Sous Napoléon III, trois Macériens morts à Constantinople

Espace de discussion et d'entraide sur des points d'histoire des unités, des techniques et tactiques militaires.

Vous devez être enregistré pour passer une annonce

Modérateur : Rédacteur

Répondre
Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2745
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Sous Napoléon III, trois Macériens morts à Constantinople

Message par Rédacteur » 19 sept. 2011, 11:51

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLoc ... Locale.Htm
Sous Napoléon III, trois Macériens morts à Constantinople - La Mézière
samedi 17 septembre 2011
Constantinople, sous le règne de Napoléon III, est aujourd'hui Istanbul en Turquie. Pendant la guerre de Crimée, l'Angleterre et la France ne rompirent avec la Russie qu'en mars 1854. Elles engagèrent par traité à garantir l'indépendance de l'Empire turc. La guerre de Crimée, de la presqu'île du même nom, va durer 2 ans. Les Alliés France, Angleterre, Empire Ottoman et le Piémont, avaient décidé de détruire Sébastopol, base de la puissance maritime Russe en Mer Noire.

À l'automne 1854, commencèrent l'interminable siège de Sébastopol et sa guerre de tranchées qui allait durer onze mois. Les assiégeants furent décimés par la maladie, le froid, l'épuisement par un hiver boueux et glacial. 95 000 Français y périrent. Le traité de Paris du 30 mars 1856 mit fin au conflit.

Mort de congélation

En 1863, fut créé en Russie le premier grand cimetière Français à l'étranger pour accueillir les soldats morts en Orient. Trois Macériens y furent inhumés.

Jean-Marie Bigot, ouvrier d'administration, est entré à l'hôpital militaire de « Daoud Pacha » de Constantinople en août 1855, il y décède le 9 septembre 1855 par suite de « diarrhée chronique » ; Jean-Gilles Communié, voltigeur au 15 e R I, est entré à l'hôpital « Galhané » en septembre 1855, il y décède le 10 novembre par suite de « coup de balles aux fesses » ; Jean-Louis Davy, fusiller au 10e R L, est décédé à l'hôpital militaire de « Pérex » à Constantinople « Turquie d'Europe » le 17 janvier 1856 par suite de « congélation des pieds ». Ces trois actes ont été enregistrés en mairie de La Mézière d'un à trois mois après le décès des soldats. Un 4 e militaire Victor Marie Delabarre, du 1er d'Artillerie de marine, est décédé à l'hôpital de Lorient le 21 novembre 1855.

La guerre de Crimée et ses morts préfigurent déjà les Dardanelles de la Première Guerre Mondiale qui fera à son tour de nombreuses victimes chez les Bretons.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité