5eme BIC 25eme BIMA Seno

Espace de discussion et d'entraide sur des points d'histoire des unités, des techniques et tactiques militaires.

Vous devez être enregistré pour passer une annonce

Modérateur : Rédacteur

Répondre
laurentmouss
Tribun Sénior
Messages : 93
Enregistré le : 18 mai 2005, 17:55
Localisation : Nancy

5eme BIC 25eme BIMA Seno

Message par laurentmouss » 11 déc. 2011, 13:36

Bonjour a tous,je voudrais avoir des precisions sur l histoire,la filiation (voir son insigne)et la composition du 5eme BIC qui devient 25em BIMA en 1958 qui tenait garnison à Seno eu Laos,merci d avance.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2745
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Re: 5eme BIC 25eme BIMA Seno

Message par Rédacteur » 11 déc. 2011, 22:42

Pas grand chose dans ma musette :
- Création le 1er septembre 1955
- 30 novembre 1958, devient 25e BIC à Seno (Laos).
(c) - Les Troupes de Marine - Quatre siècles d'histoire - Edition LAVAUZELLE )

Le 5e BIC est rattaché à la filiation du 5e RIC via le BM du 5e RIC.
5e Régiment d'Infanterie Coloniale
01/05/1945
- Recréé à partir du CLI (Corps Léger d'Intervention) créé le 01/10/1943 à Djidjelli qui reçoit le drapeau du 5e RIC et devient CLI/ 5e RIC
30/06/1946
Bataillon de Marche du 5e Régiment d'Infanterie Coloniale
01/12/1953
31/08/1955 (dissolution)

NB : Selon certaines sources, le Bataillon de Marche du 5e RIC, formé tardivement (décembre 1953) et issu du 110e RIC, n'avait rien de commun avec le 5e RIC précédent (1945-1946)
(c) Insignes de l'infanterie coloniale - Symboles et traditions - page 30

En juin 1955, les directives de licenciement sont adoucies par le nouveau commandant en chef, avec l'octroi d'une prime à la résiliation de contrat volontaire (23). Il est même conçu un projet d'émigration collective en Afrique Noire et en Guyane et la création d'une unité de traditions de Tirailleurs Indochinois en Algérie. Une demi-brigade autonome du Laos est mise sur pied à Seno le 9 septembre 1954. Elle accueille les militaires autochtones mariés, surtout les Thaïs du 3/19ème RMIC, au sein des 5ème et 6ème Compagnies du 5ème BIC, à l'Escadron d'automitrailleuses du RICM et à la Compagnie du Génie. Toutes ces mesures sont prises alors qu'un climat anti-français commence à régner au Sud Vietnam. Dès lors, les tirailleurs servant encore dans les troupes françaises ont peur qu'on leur reproche d'avoir servi la France au lieu d'avoir rejoint l'armée nationale quand cela était encore possible.
Le 30 juin 1956, 6 officiers, 133 sous-officiers, 554 hommes de troupe et 9 marins indochinois sont encore cantonnés à Saigon et à Séno. Les derniers cadres français les qualifient "d'irréductibles à ne pas abandonner pour des raisons d'ordre moral". Pourtant, malgré leurs protestations, presque tous seront libérés le mois suivant.
http://www.anai-asso.org/NET/document/l ... /index.htm

Rappel de la carrière de Jacques BOUTHIER, adjudant-chef de la Coloniale puis des Troupes de Marine, fait Officier de la Légion d’Honneur par le général Patrick PACAUD le 17 septembre 2011 à BAILLARGUES
En août 1954, Jacques est affecté au 1/23ème RIC et détaché au bataillon des « Becs d’Ombrelle », entièrement constitué de nung (ethnie installée à la frontière de la Chine). Avec 150 célibataires de cette unité, Jacques rejoint Tourane (qui deviendra Da-Nang) puis la division Sang (du nom de son général nung) à Phan Rang, avant qu’elle ne soit intégrée dans l’Armée sud-vietnamienne. Il est alors affecté au 1/19ème RMIC composé de thaïs laotiens avec lequel il rejoint le Laos à l’été 1955.
Il passe alors au 5ème BIC, unité française en garnison à Seno (Laos) et y restera jusque fin 1956.
http://www.legion-honneur-dplv-ls.net/i ... UTHIER.pdf

En arrivant a BMDS a la droite le residence du colonel (son cuisinier mr Hiep),
a gauche camp de transmission , camp GCR, en face camp materiel, l economat,l
intendance , Marie kimbang quartier des vietnamiens (marche) en face trois
petits chateaux d eaux,a cote l eglise , quartier des sous/of en face l ecole
primaire de BMDS, l hopital en face le QG , 5e BIC, le tresor ,camp PM, hangar
de depot de Mr Deleveau , bien plu loin champ de tir, et enfin CCR...
http://fr.groups.yahoo.com/group/ancien ... message/20

Seno se situe exactement a same sip song (32) kilometre de Savannakhet sur la route qui relie le laos au Viet nam aux environs de Hué
http://www.lonelyplanet.fr/forum/destin ... hoto-seno/

Il existe un site "anciensdulaos: ANCIENS DU LAOS Base militaire de SENO", accessible aux membres inscrits.
http://fr.groups.yahoo.com/group/anciensdulaos/

La présence militaire française ne se limite plus qu’à la garnison de la base aéroterrestre de Seno, au Laos (59). Grâce au travail des écoutes des radiocommunications dans la région, le groupe de contrôle radioélectrique d’Extrême-Orient renseigne le pouvoir politique, à Paris, sur les événements de la péninsule indochinoise. La détérioration de la situation dans l’ex-Indochine, les menées américaines au Laos où la présence française est, une nouvelle fois, contestée, amènent la France à renoncer à son activité militaire. À l’été 1963, les derniers soldats français quittent Seno.

(59) Seno se situe à l’intersection de deux axes stratégiques majeurs (Saigon-Vientiane et Savannakhet – Dong Ha). Implantée au kilomètre 35 de la route venant de Savannakhet, la base (créée fin 1952) fut appelée Seno par rapport à l’orientation générale du terrain d’aviation : Sud-Est/Nord-Ouest.
http://rha.revues.org/index6925.html
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité