message par Mattle1 » 10 août 2010, 15:28

Image

Chef de corps1971

Le lieutenant-colonel René Bellamy.

René Bellamy est né le 4 mai 1925 à Cexhaix en Bretagne. Officier d'origine EMIA, il est l'un des rares rescapés du 3' BCCP anéanti sur la RC4 en Indochine en ctobre 1950. Commandant de compagnie au 3' RPIMa en Algérie, chef de corps du CNEC de Mont-Louis, il commande le 8' RPIMa en 1971-1973. COMSUP à la Réunion (1979-1981), commissaire aux sports militaires (1981-1983) et enfin commandant de la 54' DMT à Montpellier (1983-1985), le général de division Bellamy s'est éteint le 25 juin 1998.
Il était commandeur de l'ordre national du mérite de 1974 et de la légion d'honneur de 1980

Image

Le lieutenant-colonel Marcel Guilleminot.prend le commandemant le 30 juin 1969

Né le 10 septembre 1925 à Tours, Marcel Guilleminot rejoin de la Résistance à peine âgé de dix-huit ans. Sergent-chef FFI à di il participe avec son maquis d'Indre-et-Loire à la libération où il reçoit la mission historique de prendre la Tour Eiffel, qu'il accomplit rapidement avec brio.

Saint-cyrien de 1945, il est en Indochine de 1946 à 1949 à l'encadrement au Tonkin de partisans autochtones parachutistes. Il est chevalier de la Légion d'honneur à 24 ans (1949). Après six mois en métropole le revoici en Indochine au 3e BCCP (17 septembre 1949). Grièvement blessé à la face le 21 février 1950 à Lao Kay, il est rapatrié sanitaire par avion.

Il effectue un troisième séjour en Indochine de 1952 à 1954 comme capitaine à l'état-major des TAP. Il est promu officier de la Légion d 29 ans (1954). En Algérie il commande l'escadron du 6' RPIMa. avant d'être promu chef de bataillon (1er juillet 1961).

Chef de corps du 8e BPIMa à Madagascar (1962-1964) puis chef de corps du 8' RPIMa (1969-1971), il demande à faire valoir ses droits à la retraite le 10 octobre 1973.
Une fois blessé,titulaire de douze citations,le Colonel (H)Marcel GUILLEMINOT est commandeur de l'ordre national du mérite de 1967 et commandeur de la légion d'honneur de 1970.
Il partage sa retraite entre Versaille et Saint-Georges-de-Didonne.

Image

Chef de corps 1967

Le 6 avril 1967 prise de commandemant du Lt Colonel MOURIER

Né le I5 juillet 1919 dans la Drôme, Paul Maurier entre à Saint-Cyr en septembre 1939, promotion « Amitié franco-britannique ». Sous-lieutenant en mai 1940, il commande une compagnie de rappelés, mais trop tard pour participer aux combats. Volontaire pour l'AFN, il sert au 4' Régiment de tirailleurs marocains, puis au 43' RIC en Tunisie avant de partir au Niger. De retour en AFN, il est volontaire pour être parachuté en France occupée. En décembre 1943, il rejoint le « Club des pins» à Alger, camp secret franco-britannique qui forme les agents spéciaux.
En juin 1944, il est débarqué clandestinement à Algésiras et traverse l'Espagne, mais alors qu'il allait fran Bidassoa, à l'est d'Irun, il est arrêté par la garde civile après une brève fusillade. Libéré du camp de Mira: novembre 1944, il rejoint le camp d'entraînement de la direction générale des services spéciaux, en fc Rambouillet, via Gibraltar et Londres.
Envoyé en Extrême-Orient à la tête d'un commando laotien, il fait la reconquête des villages de la RC9 et en le Viêt-minh, d'octobre 1945 à mars 1946. Rapatrié en mai 1946, il est affecté au 11e Choc à Mont-Lou à Collioure. Capitaine en janvier 1948, il retourne en Indochine d'abord au 2e BCCP puis au 3e BCCP, commandant du groupe de commandos n° 3 où il a sous ses ordres deux futurs chefs de corps du « 8 », les lieutenant Guilleminot et Bellamy.
Le capitaine Mourier est l'un des 14 rescapés de la désastreuse affaire de la RC 4. Il est rapatrié en décembre
Il retrouve l'Indochine en janvier 1952. Il prend le commandement d'une compagnie au 10e Bataillon de parachutiste chasseurs à pied, commandé par le capitaine Victor Chaudrut. Après avoir participé à la création puis au du 3e Bataillon de parachutistes viêtnamien, le capitaine Mourier rejoint le GCMA où il coordonne les action des maquis thaï, méo et même chinois nationalistes à la frontière de Chine. Rapatrié en novembre 1954, il participe à Mont-de-Marsan à la mise sur pied du 8e RPC dont il devient, comme chef de bataillon, le commandant en second (sous les ordres du colonel Fourcade). Il sert en Algérie de 1956 à 1958.
Après une affectation à l'inspection des TAP (1958-1961) et un séjour en Mauritanie, il est commandant en de l'ETAP (1965-1967). Il prend le commandement du 8e RPIMa en 1967. Après un séjour au Cambodge (1969-1970) et un poste de DMD dans le Lot (1969-1973), il est adjoint au général commandant la 9' Général de brigade le 1er mai 1975, il est adjoint au général commandant la III RM (Rennes).
Il quitte le service actif le 1er novembre 1975 et se retire à Saint-Malo puis à Avignon.

Image

Chef de corps 1965


Le 7Juillet 1965 le LT Colonel Bernard DROUIN prend le commandemant du 8e RPIMa

Né le 1er octobre 1921 à Cambrai Bernard Drouin sort de l'ESM de Sain (Aix-en-Provence) en 1942 dans l'infanterie coloniale.
Après un séjour en Guinée et à Tombouctou il est affecté en septembre 1944 CLI corps léger d'intervention en instance de départ pour l'Extrême-Orient.
Après une formation commando et parachutiste (BP 9761) à Ceylan, il est parachuté au Laos sur les arrières de l'armée japonaise d'occupation.
Après un bref passage au 5e RTS au Maroc début 1947, il rejoint la demi-Brigade à Meucon avant de prendre le commandement du GCCP (future CPIMa) d' AEFà Brazzaville de 1949 à 1951.
En 1952, il revient en Indochine pour prendre le commandement d'une campagnie du 3e Bataillon thaï avec lequel il est engagé dans la bataille de Na San. Il devient alors officier d'état-major, à Nam Dinh d'abord et à Diên Biên Phu ensuite où il est fait prisonnier. Il est libéré en septembre 1954. Il est à la brigade de Bayonne en 1955; chef de bataillon, il entre à l'école de guerre en 1958 d'où il sort pour servir à Madagascar commander le 14e BIMa avant de devenir le chef d'état-major du commandement des forces de l'océan Indien.
Après un stage à l'IHEDN et un passage à l'inspection des troupes de marine, il prend le commandement 2e Brigade parachutiste en 1973 comme général de brigade avant de devenir l'adjoint du général commandant la lIe DP à Pau. Général de division, il commande la 21e DMT à Lille puis la 53e DMT à Marseille. Il cesse l'activité le 2 octobre 1981.
Titulaire de cinq citations, le général Drouin est commandeur de la Légion d'honneur et commandeur de l'ordre national du Mérite. Il se retire dans les Hautes-Pyrénées, à Aubarède, où il décède le 26 juin 2000.

Image

Chef de corps 1962

25 juin 1962 Prise de commandemant du Lt COLONEL Alexandre DESFARGES
Après des études au collège de Saint-Servan et au lycée de Rennes, le lieutenant-colonel Desfarges, limousin de naissance mais breton d'adoption, sort Saint-Cyr en 1940 et participe à la campagne de France comme chef de section puis commandant d'unité.

De 1941 à 1943 en AOF et au Maroc il se porte volontaire pour les paras saute en France occupée, accompagné d'une équipe américano-canadienne et participe à l'encerclement de la poche de Royan. Il se porte au PC du cole allemand pour obtenir la reddition de la garnison. Après une période d'entraînement à Ceylan, il saute en 1945 sur l'Indochine occupée par les japonais.
cours d'une courte période d'accalmie, il se livre à des études sur les possi lités de l'action des commandos, en France, en Autriche et en Allemagne.
De 1951 à 1953 en Indochine, d'abord à l'EM des TAPI,cpuis affecté au GEMA il organise les maquis Méos. Puis c'est Fréjus et l'AOF où il commande un bataillon. Au retour d'AOF, il sert en Algérie pendant 32 mois il commande le 2' bataillon du 23' RIMa. De 1961 à 1962, il est chef d'état-major à la brigade des paras-colos Le 25 juin, il prend le commandement du « 8 ».

Auditeur du collège de défense de l'OTAN (1965-1966), il termine sa carrière à la mission centrale de liaison p l'assistance aux armées alliées à Paris (31 décembre 1966). Le ...colonel (H) Desfarges est officier de la Lég d'honneur (1959) et commandeur de l'ordre national du Mérite (1969).

Avatar du membre
Mattle1
Vieux Sage
Messages : 917
Enregistré le : 24 nov. 2008, 11:20
Localisation : Tamatave , Madagascar

Message par Mattle1 » 10 août 2010, 15:32

Pour être complet dans cette période
Image

Chefs de corps 1987

Le colonel Jean-Claude Lafourcade.

Jean-Claude Lafourcade est né le 7 janvier 1943 à Talence (Gironde). Saint-cyrien de la promotion « Serment de 14 » (1963 ¬1965), il débute sa carrière au 21 e RIMa de Sissonne puis part en séjour en 1968 au 1er RIAOM de Dakar. Muté au 3e RPIMa, il y commande la 1re compagnie puis, en février 1975, il est affecté au cabinet du ministre de la Défense où il exerce les fonctions d'aide de camp. En 1976, il rejoint le RIMaP - NC à Nouméa et, en 1979, il est affecté au « 8 ». En 1980, il est muté à l'état-major de la IIe Division parachutiste et 44e Division militaire territoriale à Toulouse. En poste à l'état-major du Groupement aéroporté à Albi, il participe à l'opération « Manta » au Tchad en tant que chef du bureau renseignement. De 1987 à 1989, il commande le « 8 » avec lequel il participe à l'opération « Épervier» au Tchad puis à une intervention en Nouvelle-Calédonie.
A l'issue de son commandement, il prend les fonctions de chef d'état-major des Forces armées de la Nouvelle-Calédonie (1989-1991). En 1992, il rejoint l'état-major des armées où il occupe le poste d'adjoint au chef de la division emploi. Affecté le 1er août 1993 à Toulouse en tant qu'adjoint du général commandant la 11 Division parachutiste, il est désigné pour commander l'opération « Turquoise» au Rwanda du 22 mai au 22 août 1994.

Le 1er septembre 1995, il rejoint l'EMAT en tant que sous-chef d'état-major « opérations et logistique». Il assume les fonctions de commandant supérieur des Forces armées de la Nouvelle-Calédonie de 1997 à 1999. A son retour en métropole, il est nommé adjoint du général commandant la Force d'action terrestre. Le général de COI d'armée La Fourcade est commandeur de la Légion d'honneur (2000) et officier de l'ordre national du Mérite (1990) .Il es retiré à LILLE

Avatar du membre
Mattle1
Vieux Sage
Messages : 917
Enregistré le : 24 nov. 2008, 11:20
Localisation : Tamatave , Madagascar

Message par Mattle1 » 10 août 2010, 15:42

En fait on trouve sur le parcours de ces officiers d'exception toute
l'histoire de la suite des troupes coloniale.C'est déjà de l'histoire...Les
théâtres d'opérations sont l'histoire vivante des troupes de marine.Alors
vive la Colo....... :D

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités