Emblèmes des Troupes de Marine

Les drapeaux de l'ancien régime

Drapeau d'Ordonnance Drapeau Colonel

Historique

Le mot "drapeau" importé par les troupes de Charles VIII est peu employé jusqu'à Louis XIV, et qualifie l'enseigne de l'infanterie. Jusqu'en 1703, chaque unité de l'armée comprend un corps de bataille (piquiers) et deux ailes (mousquetaires) : elle a donc trois drapeaux. En 1759, le régiment divisé en deux bataillons n'a plus que deux drapeaux : le drapeau colonel, signe de commandement et le drapeau d'ordonnance, signe de ralliement et cela jusqu'en 1804. Dérivé de l'enseigne, le drapeau comprend une lance, une cravate et une draperie (étoffe). Le fer de lance a été remplacé depuis 1804 par des symboles de régime (aigle, fleur-de-lys, coq). La République a repris la pique traditionnelle de l'ancienne monarchie. Les drapeaux français portent la croix blanche sur toute l'étoffe jusqu'en 1793 en souvenir des bannières paroissiales portées en têtes des troupes des communes. A partir de 1793, les trois couleurs nationales françaises (le bleu, le blanc et le rouge) sont alors réparties dans les drapeaux d'ordonnance, suivant des formes géomètriques très différentes selon les régions et régiments. En 1804, les drapeaux sont tous divisés autour d'un losange blanc, les cantons alternent entre le bleu et le rouge. Depuis 1812, il n'y a plus qu'un seul drapeau par régiment qui reprend les couleurs nationales françaises.

Dans l'armée du début du XVIIe siècle, le drapeau « colonel » - il s'agit du drapeau arboré dans la compagnie du colonel d'un régiment - devient entièrement blanc, tant la croix que les quartiers, ce qui dénote la soumission au Roi et l'appartenance du corps aux troupes régulières, et aussi « parce que le Blanc signifie la couleur de France (1) ». Les autres compagnies portent le drapeau dit « d'ordonnance », qui distingue et identifie chaque unité. Dans presque tous les corps, le drapeau d'ordonnance a la croix blanche avec les quartiers aux couleurs.

Jusqu'au milieu du XVIIe siècle, chaque compagnie d'un bataillon d'infanterie a son drapeau mais, par la suite, ce nombre est réduit à trois par bataillon. En 1749, le nombre de drapeaux est de nouveau abaissé, à deux par bataillon (2).

Les dimensions des drapeaux d'infanterie connaissent des variations. Au début du XVIIe siècle, ils sont très grands, pouvant mesurer entre 250 et 300 cm au carré, mais ils diminuent graduellement à environ 200 cm au carré vers 1700. Ce rapetissement continue durant le XVIIIe siècle, de sorte que les drapeaux mesurent vers le milieu du siècle environ 162 cm au carré avec la croix à 32 cm (3). La presque totalité des drapeaux sont écartelés, c'est-à-dire qu'ils comportent une croix blanche avec quatre quartiers. Le tissu utilisé, tant pour la croix que pour les quartiers, est une toile de soie épaisse : le taffetas. La couture est à œuvre simple. Dans quelques cas, la soie est peinte de fleurs de lys, de devises et d'insignes, habituellement en or ombré de noir. Le revers des drapeaux est toujours identique à l'avers, les motifs étant exactement les mêmes de chaque côté. La soie du drapeau le long de la hampe est cousue en forme de fourreau et fixée par des clous dorés.

La cordelière, en soie tressée, est terminée à chaque extrémité par un gland à franges. Elle est attachée au sommet de la hampe, ce qui donne l'effet de deux cordons, le tout aux couleurs du drapeau.

À compter de la fin du XVIIe siècle, la « cravate » est nouée à la hampe des drapeaux d'infanterie afin d'éviter les méprises durant les combats. Il s'agit d'une étroite écharpe en taffetas blanc.

Quant à la hampe, elle est en bois léger et d'abord assez courte car son talon repose sur la hanche du porte-drapeau, qui tient le drapeau d'une main et l'épée de l'autre. La hampe s'allonge au début du XVIIIe siècle afin de pouvoir reposer à terre, prenant ainsi l'aspect que nous lui connaissons de nos jours. Au sommet De la hampe se trouve une pique dorée et, à la base, un talon de fer ou de cuivre doré.

La description des drapeaux [...] est donnée selon la règle héraldique. La hampe est toujours à gauche avec les quatre quartiers numérotés 1, 2, 3 et 4, le premier quartier étant en haut à gauche, le deuxième en haut à droite, le troisième en bas à gauche et le quatrième en bas à droite (4). Le choix des couleurs dépend de la livrée du premier colonel, dans les régiments français, et ne change pas par la suite. Par contre, les drapeaux des régiments étrangers au service de la France prennent la livrée de chaque nouveau colonel (5).

Notes

Sources

Sources iconographiques

Retour

Commentaires, critiques, demandes d'informations
contacts : administrateur - rédacteur
du site non-officiel des Troupes De Marine