2017 : 3e RPIMa

L'actualité des unités TDM jusqu'à aujourd'hui

Vous devez être enregistré pour passer une annonce

Modérateur : Rédacteur

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2873
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

2017 : 3e RPIMa

Message par Rédacteur » 03 août 2017, 13:12

Carcassonne: un adjudant du 3e RPIMa trouve la mort en manœuvres à Caylus
http://www.lindependant.fr/2017/08/02/c ... 038929.php
L'Indépendant, par Antoine Carrié Le 03 août à 06h00
Le soldat de 37 ans est décédé mercredi dans le Tarn-et-Garonne.
Un accident mortel s’est produit ce mercredi en fin de matinée sur le camp militaire Lieutenant-Colonel Normand à Caylus, dans le département du Tarn-et-Garonne. C’est là qu’une unité du 3e régiment parachutiste d’infanterie de marine (RPIMa) de Carcassonne était en manœuvre, procédant notamment à des exercices de pilotage en terrain accidenté sur une piste dédiée.
C’est au cours de cet entraînement qu’un véhicule de l’avant blindé (VAB) s’est retourné. Le passager éjecté a été écrasé par l’engin. Il a succombé à ses blessures malgré les longs efforts pour tenter de le réanimer. Les pompiers de Caylus et les médecins du Samu du Tarn-et-Garonne se sont en effet relayés plus de 45 minutes auprès de la victime très grièvement blessée dans l’espoir de la ramener à la vie. Pour la dégager de l’emprise du lourd véhicule, un engin de relevage a dû être utilisé. Malheureusement, le militaire a succombé à ses blessures.
Éjecté du véhicule de l’avant blindé qui l’a écrasé
Il s’agit d’un adjudant de la première compagnie du 3e RPIMa âgé de 37 ans, qui avait réalisé toute sa carrière au sein du régiment carcassonnais. L’adjudant était marié et père d’un enfant.
Une enquête a été ouverte par le parquet militaire de Toulouse afin de déterminer les causes exactes de cet accident. La victime était effectivement passager du véhicule. Le conducteur, lui, n’a été que légèrement blessé dans l’accident. Dans un communiqué diffusé par le service d’information et de relation publique de l’armée de terre (Sirpa), l’état-major de l’armée confirmait que «dans le cadre de sa préparation opérationnelle, une compagnie du 3e RPIMa réalisait un exercice de conduite sur une piste du camp dédiée à ce type d’activité. Lors de celui-ci, un des VAB s’est retourné pour une raison indéterminée. La gendarmerie de Caylus est intervenue sur place et une enquête est actuellement en cours».
Cet événement dramatique a bien sûr jeté une vive émotion au sein du régiment en manœuvre et plus largement au sein des communautés militaires de Caylus et Carcassonne.
Sur ce camp d’entraînement installé sur le causse à la frontière nord-est du département, des troupes venues de toute la France se relaient régulièrement, sachant trouver ici des conditions spécifiques aux exigences de leurs manœuvres, conduite en terrain difficile comme ce fut le cas hier, mais aussi tirs, combat urbain ou aérolargage… Des exercices qui ne sont pas sans risque.
Un site où dix soldats du 3 s’étaient blessés lors de sauts
En mars 2016 sur le camp, dix militaires du 3e RPIMa avaient été blessés lors d’une séance de sauts de nuit puis 12 militaires du 1er Régiment de chasseurs parachutistes (RCP) de Pamiers dans un accident de camion survenu non loin du camp. Enfin, en 2003, c’est un hélicoptère de l’armée de terre qui avait heurté une ligne à haute tension près du camp, causant la mort de 7 personnes.
Cet accident dramatique vient à nouveau endeuiller le 3e RPIMa, qui avait été touché l’an passé par le suicide de deux de ses soldats. Le 17 avril, au sein de la caserne Laperrine, puis le 24 avril, à Paris, dans le cadre de l’opération Sentinelle, un soldat de 22 ans puis un caporal âgé de 26 ans s’étaient donné la mort avec leurs armes.
Mercredi, au sein du régiment, aucune communication officielle n’était à l’ordre du jour. Mais le 3e RPIMa assurait cependant qu’une cérémonie devait être programmée afin de «rendre les honneurs» à l’adjudant décédé hier. L’armée de Terre concluait son communiqué en s’associant «à la douleur de la famille, des proches et de tous les frères d’armes du sous-officier décédé», en les assurant de «son soutien».
https://www.ladepeche.fr/article/2017/0 ... linde.html
http://www.midilibre.fr/2017/08/02/tarn ... 543959.php
http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 06401.html
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2873
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Carcassonne: le 3e RPIMa retrouve sa section de tireurs d’élite

Message par Rédacteur » 03 août 2017, 14:01

Carcassonne: le 3e RPIMa retrouve sa section de tireurs d’élite
http://www.lindependant.fr/2017/07/24/c ... 036776.php
L'Indépendant, par A. Ca. Le 24 juillet à 19h01
La section avait été dissoute en 2010.
L’attente aura duré sept ans. Le 1er juillet, le 3e régiment parachutiste d’infanterie de marine (3e RPIMa) de Carcassonne a officiellement retrouvé sa section de tireurs d’élite. Un groupe de 26 soldats, placés sous l’autorité de l’adjudant-chef Stéphane, intégré au sein de la compagnie d’appui, commandée par le capitaine Ghislain. Un officier qui revient sur les conditions de cette dissolution qui n’avait pas pour autant entraîné la disparition complète de ces as du tir: «En 2010, dans un contexte de baisse des effectifs de l’armée de terre, la question de l’existence de la compagnie d’appui était sujette à question. Tous les hommes de la section de tireurs d’élite avaient donc été répartis et placés directement dans des compagnies de combat.»
Depuis quelques jours, retour à la formule initiale, en réintégrant cette compagnie d’appui, «qui a vocation à fournir des appuis au régiment en livrant des spécialistes», résume le capitaine Ghislain: 23 hommes versés dans le combat anti-char, 30 soldats des groupements commandos parachutistes (GCP) et donc ces 26 tireurs d’élite. En retrouvant cette section unifiée, le capitaine Ghislain voit un évident avantage: «Plus d’efficacité en terme d’instruction et d’entraînement.» Avec leurs caractéristiques, les armes employées par les tireurs d’élite nécessitent en effet «un tel périmètre de sécurité qu’aucun autre exercice ne peut être possible à Villemaury lorsqu’ils s’entraînent». Avec des tireurs répartis depuis sept ans dans différentes compagnies, la fréquence d’entraînement s’en ressentait donc.
Désormais, ces «passionnés de tir, dotés de connaissances en aérologie, en hygrométrie» seront donc réunis pour exercer leur art délicat. À Villemaury, donc. Mais aussi au centre d’entraînement de l’infanterie au tir opérationnel (CEITO), basé à La Cavalerie, près de Millau. Avant d’être projetés, individuellement ou par petits groupes, lors des opérations: «Toute compagnie récupère des tireurs lorsqu’elle est projetée, rappelle le capitaine Ghislain. Parce qu’ils ont des capacités de tir largement supérieures, bien sûr, mais aussi parce qu’ils ont des connaissances en terme de topographie, d’infiltration, d’art du camouflage, que les autres n’ont pas. Ils ont une mission d’observation et de tir, mais uniquement sur une cible à haute valeur ajoutée. Une fois qu’il a tiré, on considère qu’il est repéré et que sa mission est terminée.» Et de résumer ainsi la mission de ces tireurs capables, avec leur PGM 12,7, d’effectuer un «tir anti-véhicule à 1850 m» ou un «tir anti-personnel jusqu’à 1 300-1 400 m». Des capacités hors normes pour ces ultra-spécialistes réunis au terme d’un long et lent processus de sélection.
Comme tous les soldats du «3», les tireurs d’élite sont ainsi passés par les sept mois de formation initiale commune à tous les paras: «Au cours de cette formation, le chef de section repère les bons tireurs pour des postes de tireur de précision.» La dernière marche avant de devenir tireur d’élite, après quatre semaines supplémentaires.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2873
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Carcassonne vue du ciel avec le 3ème RPIMa

Message par Rédacteur » 03 août 2017, 16:12

Carcassonne vue du ciel avec le 3ème RPIMa
http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 99659.html
France 3 régions, Par Olivier Le Creurer Publié le 19/07/2017 à 11:00
A l'occasion du 14 juillet, l'équipe de démonstration du 3e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (RPIMa) a fait le grand saut aux abords de la cité de Carcassonne. Caméra au poing, frissons garantis.
Une heure avant le feu d'artifice, 8 hommes du 3ème Régiment de parachutistes d'infanterie de marine ont réalisé un saut de démonstration au dessus de Carcassonne et ont atterri sur les berges de l'Aude, face au public. Implanté dans la préfecture de l'Aude, caserne Laperinne, le "3" regroupe environ 1300 militaires.

Mission

Outre les missions traditionnelles dévolues aux régiments d'Infanterie motorisée, le 3e RPIMa est organisé et entraîné pour être mis à terre par assaut vertical (parachutage, aérotransport, poser d'assaut ou héliportage) en vue de saisir un point clé ou une tête de pont dans la profondeur comme à Birao en 2007, couvrir une grande unité face à une menace inopinée, mener un combat sur les arrières, contrôler une zone comme en Afghanistan en 2008-2009, extraire et évacuer des ressortissants comme ce fut le cas en février 2008 au Tchad. Actuellement, le régiment n'a pas de troupes en opération extérieure.

Le 3e RPIMa a donc pour vocation d'intervenir partout dans le monde, (France incluse avec les plans Vigipirate et Orsec) et ce, en moins de 12h s'il est d'alerte « Guépard TAP ».

Actuellement, le régiment n'a pas de troupes en opération extérieure.

Source: Ministère de la défense
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2873
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Remise de fourragères du 3e régiment de parachutistes d'infanterie de marine

Message par Rédacteur » 04 août 2017, 09:17

Remise de fourragères du 3e régiment de parachutistes d'infanterie de marine
La Dépêche, Publié le 08/03/2017 à 03:54
http://www.ladepeche.fr/article/2017/03 ... arine.html
Le 3 mars, à Arzens, s'est déroulée la remise des fourragères à la section du lieutenant Hugo. Elle était présidée par le colonel Durville, chef de corps du 3e RPIMa, en présence de M. Pistre, maire d'Arzens. La section du lieutenant Hugo a été incorporée en août 2016. Ces jeunes engagés volontaires de l'armée de terre ont effectué sept mois d'instruction tactique et technique au combat et à la vie en campagne. C'est à Caylus, au centre de formation initiale des parachutistes que se sont déroulés les trois premiers mois. Ils se sont ensuite rendus à Pau, à l'école des troupes aéroportées, pour passer leur brevet parachutiste. Et c'est ici dans le Carcassonnais que les derniers mois de leur formation ont eu lieu. Ils ont clôturé leur formation par un raid de 100 km, durant lequel ils ont pu mettre en application tout ce qu'ils ont appris. Le major de la section s'est vu remettre la distinction de 1re classe par le colonel Durville et a prononcé, accompagné par l'ensemble de sa section, le serment du jeune engagé du 3e RPIMa. En récitant ce serment, ces jeunes volontaires ont affirmé qu'ils ont conscience de la portée de leur engagement.

«En ce jour solennel, en présence de vos familles et de vos anciens, vous avez été présentés au drapeau. Cette présentation témoigne du fait que vous avez atteint le niveau opérationnel requis pour porter les armes de la France. Vous allez aussi recevoir la fourragère aux couleurs de la croix de guerre des théâtres d'opérations extérieures. En portant cette fourragère, vous vous inscrivez dans la tradition d'excellence que vos anciens ont forgée, soyez en fiers, soyez en dignes», le colonel Durville.

Les troupes ont défilé devant la garde au drapeau, les CDU, la 1re compagnie, les cadres sans troupe, les anciens, les familles et la population, sous les applaudissements. Après la remise de fourragères M. Pistre, maire d'Arzens, a offert le «pot» d'accueil. Il a exprimé l'immense fierté pour son village, d'avoir été choisi pour cette cérémonie de remise de fourragères à la section du lieutenant Marcelli. Il en a profité pour lui rappeler et renouveler ses remerciements, à sa section, pour l'excellent travail effectué lors de la rénovation du monument aux morts. Toute la population leur en est reconnaissante.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2873
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

CCL : Passation de commandement

Message par Rédacteur » 04 août 2017, 09:36

Passation de commandement
L'Indépendant, Le 26 juin à 22h06
http://www.lindependant.fr/2017/06/26/p ... 028799.php
Le colonel Emmanuel Durville, chef de corps du 3e RPIMa, a présidé la cérémonie. Après avoir prononcé la traditionnelle formule d’investiture, le colonel Emmanuel Durville a procédé au transfert du fanion de la compagnie entre l’ancien et le nouveau commandant d’unité.
Cette compagnie est la compagnie de soutien logistique du régiment. A ce titre, les militaires de la compagnie partent de manière régulière en individuel en soutien aux compagnies de combat, mais également en tant que compagnie constituée comme ce fut le cas d’octobre 2012 à février 2013 en Côte d’Ivoire d’où elle a été projetée au Mali.
Sous le commandement du capitaine Fabien, depuis le 16 juillet 2015, la compagnie de commandement et de logistique a participé à tous les grands rendez-vous régimentaires, les exercices, les alertes et les inspections.
La compagnie de commandement et de logistique du 3e RPIMa a aussi envoyé ses spécialistes en mission individuelle à l’extérieur et armé trois mandats de l’opération Sentinelle entre février 2016 et juin 2017.
Jeudi 15 juin, à 18h, au château de Villegly, s’est déroulée la cérémonie de passation de commandement de la compagnie de commandement et de logistique du 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine.
Le capitaine Jean-Paul a succédé au capitaine Fabien.
Le colonel Emmanuel Durville, chef de corps du 3e RPIMa, a présidé la cérémonie. Après avoir prononcé la traditionnelle formule d’investiture, le colonel Emmanuel Durville a procédé au transfert du fanion de la compagnie entre l’ancien et le nouveau commandant d’unité.
Cette compagnie est la compagnie de soutien logistique du régiment. A ce titre, les militaires de la compagnie partent de manière régulière en individuel en soutien aux compagnies de combat, mais également en tant que compagnie constituée comme ce fut le cas d’octobre 2012 à février 2013 en Côte d’Ivoire d’où elle a été projetée au Mali.
Sous le commandement du capitaine Fabien, depuis le 16 juillet 2015, la compagnie de commandement et de logistique a participé à tous les grands rendez-vous régimentaires, les exercices, les alertes et les inspections.
La compagnie de commandement et de logistique du 3e RPIMa a aussi envoyé ses spécialistes en mission individuelle à l’extérieur et armé trois mandats de l’opération Sentinelle entre février 2016 et juin 2017.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2873
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Passation de commandement de la 2e compagnie du «3»

Message par Rédacteur » 04 août 2017, 09:43

Passation de commandement de la 2e compagnie du «3»
La Dépêche, Publié le 04/07/2017 à 03:51
http://www.ladepeche.fr/article/2017/07 ... u-3-3.html
Mercredi 28 juin 2017 à 18 heures au château de Villegly s'est déroulée la cérémonie de passation de commandement de la 2e compagnie de combat du 3e régiment de parachutistes d'infanterie de marine.
Le capitaine Thibault a succédé au capitaine Damien.
Le colonel Emmanuel Durville, chef de corps du 3e RPIMa, a présidé la cérémonie. Après avoir prononcé la traditionnelle formule d'investiture, le colonel Emmanuel Durville a procédé au transfert du fanion de la compagnie entre l'ancien et le nouveau commandant d'unité.
Cette compagnie est une des 5 compagnies de combat du régiment. À ce titre, outre de nombreuses missions sur le territoire national, elle a été à de nombreuses reprises engagée sur des théâtres d'opérations extérieurs, dont les plus récentes sont : le Kosovo de décembre 2001 à avril 2002 ;
La République de Côte d'Ivoire de février à juin 2004 dans le cadre de l'opération Licorne ; La République démocratique du Congo de décembre 2006 à avril 2007 où elle est intervenue depuis le Gabon dans le cadre de l'opération Benga ; l'Afghanistan de septembre 2008 à février 2009 ; le Tchad d'octobre 2014 à février 2015 dans le cadre de l'opération Barkhane.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2873
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Le 3e RPIMa s'exerce au bâton de défense

Message par Rédacteur » 04 août 2017, 09:49

Le 3e RPIMa s'exerce au bâton de défense
la dépêche, R.A., Publié le 19/05/2017 à 03:50
http://www.ladepeche.fr/article/2017/05 ... fense.html
Hier matin, le 3e Régiment de parachutistes d'infanterie de marine (RPIMa) organisait pour son personnel un stage de bâton de défense. Seize hommes, de 18 à 46 ans, ont participé à la formation de self-défense, animée par Americo Da Silva, Président de la Fédération internationale de bâton de défense et disciplines associées (FIBD/DA).
Le but de la formation d'une durée de trois heures : réussir à manier un bâton télescopique de 350 grammes, dans un cadre de légitime défense, et en respectant des règles de sécurité. «Le bâton ne doit pas être un appel à l'agression», explique l'instructeur de self-défense. «C'est un objet qui permet de se défendre, mais en aucun cas d'attaquer un individu qui obtempère. Il faut être préparé à riposter, mais toujours éviter l'attaque».
En plus de leur apprendre à se protéger d'éventuelles attaques physiques, la formation enseigne aux recrues à ne pas donner l'impression que l'intervention a été au-delà de la légitime défense.
L'importance de s'entraîner ensemble
L'utilisation d'un tel outil ne va pas de soi, même pour des militaires habitués à manipuler différents types d'armes. Hier, Americo Da Silva a insisté sur l'importance d'un entraînement collectif, qui permet de créer une osmose entre les différentes recrues. «Pendant les missions, surtout celles de types Sentinelle, il faut que tout le monde réagisse pareil, malgré les différences de parcours de chacun», raconte l'instructeur. Pour créer cette cohésion de groupe, Americo Da Silva fait répéter à ses hommes, sans relâche, différents gestes à appliquer selon la situation. «Il n'y a pas d'hommes forts, il n'y a que des hommes entraînés», lance l'un des participants à la formation entre deux exercices. Et avec Americo Da Silva, les hommes du 3e RPIMa peuvent être certains de ressortir aguerris de cette formation. L'instructeur international de self-défense, qui a fondé la FIBD/DA en 1997, a plusieurs cordes à son arc : diplômé en sports de combats et en arts martiaux, professionnel de la sécurité et éducateur sportif, Americo da Silva est également moniteur de techniques d'interventions opérationnelles rapprochées (TIOR), utilisées par les militaires de l'armée française. Toute l'année, il forme des professionnels des forces de l'ordre de l'Europe entière.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2873
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Le «3» rendra hommage mardi à l'adjudant décédé

Message par Rédacteur » 05 août 2017, 22:41

Le «3» rendra hommage mardi à l'adjudant décédé
La Dépêche, A. Ca.Publié le 05/08/2017 à 03:53
http://www.ladepeche.fr/article/2017/08 ... ecede.html
C'est près d'une semaine après le drame survenu mercredi dernier sur le camp de Caylus, dans le Tarn-et-Garonne, que le 3e régiment parachutiste d'infanterie de marine (3e RPIMa) rendra hommage à l'adjudant François Woignier, décédé lors de manœuvres effectuées sur ce site militaire.
Un hommage militaire sera en effet rendu dans l'enceinte de la caserne Laperrine, à 8 h 30, à ce soldat âgé de 37 ans, marié et père d'un enfant de six ans. «Se voulant intime», cette cérémonie «ne sera pas ouverte au public», précise la 11e brigade parachutiste (11e BP) de Toulouse dans le communiqué consacré à cet hommage.
Mercredi, dans la matinée, c'est dans le cadre d'un exercice de pilotage en terrain accidenté qu'est survenu l'accident fatal à l'adjudant.
Engagé à l'âge de 21 ans
C'est au cours de cet entraînement qu'un véhicule de l'avant blindé (VAB) s'est retourné, avant d'écraser le trentenaire, éjecté lors de l'accident. Il avait succombé à ses blessures malgré les longs efforts entrepris par les secours pour tenter de le réanimer.
L'adjudant Frédéric Woignier s'était engagé dans l'armée à l'âge de 21 ans. Il avait débuté comme parachutiste de 2e classe, avant de devenir adjudant et chef de section «au cours d'une carrière exemplaire portée par des valeurs de courage, d'honneur et de fraternité», précise la 11e BP. Qui évoque, d'après les témoignages de proches, un «passionné. Il avait des étoiles dans les yeux quand il parlait de son métier». Et de poursuivre : «Il laisse l'image d'un sous-officier courageux et exemplaire, au parcours remarquable, d'un chef et camarade dynamique et souriant, apprécie de tous». Le soldat avait participé à onze missions extérieures et opérations, au Gabon, en Nouvelle-Calédonie, au Kosovo, au Tchad, en Guyane et Centrafrique, et avait également œuvré dans le cadre de la mission Sentinelle.
Image
Frédéric Woignier avait participé à 11 missions extérieures./ Photo, DR
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2873
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Vibrant adieu à l'adjudant François Woignier sur la Promenade de la Plage à Cagnes

Message par Rédacteur » 10 août 2017, 11:07

Vibrant adieu à l'adjudant François Woignier sur la Promenade de la Plage à Cagnes
Nice-Matin, PAR Laurent Quilici, Publié le 09/08/2017 à 12:00
http://www.nicematin.com/vie-locale/vib ... nes-159485
Une centaine de ses frères et sœurs d'armes du 3e RPIMa lui ont rendu hommage devant la chapelle Saint-Pierre du Cros-de-Cagnes après les obsèques religieuses qui venaient de s'y dérouler
Moment d'émotion intense hier sur la promenade de la Plage à Cagnes, dont deux voies avaient été coupées pour la circonstance.
Sous les yeux de la famille, des amis, d'une nombreuse assistance, et de passants impressionnés, une centaine de soldats du 3e Régiment parachutiste d'infanterie de marine (RPIMa) de Carcassonne ont rendu un ultime hommage à leur camarade François Woignier, sous-officier décédé mercredi lors d'un accident de blindé au cours d'un exercice au camp militaire de Caylus dans le Tarn-et-Garonne.
"C'était un enfant du 3", l'a salué son chef de corps, le colonel Emmanuel Durville, commandant du régiment, lors de l'émouvant hommage funèbre qu'il lui a rendu au cours de la cérémonie religieuse dans la petite chapelle Saint-Pierre du Cros-de-Cagnes.
"Un beau parcours"
"Une chapelle où François s'était marié il y a quatre ans", comme l'a rappelé le père Bertrand Lorentz, aumônier du 3e Régiment parachutiste d'infanterie de marine, devant un grand parterre de bouquets et de couronnes de fleurs.
Retransmis par haut-parleur sur la placette, l'office qu'il a célébré a été écouté avec recueillement par les militaires impeccablement alignés et par la foule présente.
Engagé au régiment il y a quinze ans comme simple militaire du rang, François Woignier s'était rapidement vu confier des responsabilités et était vite monté en grade, effectuant « un beau parcours », selon les termes de son colonel.
"Sorti major de sa promotion à l'école de sous-officiers de Saint-Maixent", François Woignier était devenu sergent avant d'être promu adjudant et de commander une des quatre sections de la 1re compagnie du régiment.
Hier matin, lors d'une première cérémonie militaire dans l'enceinte du 3e RPIMa à Carcassonne, il avait été promu adjudant-chef et décoré de la médaille militaire à titre posthume, après une nuit de veillée funèbre de ses frères (et sœurs) d'armes dans la chapelle du régiment.
"Sa vocation de para remontait loin. À 14 ans, il avait demandé à ses parents de le conduire à Carcassonne pour voir le 3e RPIMa", a rappelé son chef de corps.
François Woignier s'était illustré dans pas moins de treize opérations, pour la plupart extérieures : Tchad, République centrafricaine, Kosovo, Guyane, Nouvelle-Calédonie. Il avait notamment été cité à l'ordre du régiment pour avoir extrait un véhicule et ses soldats pris sous le feu ennemi au Tchad.
Drapé dans le drapeau tricolore, le cercueil est sorti de la chapelle sur les épaules de plusieurs hommes de sa section et de sa compagnie, suivi par sa famille et ses proches, entre deux haies d'honneur de parachutistes lui présentant les armes. Au son de la cornemuse qu'affectionnait le défunt, puis de la bouleversante prière du para.
L'inhumation a eu lieu au vieux cimetière de Cagnes.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2873
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Ouragan IRMA: 150 militaires du 3ème RPIMa de Carcassonne en renfort aux Antilles

Message par Rédacteur » 13 sept. 2017, 19:56

Ouragan IRMA: 150 militaires du 3ème RPIMa de Carcassonne en renfort aux Antilles
France 3 régions, Par OLC avec l'AFP Publié le 10/09/2017 à 10:23
http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 25159.html
Edouard Philippe, premier ministre, l'a annoncé hier soir: une compagnie du 3ème Régiment de parachutistes d'infanterie de marine, basé à Carcassonne est appelée en renfort à Saint Barthélémy et Saint-Martin. Cela représente environ 150 militaires qui ont quitté leur base ce midi.
Outre les 410 gendarmes et 80 policiers notamment déjà sur place, trois escadrons de gendarmerie mobile, soit "240 gendarmes supplémentaires", vont ainsi être déployés dans les deux îles, a-t-il déclaré. Deux seront "opérationnels lundi".

Le dispositif sera complété rapidement par des moyens militaires avec la mobilisation de trois compagnies (infanterie de marine, parachutistes) dont celle de Carcassonne en plus de celle déjà sur place, plus "un détachement du GIGN et un autre du GIPN", a détaillé Edouard Philippe, samedi soir.

Situation sanitaire "délicate"

Et, dans une situation sanitaire "délicate", "les personnes devant être évacuées en urgence l'ont été", sachant que "l'hôpital est lourdement endommagé" avec un seul bloc opératoire opérationnel, a noté le Premier Ministre. L'un des "enjeux" est désormais d'"acheminer rapidement des médicaments indispensables", comme l'insuline pour les diabétiques ou le sérum antitétanique.

L'eau et la nourriture, "acheminées sur place et stockées", doivent "désormais être distribuées à la population dans des conditions d'acheminement difficiles" avec un "quadrillage" du territoire.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2873
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

La 2e compagnie a été projetée aux Antilles

Message par Rédacteur » 14 sept. 2017, 18:12

La 2e compagnie a été projetée aux Antilles
La Dépêche, Publié le 12/09/2017 à 03:52
https://www.ladepeche.fr/article/2017/0 ... illes.html
Dimanche, les «Marsouins» de la 2e compagnie du 3e RPIM de Carcassonne a se sont envolés à destination de l'île de Saint-Martin, dans les Antilles françaises, soufflée par l'ouragan Irma.

Il était 17 heures, à l'aéroport de Toulouse-Blagnac, lorsque ces hommes ont embarqué à bord d'un avion militaire. En alerte depuis samedi fin de journée, les parachutistes carcassonnais sont partis rejoindre les 410 gendarmes et 380 militaires engagés sur place, ainsi que 240 gendarmes mobiles, 30 hommes du GIGN et 15 du GIPN. Ceci selon l'information communiquée ce week-end par Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement.

Ce dimanche également a décollé pour la même destination un avion militaire Aribus A 400M avec à son bord 18 tonnes de matériel et d'équipement pour les soldats du 3e RPIMa, et du matériel médical.

Dans les deux îles touchées par l'ouragan, les «marsouins» participeront à la sécurisations des territoires et aux soutiens des populations. La compagnie a été projetée, ainsi que l'état-major du régiment, sous le commandement du colonel Durville chef de corps, et du capitaine Thibault commandant la 2e compagnie. À ce commandement pour le patron du régiment audois s'ajouteront sur place celui d'une compagnie de légionnaires appartenant au3e régiment d'infanterie basé en Guyane, et une compagnie du 33e régiment d'infanterie de marine posté en Martinique et en Guadelouope.

Les «marsouins» carcassonnais sont partis pour une mission dont la durée n'est pas précisée en raison de la situation aux Antilles française.

En alerte depuis la veille, une compagnie du 3e régiment d'infanterie de marine est partie dimanche pour Saint-Martin, au x Antilles, afin de participer à la sécurisation des habitants et du territoire.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2873
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Ouragan IRMA: les militaires du 3è RPIMa de Carcassonne sont de retour

Message par Rédacteur » 27 sept. 2017, 22:54

Ouragan IRMA: les militaires du 3è RPIMa de Carcassonne sont de retour
France3 régions, Par Olivier Le Creurer Publié le 26/09/2017 à 18:26
http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 35507.html
165 hommes du 3ème Régiment de parachutistes d'infanterie de marine de Carcassonne ont rejoint leur casernement cet après-midi, mardi 26 septembre, après une mission de 15 jours sur l'île Saint-Martin, dans les Antilles, dévastée par l'Ouragan IRMA.
Arrivés cette nuit, à 4h du matin à l’aéroport de Roissy, les militaires du 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine ont regagné la métropole. Déployés dans les Antilles et plus précisément sur l’île de Saint-Martin, le dimanche 10 septembre, les paras avaient répondu en moins de 24h à l’alerte du dispositif d’échelon national d’urgence TAP (Troupes Aéroportées) aussi appelé "Guépard".
Mettre fin à plusieurs tentatives de pillage
"Le déploiement du 3e RPIMa a permis, en patrouillant jour et nuit dans l’ensemble de l’île, de mettre fin à plusieurs tentatives de pillage. Le retour au calme de la situation sécuritaire à Saint-Martin permet maintenant le désengagement de ces unités," explique un communiqué du régiment. Les forces de sécurité intérieures seules sont désormais à même d’assurer la sécurité de l’île, le risque d’une nouvelle dégradation étant écarté.
Après la phase d’urgence qui avait inclus un volet sécuritaire, la réponse à l’ouragan Irma rentre dans une phase transitoire avant la phase de reconstruction. Les détachements sécuritaires laissent donc la place aux moyens de rétablissement sommaire. Avec les renforts du 31e régiment du génie de Castelsarrasin, arrivés par le BPC (Bâtiment de Projection et de Commandement), ce sont près de 1000 militaires qui sont à pied d’oeuvre pour permettre un retour à la vie normale des populations sinistrées.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2873
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

La 2e compagnie du 3e RPIMa de retour de Saint-Martin

Message par Rédacteur » 28 sept. 2017, 23:14

La 2e compagnie du 3e RPIMa de retour de Saint-Martin
La Dépêche, B.H., Publié le 27/09/2017 à 03:53
http://www.ladepeche.fr/article/2017/09 ... artin.html
Partis de Carcassonne, le dimanche 10 septembre en direction de l'île de Saint-Martin, ravagée par le passage du cyclone Irma, les 150 marsouins carcassonnais sont rentrés, hier, de mission.
Partis le dimanche 10 septembre pour être déployés sur l'île de Saint-Martin dans les Antilles, les 150 hommes de la 2e compagnie du 3e RPIMa de Carcassonne ont achevé leur mission. Durant ces quinze derniers jours, les marsouins ont participé à des patrouilles afin de sécuriser l'île en proie à des pillages après le passage du passage du cyclone Irma.
C'est dans la nuit du 5 au 6 septembre que le météore frappe et dévaste les îles de Saint-Barthélémy et de Saint-Martin. L'ouragan finira sa course six jours plus tard sur les côtes de Floride. Six jours durant lesquels Irma va toucher plusieurs îles de l'arc antillais et provoquer d'importants dégâts matériels.

Des scènes de pillage
Sinistrée à près de 90 % l'île de Saint-Martin va s'enfoncer dans le chaos. Les scènes de pillage se multiplient. Le 7 septembre, un escadron de 105 gendarmes mobiles est projeté depuis la Guadeloupe vers Saint-Martin (90 personnels) et Saint-Barthélemy (15 personnels) pour faire face aux troubles à l'ordre public et participer aux secours en prêtant main-forte aux 170 gendarmes saint-martinois.
C'est dans ce contexte que le gouvernement français décide le 9 septembre de renforcer le dispositif sécuritaire. 410 gendarmes, 80 policiers, 100 troupes de marine, 550 marins-pompiers et militaires du RSMA de Guadeloupe sont déployés à Saint-Martin. Le 11 septembre, de nouveaux renforts, constitués de 150 hommes du 3e Régiment d'infanterie étrangère de Guyane et 165 hommes du 3e Régiment parachutistes d'infanterie de marine de Carcassonne, débarquent sur l'île, où un couvre-feu a été instauré. Leur mission est claire : «ils doivent sécuriser les sites sensibles, les convois logistiques et rassurer les populations face aux éventuelles exactions ou tentatives de pillage», note la ministre de la Défense, Florence Parly.
Quinze jours après leur arrivée et le calme étant revenu sur l'île, les soldats carcassonnais ont laissé la place à des éléments du génie et à leurs moyens lourds. C'est notamment le 31e régiment du Génie de Castelsarrasin qui est chargé de cette tâche.
Les 150 hommes du 3e RPIMa se sont posés hier matin vers 4 heures à Roissy. Après une longue journée de bus, ils ont rejoint hier en fin de journée leur casernement.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2873
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Carcassonne - Le 3e RPIMa de retour de Saint-Martin

Message par Rédacteur » 29 sept. 2017, 14:09

Carcassonne - Le 3e RPIMa de retour de Saint-Martin
L'Indépendant, par Antoine Carrie Le 27 septembre à 06h02
http://www.lindependant.fr/2017/09/26/c ... 054980.php
Depuis hier soir, le 3e régiment parachutiste d’infanterie de marine (3e RPIMa) de Carcassonne est donc de nouveau au complet. Après deux semaines de mission aux Antilles, plus précisément sur l’île de Saint-Martin, les 165 soldats carcassonnais ont regagné le chef-lieu de l’Aude, au terme d’une longue journée débutée par un atterrissage à Roissy, en provenance de Guadeloupe.

Le samedi 9 septembre, 165 militaires du régiment carcassonnais avaient été alertés dans le cadre du dispositif d’échelon national d’urgence TAP (troupes aéroportées), aussi appelé « Guépard ». Un système autorisant la mobilisation en moins de 24 heures de plusieurs centaines de soldats. Dès le lendemain, 165 soldats de la 2e compagnie et un état-major tactique, notamment composé du chef de corps, le colonel Durville, et du chef du bureau opération instructions, le commandant Benoît, prenaient le départ de la caserne Laperrine pour rallier le tarmac toulousain. Direction l’île de Saint-Martin, frappée dans la nuit du 5 au 6 septembre par l’ouragan Irma.

« Retour au calme de la situation sécuritaire »

Dans un communiqué, le ministère des Armées avait alors clairement défini la mission confiée au « 3 » : « Ces militaires, en lien avec les forces de sécurité intérieure, auront pour mission de patrouiller et de participer à la sécurisation des sites sensibles, des convois logistiques et bien sûr des populations face aux éventuelles exactions ou tentatives de pillage. » Aucune précision n’avait en revanche été livrée sur la durée de l’engagement des soldats carcassonnais.

Dès le 11 septembre, les paras audois avaient débuté leurs patrouilles dans les quartiers de la capitale. Une action désormais achevée, expliquait le « 3 » dans un communiqué : « Le déploiement sur court préavis du 3e RPIMa et des autres unités (3e REI et 33e RIMa) a permis, en patrouillant jour et nuit dans l’ensemble de l’île, de mettre fin à plusieurs tentatives de pillage. Le retour au calme de la situation sécuritaire à Saint-Martin permet maintenant le désengagement de ces unités. Les forces de sécurité intérieures seules sont désormais à même d’assurer la sécurité de l’île, le risque d’une nouvelle dégradation étant écarté. »

Après une journée passée dans les bus les ramenant à Carcassonne, les soldats carcassonnais ont donc réintégré leurs quartiers. D’ici peu, c’est à Toulouse qu’un A400M ramènera les 17 tonnes de matériel du « 3 » qui avaient également été embarquées à destination de Saint-Martin.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2873
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Brest. Thierry Marx, un parrain d’exception

Message par Rédacteur » 03 oct. 2017, 19:46

Brest. Thierry Marx, un parrain d’exception
Ouest-France, Publié le 03/10/2017 à 09:32
https://www.ouest-france.fr/bretagne/br ... on-5287201
Lundi 2 octobre, au Centre d'instruction naval, c'était le jour de la remise de bâchi pour les élèves de la nouvelle promotion de l’École des mousses. Ils ont reçu leur célèbre coiffe à pompon rouge des mains du commandant du CIN, le capitaine de vaisseau François Drouetn et de celles de leur parrain, le chef cuisinier Thierry Marx.

Pourquoi avoir accepté d’être le parrain de cette promotion ?

J’ai accepté parce que je trouve que l’École des mousses est un modèle éducationnel extraordinaire. Elle permet en effet à de jeunes gens de s’épanouir et ce même si le parcours scolaire n’a pas été forcément brillant en leur proposant d’intégrer une institution qui va les aider à se construire en tant qu’Homme.

Quel rapport entretenez-vous avec le monde militaire ?

L’univers militaire, je l’ai connu quand j’avais 18 ans, avec mon engagement dans l’armée française comme parachutiste dans l’infanterie de marine. Si je vous ramène dans les années 78-79, et bien faire l’armée permettait de sortir de son extraction sociale donc pour moi cela a été une vraie chance. Une chance de découvrir la camaraderie, la confiance et des valeurs qui ne s’écrivent pas dans un règlement, mais qui se vivent : le sens de l’honneur, de la parole donnée… Sur le théâtre opérationnel cela apporte beaucoup et encore aujourd’hui cela construit ma vie.

Cette expérience est-elle aussi la raison de votre réussite professionnelle ?

S’il y a bien un truc que j’ai appris avec l’armée c’est que la réussite ou l’échec, c’est quelque chose d’éphémère, de volatile et de complètement incertain. Par contre, la voie de l’épanouissement, du projet ça, c’est effectivement ce que j’ai pu apprendre chez les compagnons du devoir puis dans le cadre de l’éducation militaire.

Leur avez-vous parlé de cuisine ?

Oui bien entendu, mais j’ai évité de parler du côté cosmétique de la cuisine qui serait simplement d’expliquer des recettes. Derrière un chef de cuisine qui réussit et qui s’épanouit dans sa vie professionnelle il y a un chef d’entreprise. C’est cet aspect que je voulais évoquer avec eux. Mais aussi leur parler de la maîtrise du geste. Le geste juste, mesuré est très important dans mon métier comme la maîtrise du feu et du temps. J’ai donc transposé ça dans la construction d’un homme. Maîtriser son geste et son feu intérieur - qui peut avoir envie de nous dévorer - et avoir le bon timing pour faire les choses c’est aussi la vie du marin et la vie du soldat.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité