2017 : 43e BIMa

L'actualité des unités TDM jusqu'à aujourd'hui

Vous devez être enregistré pour passer une annonce

Modérateur : Rédacteur

Répondre
Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

2017 : 43e BIMa

Message par Rédacteur » 17 oct. 2017, 14:37

Quatre tombes de soldats sorties de l’oubli à Choisel
78 actu, Florence Chevalier, Publié le 16 Oct 17 à 13:05
https://actu.fr/ile-de-france/choisel_7 ... 18763.html
Lutter contre l'oubli, voici la mission du Souvenir français. Samedi, l'association a inauguré quatre tombes de soldats français au cimetière de Choisel.
Lutter contre l’oubli, voici la mission du Souvenir français. L’association a inauguré quatre tombes de soldats français au cimetière de Choisel.
La cérémonie s’est déroulée samedi 7 octobre avec dignité et recueillement, en présence de Gaël Barbotin, conseiller régional, Alain Seigneur, maire du village et de Guy Lecourt, adjoint à la mairie d’Orcement, tous membres du comité de Rambouillet du Souvenir Français.
Christian Tellier, porte-drapeau des anciens du 501e RCC était également présent avec son drapeau, lui aussi, membre du comité de Rambouillet du Souvenir français.
Situées en dehors du carré militaire, les sépultures du soldat Gaston Berthelot, du 330e régiment d’artillerie, décédé le 23 mars 1919, du soldat de 2e classe Charles Henri Bardou, du 110e régiment d’infanterie, décédé le 23 septembre 1915, à 19 ans, du canonnier de 2e classe Jules Christophe Edeline, du 59e régiment d’artillerie, décédé le 29 septembre 1914, à 25 ans et du caporal Casimir Noré du 43e régiment d’infanterie coloniale, décédé le 13 mars 1916, à 34 ans, étaient tombées en déshérence. Aucun descendant connu n’a été retrouvé.
Huit projets de restauration
« Elles avaient complètement disparu sous les herbes et la végétation. Nous les avons nettoyées. Les plaques portant les noms de ces soldats ont également été regravées », explique Jean-Claude Laloire, président du comité de Rambouillet du Souvenir français.
L’association a pris intégralement en charge ce nettoyage, à hauteur de 1 800 €. La cocarde en émail du Souvenir français a donc été apposée sur chaque tombe à cette occasion.
« Aujourd’hui, nous avons huit projets de restauration en cours. Entre les lourdeurs administratives et le manque de personnel, il est difficile pour les petites communes d’entretenir toutes ces tombes », reconnaît Jean-Claude Laloire.

Aller plus loin : http://www.memoiredeshommes.sga.defense ... 95&debut=0
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Hommage aux Percherons du front d’Orient

Message par Rédacteur » 15 nov. 2017, 14:33

Hommage aux Percherons du front d’Orient
Actu.fr, Publié le 14 Nov 17 à 8:35
https://actu.fr/normandie/mortagne-au-p ... 86856.html
Jean-François Suzanne, président des Amis du Perche de l'Orne, propose de revenir sur l'expédition de Salonique, à travers les recherches menées par Michel Ganivet.
Entre le 2 août 1914 et le 11 novembre 1918, 7,5 millions de Français sont mobilisés lors de la Grande Guerre. Si beaucoup d’entre eux sont tués lors des premiers jours du conflit à Ethe (22-23 août) ou lors des différentes batailles (la Marne, la Champagne, Verdun, le Chemin des Dames, etc.), des Percherons ont participé à un autre front, au Sud de l’Europe. Jean-François Suzanne, président des Amis du Perche de l’Orne, propose de revenir sur cette histoire, à travers les recherches menées par Michel Ganivet, auteur de l’ouvrage Le Cinquantième jour.
Salonique : « un pays bien malheureux »

Le 10 novembre 1917, le sergent Armand Lainé, infirmier à l’Armée d’Orient, 43 ans, cultivateur dans sa jeunesse au Grand-Cosnier, à Mauves, écrit à Armand Guillet, maçon à Mauves, et à son épouse. « […] J’écris, mais malheureusement de bien loin, d’un pays dont on ne peut parler que de la misère, car il est comme ses habitants, bien malheureux. Nous, nous faisons exception car il ne faut pas se plaindre. Pour ma part, je ne manque de rien et en général la nourriture et le confortable valent avantageusement le front français. » Suite à l’échec de l’opération des Dardanelles (avril 1915), 400 000 soldats français, britanniques (et leurs colons), italiens, russes et serbes sont présents dans la ville de Salonique, au nord-est de la Grèce.
Infirmier, combattants…

L’objectif est de fractionner les forces allemandes, austro-hongroises, bulgares et ottomanes, en ouvrant un nouveau front – au sud de l’Europe, en aidant les Serbes – pendant que débutent les guerres de tranchées sur le front ouest […].

Armand Lainé poursuit : « Je ne vous parlerai pas de mes occupations. Elles sont bien simples, mais je ne manque pas de travail. […] Ici, je fais le sergent major et m’occupe de la comptabilité de la réserve du personnel sanitaire de Salonique. » Plus loin, il ajoute « Albert Desjouis est mon voisin à 10 kilomètres. Je le vois de temps en temps. Il se porte bien. » Cultivateur à Corbon jusqu’en 1911, soldat au 104e régiment d’artillerie lourde, Albert Desjouis – âgé de 38 ans – intègre l’Armée d’Orient le 30 décembre 1916, avant d’être rapatrié en août 1918. Les deux Percherons ne sont pas seuls. Michel Ganivet a recensé Jules Suzanne (cultivateur à Mauves), blessé dans l’Oise en septembre 1914, qui intègre le 43e régiment d’infanterie coloniale en novembre 1916. Également, Alexandre Chartier et Louis Duteil, tous deux cultivateur à Eperrais, âgés de 28 et 24 ans, se battront près de Salonique. Ou encore Paul Quinet, 23 ans, de Mauves, fait partie des renforts envoyés voici cent ans à Salonique.
Hommage à Me Édouard Aubert

S’y ajoute le sergent Alexandre Cherrié, né à Argentan, faisant une formation de pilote de l’air en 1913. Brevet de pilote en poche, il est affecté à l’Armée d’Orient le 20 octobre 1915. Hospitalisé pour paludisme à Salonique, il est rapatrié à l’hôpital d’Argentan le 20 novembre 1916 (d’après Monique Gallais, « les aviateurs ornais et euréliens dans la Grande Guerre », dans Le Perche de 1914 à 1918, Amis du Perche, 2015).

Mais, comme le révèle Michel Ganivet, « les conditions de vie difficiles, entre froid et chaleur extrêmes, entraînent de nombreux cas de paludisme, de fièvres à l’origine de nombreux décès. » Ainsi, dans sa correspondance, le sergent Armand Lainé mentionne : « J’ai vu la tombe de maître Aubert […] au cimetière de Zeitenlink et j’ai été déposé quelques fleurs. Quelle émotion vous empoigne en voyant la place où est ce brave camarade de pays ! ». En fait, le notaire à Mauves-sur-Huisne décède le 27 juillet 1917, à l’hôpital temporaire n°3 de Zeitenlik par suite « de maladie contractée sur le champ de bataille ». La nouvelle de sa mort arrive courant août 1917 à Mauves.

Au total, 1,4 million de soldats français sont tués, dont 5 170 Percherons (ornais et eurélien).
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Johnny Hallyday à jamais l'idole d'un pays

Message par Rédacteur » 09 déc. 2017, 19:13

Johnny Hallyday à jamais l'idole d'un pays
France Inter, Publié le mercredi 6 décembre 2017 à 4h10, par Anne Audigier
https://www.franceinter.fr/culture/johnny-hallyday
Le chanteur mythique, l'idole des jeunes, Johnny Hallyday s'est éteint dans la nuit. "Johnny Hallyday est parti. J'écris ces mots sans y croire. Et pourtant c'est bien cela. Mon homme n'est plus. Il nous quitte cette nuit comme il aura vécu tout au long de sa vie, avec courage et dignité. Jusqu'au dernier instant, il a tenu tête à cette maladie qui le rongeait depuis des mois, nous donnant à tous des leçons de vie extraordinaires. Le cœur battant si fort dans un corps de rocker qui aura vécu toute une vie sans concession pour son public, pour ceux qui l'adulent et ceux qui l'aiment. Johnny était un homme hors du commun. Il le restera grâce à vous. Surtout, ne l'oubliez pas. Il est et restera avec nous pour toujours. Mon amour, je t'aime tant.", a écrit dans son communiqué son épouse Laeticia.
out commence par une révélation : à 14 ans, Johnny découvre Elvis Presley et le rock 'n' roll. Rapidement, Il fréquente le Golf-Drouot, où il chante des reprises et adaptations françaises du répertoire américain, en s'accompagnant à la guitare.
Repéré, il signe avec la maison de disques Vogue le 16 janvier 1960. En mars sort son premier 45 tours : T'aimer follement, l'accueil des radios est très réservé, voire franchement hostile.
En avril Johnny Hallyday fait sa première télévision parrainé par Line Renaud dans l'émission L'École des Vedettes d'Aimée Mortimer. Elle le présente comme un chanteur d'origine américaine. Plus tard, sur les conseils de Charles Aznavour, il rétablit la vérité.
La chanson Souvenirs, souvenirs, offre au chanteur son premier grand succès. On assiste aux premiers mouvements de foule. Ses prestations défrayent la chronique et sont marquées par de nombreuses mini-émeutes. Début 1961, Johnny forme son premier groupe de scène les Golden Strings et sort son premier album 10 titres : Hello Johnny
En janvier 1962, Johnny rencontre celle qui partagera sa vie et les couvertures de magazines durant de nombreuses années : Sylvie Vartan. La rencontre a lieu lors d'un spectacle de Vince Taylor que Johnny était venu saluer. En avril de cette même année, il fête son premier disque d'or avec 1 million de copies vendues pour Let's twist again. Il est avec Charles Aznavour à cette période le plus gros vendeur de disques en France.
Après avoir bénéficié d'un report d'un an pour honorer tous ses engagements, Johnny est incorporé à Offenbourg en mai 1964. Il rejoint le 43e Régiment d'Infanterie de Marine. L'armée profite du passage dans ses rangs pour dix-huit mois de la célèbre recrue, pour tourner des petits films de propagande à l'attention de la jeunesse, ainsi que quelques émissions de variétés réalisées en direct de la caserne. Johnny obtient même l'autorisation de poursuivre ses enregistrements, Mais à une condition, qu'il pose en tenue militaire sur les pochettes de disques.

[...]
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

VIDEOS. Johnny Hallyday est mort : l'Alsace se souvient

Message par Rédacteur » 09 déc. 2017, 19:27

VIDEOS. Johnny Hallyday est mort : l'Alsace se souvient
France 3 Régions, Par LC Publié le 06/12/2017 à 07:24
https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 79215.html
Johnny Hallyday est décédé le mercredi 6 décembre à l'âge de 74 ans. Même s'il n'était pas un enfant du pays, le chanteur a souvent foulé les terres alsaciennes : lors de son service militaire à Offenburg en 1964 et lors de ses nombreux concerts, notamment à la foire aux vins de Colmar.
Johnny Hallyday est mort ce mercredi 6 décembre à l'âge de 74 ans. Sans être un enfant du pays, le chanteur a souvent foulé les terres alsaciennes : lors de son service militaire à Offenburg en 1964 et lors de ses nombreux concerts, notamment à la foire aux vins de Colmar.
Au début des années 60, alors que l'idole des jeunes connait un beau succès, Johnny Hallyday doit interrompre sa carrière pour débuter son service militaire qu'il tient à effectuer. Direction Offenbourg en Allemagne, à une vingtaine de kilomètres de Strasbourg, où il intègre le 43e régiment d'artillerie de la marine en tant que sergent.
Un service militaire à Offenbourg
Johnny Hallyday - Johnny à l'armée (reportage).mpg : https://www.youtube.com/watch?v=PwD5CaJyilQ
Quand Johnny Hallyday faisait son service militaire à Offenburg, en 1964 : https://youtu.be/0FgHfmrflqU
Durant dix-huit mois, le chanteur va être mis à contribution pour faire la promotion de l'armée qui profite de sa présence pour tourner des films de propagande à destination des jeunes, ainsi que des émissions de variété en direct de la caserne. Le 20 août 1965, sitôt son service militaire terminé, il reprend sa tournée.
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Avatar du membre
Rédacteur
Modérateur
Messages : 2827
Enregistré le : 28 avr. 2002, 23:02
Localisation : Paris
Contact :

Quand Johnny était le sergent Jean-Philippe Smet

Message par Rédacteur » 09 déc. 2017, 19:35

Quand Johnny était le sergent Jean-Philippe Smet
Lignes de Défense, 06/12/2017
Une vidéo à voir absolument! ici
https://www.youtube.com/watch?v=-lJ4-m_fji4
Des photos et des témoignages de son passage à l'armée ici http://www.tenues-johnny.fr/64_rbima/se ... taire.html. Et des photos de concert donnés en uniforme ici : http://www.tenues-johnny.fr/64_rbima/se ... taire.html
Picorés sur Twitter ces quelques hommages photographiques sur Johnny et les armées:
Ne te demandes pas ce que les Troupes de Marine peuvent faire pour toi, mais ce que tu peux faire pour les Troupes de Marine.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité